Mutations et émergences, vendredi 1er juin, 13h45.

Le dernier atelier concernant les mutations et émergences était présidé par Anne-France Kogan et a donné lieu à 3 communications.

La première était présentée par Juan Carlos Aguila-Coghlan et concernait « Le discours hégémonique dans le débat des médias sur le « changement climatique » et des essais expérimentaux avec des discours alternatifs chez les jeunes. ».

Lire la suite

Informer-communiquer et Culture, vendredi 1 juin, 13h45.

La première intervenante ISABELLE Mathieu (CIMEOS) traites du sujet pour une approche politique de la médiation culturelle. Un champ de recherche pluridisciplinaire à construire. Selon elle la médiation culturelle est comme le maillon d’une chaine, qui passe notamment par un lien avec le milieu sociale ainsi les catégories socioprofessionnelles supérieur iront plus facilement au théâtre ou à des concerts de musique classique et de même la télévision est plus regarder par les ouvriers. Avec les nouvelles technologies il y a une augmentation des pratiques culturelles. Cependant elle met l’accent sur la fluctuation du taux de participation politique et les pratiques culturelles. Pour conclure elle montre l’instrumentalisation de la culture par les pouvoir publiques.

Lire la suite

Mutations et émergences, Vendredi 1juin à 11h.

La conférence Mutation et émergences sur le sujet de l’idéologie de la convergence de la réalité de la production dans les entreprises médiatiques. Durant leur interventions Christophe Gimbert (CRAPE) et Helène Romeyeu (GRESEC) montre les TICs comme un outil de rationalisation et en la croyance dès les TICs comme solution à la crise dans les faits, les pratiques ou encore d’un point de vue économique. Cependant cette croyance est à nuance car il n’y a pas de réel preuve de ce succès du point de vue économique. Il y a encore beaucoup de stratégie d’essai erreurs. Pour conclure la convergence doit être entendue comme un processus qui se constitue progressivement et  par accumulation.

Lire la suite

Epistémologie en SIC animé par Bertrand Parent, Vendredi 1er juin à 11h.

L’intervention de Diana Bratu est basé sur la stratégie de communication « Slow food », et le nombre et la manière dont il mobilise des individus. Leur stratégie de communication est émergente et déployée en lenteur, ces stratégies se concentrent sur les conditions produisant l’effect. Diana Bratu s’interroge sur comment cette stratégie fonctionne sur le terrain ? L’hypothèse est que Slow food fédère une pluralité de profil distinct. L’analyse est centrée sur trois conviviums français en utilisant la méthode des scénarios. L’étude cherche à comprendre comme la stratégie de communication s’adapte localement. Elle précise que la Méthode des scénarios est celle utilisée afin de rendre compte de la manière dont l’adhésion au mouvement se construit. Ces trois exemples exprime la diversité d’acteurs participants en s’adaptant aux éxigences locales.

Lire la suite

Mutations et emergences, Vendredi 1er juin, 9h

C. Mabi (« Pour une approche communicationnelle des dispositifs de participation citoyenne ») se questionne sur ce qui fait venir les gens dans les dispositifs participatifs. Par cette question, la notion de cadrage est essentiel, est-ce que les citoyens ont la possibilité de mener ce cadrage ? Le point de départ de cette étude est la remise en cause de gouvernance de la sciences.

Lire la suite

Médiatisation? Vendredi 1er juin, 15h15.

Florence Thiault a travaillé sur le contenu des échanges portés par les réseaux informationnels dans le domaine de l’information-documentation scolaire. Cet espace de médiation de l’information professionnelle est constitué par des blogs français. L’objectif de l’étude est d’appréhender les modalités selon lesquelles l’information y circule.

Lire la suite

Epistémologie en SIC animé par Marcela Patrascu. Vendredi 1er juin, 13h45

Cyrille Bodin est doctorant au GRESEC il aborde « Les dispositifs de publicisations des sciences sous l’emprise de l’idéologie de la vulgarisation ». Il se penche principalement sur l’engagement communicationnel des chercheurs dans espaces publiques. Pour cela il développe les idées de vulgarisation scientifique, de vulgarisation comme vecteurs de transmission de savoir et de débat publique. Pour cela il s’appuis sur trois dispositifs qui sont la revue « vision croisée », la fête de la science et le débat public sur la nanotechnologie.

Lire la suite

Informer-communiquer et culture. Animé par Evelyne Broudoux, vendredi 1er juin, 9h

Zineb Madjouli à soutenu sa thèse en science de l’information et communication et anthropologie de la communication. « Musique du monde »

Elle souhaite monter l’évolution de la musique du monde à travers les activités cérémonials et les représentations scéniques. A partir d’un groupe de musique marocain les Gnawa elle met en exègue le rapport entre le passé traditionnel et présent moderne. Elle en déduit que les musiciens bricole par le fait de reprendre en permanence et de manière prudente le répertoire traditionnel.

Lire la suite

Médiatisation? Vendredi 1er juin, 9h.

Marion Dalibert intervient au sujet de l’identité nationale et aborde la question des minorités ethno-raciales dans l’espace public. Elle s’est interrogée sur l’identité collective des minorités dans la population française, notamment sur le mouvement des « indigènes de la république » et du mouvement « ni pute ni soumise ». De prime abord elle fait ressortir que ces deux groupes protestataires font appel à des stratégies particulières afin de se rendre visible dans l’espace public. Cependant, la question est de savoir comment ces mouvements contestataires sont représentés (positivement ou négativement) dans l’espace public, la médiatison de ces groupes dépend de si les revendications de ces mouvements ne sont pas contraire à l’identité collective  de la communauté national. Le mouvement « ni pute, ni soumise » qui revendique l’idéal de l’égalité de l’homme et de la femme et l’émancipation de la figure de la fille de banlieue a connu une médiatisation régulière dans la presse. Ce qui n’est pas le cas du « mouvement des indigènes de la république » qui de part sa critique de l’état français n’a pu obtenir une médiatisation importante comme cela à été le cas de « ni pute, ni soumise». Marion Dalibert  démontre que pour des revendications soit médiatisées elles ne doivent pas être contraires à l’imaginaire collectif d’une société donnée.

Lire la suite

Epistémologie SIC, vendredi 1er juin, 9h.

Internet, un espace public?

Sébastien Rouquette et Eric Dacheux présentent « Internet est-t-il un espace public ? Quand le débat académique des SIC éclaire le débat public ». Sébastien Rouquette précise que c’est leur divergence d’opinion qui a suscité ce travail sur le rapport entre internet et espace public. Il ajoute que les SIC sont souvent interrogées sur ce rapport mais la question « internet est il un espace public ? » n’est jamais posé. Il lie le cadre épistémologique d’internet à la définition de l’espace public.

Eric Dacheux définit l’espace public comme un espace de médiation et d’engagement et internet comme un espace ouvert à tous. Il précise cependant que tout l’internet n’est pas un espace public, une «partie d’internet peu être considéré comme un espace de médiation et d’engagement ». Il conclue donc sur l’importance de ne pas confondre espace de débat et espace public et de mener des recherches empiriques concrètes pour répondre à cette question.

Lire la suite