RT Sociologie des médias Congrés AFS

Association Française de Sociologie
4e Congrès, Grenoble, 5-8 juillet 2011

Programme
Réseau « Sociologie des médias » (RT 37)

Innovations dans les médias et la communication

Session 1 (mardi 5 juillet, 14h30-16h30)
L’innovation et son contraire : standardisation des contenus à l’ère des NTIC
Animation : GAËL VILLENEUVE
Conférence Introductive :
ISABELLE PAILLIART, Professeure en Sciences de l'Information et de la Communication, Université Grenoble 3, directrice du GRESEC (sous réserve de confirmation)

La multiplication des canaux de communication est souvent présentée comme rendant possible la production d’une multitude de contenus innovants, désormais affranchis du droit d’entrée qu’imposent les professionnels des mass-médias traditionnels. On annonce le fleurissement sur Internet de milliers de radios nouvelles, de millions de nouveaux auteurs sur les blogs et les pages personnelles. On se demandera ici dans quelle mesure l’innovation technologique et sociétale des NTIC n’est pas porteuse d’une standardisation, tant dans les nouveaux que sur les anciens médias.
Une première présentation, consacrée à la consommation audiovisuelle liée à la coupe du monde de football d’Afrique du Sud (2010), se demandera dans quelle mesure les pratiques des internautes relatives à cet événement transforment les rapports entre l’événement télédiffusé et son public. D’autre part, une communication consacré au site Internet « Lekti-ecriture.com » (Littérature, écriture, édition et librairie en ligne) discutera les mutations des rôles d’accoucheur et de passeur qui structurent les caractéristiques éditoriale, culturelle et commerciale de la présence du livre sur le net. Enfin, une présentation consacrée à l’information d’actualité au prisme des moteurs de recherche se demandera dans quelles mesures les moteurs  ont contribué à redéfinir le périmètre de ce que l’on nomme « information d’actualité ».

THOMAS BEAUVISAGE, JEAN-SAMUEL BEUSCART, THOMAS COURONNE, KEVIN MELLET, « La fin de la télévision, vraiment ? Synchronisation et recomposition des programmes par les publics en ligne de la coupe du monde de football ».
SYLVIE BOSSER, JULIE PEGHINI, « Lekti-ecriture.com : un exemple de reconfiguration plurielle de la médiation littéraire ».
GUILLAUME SIRE, « L’information d’actualité au prisme des moteurs de recherche ».

Session 2 (Mardi 5 juillet, 17h-19h)
Nouvelles pratiques, nouveaux acteurs et reconfigurations professionnelles du journalisme
Animation : CEGOLENE FRISQUE / GILLES BASTIN (IEP Grenoble, PACTE-PO)

Des formes d’innovation et des nouvelles pratiques peuvent être observées dans les médias numériques, mais aussi dans certains secteurs de l’audiovisuel ou de la presse (services web des médias traditionnels, nouvelles rubriques, nouvelles publications papier…). Elles font intervenir de nouveaux types d’acteurs, à la fois au sein de l’espace professionnel du journalisme, avec la création de nouvelles spécialités, et à ses marges ou frontières, avec l’intervention croissante d’amateurs, internautes, contributeurs... Quels sont les visages de nouveaux acteurs ? Dans quelle mesure assiste-t-on à un brouillage voire un affaiblissement des frontières entre « professionnels » et « non-professionnels » ou à une redéfinition de leurs relations ? Quels sont les effets en retour de ces nouvelles pratiques sur les conventions professionnelles du journalisme et sur les systèmes de relations sectoriels ?
Deux contributions s’attacheront à des transformations localisées des pratiques, des conventions et des rapports professionnels : dans une spécialité transversale émergente, celle de la critique de séries télévisées, et dans un nouveau type de sites internet commercialisant des images d’actualité amateures. Une communication se penchera de manière plus générale sur la prise en compte – relative – des pratiques et acteurs émergents dans les définitions professionnelles du métier par les organismes officiels.

ANNE-SOPHIE BELIARD, « Critique de séries télévisées : une nouvelle spécialisation professionnelle ? ».
AURELIE AUBERT, « Commercialiser les images amateures : de nouveaux acteurs dans la production de l’information ? ».
CHRISTINE LETEINTURIER, « Le rôle des instances de légitimation des journalistes professionnels dans la redéfinition du périmètre du journalisme ».

Session 3 (mercredi 6 juillet, 14h30-16h30)
Innovation ou réinvention des formats médiatiques et communicationnels ?
Animation : AURELIA LAMY / YANNICKE LEBTAHI

La notion d’innovation nous conduit à interroger la question des formats. Que ce soit dans le domaine politique, médiatique, social, ou culturel, l’innovation contribue si ce ne n’est à la création, à l’émergence de nouveaux formats de prise de parole, d’expression, de débat démocratique ; du moins à leur réinvention. Parler de « réinvention » nous conduit à interroger la notion même de nouveauté : en quoi ces « formats » sont-ils vraiment nouveaux ? Qu’est ce qui fait leur originalité ? Quelles en sont les constantes ? En effet, ces formes communicationnelles émergentes complètent les formes médiatiques et communicationnelles traditionnelles et ce sont les modalités de cette réappropriation que nous souhaitons aborder lors de cette session.
Ces innovations induites par l'apparition de nouvelles technologies résultent également des mutations professionnelles dans des domaines aussi variés que le journalisme ou la politique ; elles induisent également une évolution du rôle dévolu aux citoyens. Les quatre communications proposées abordent ainsi de manière forte la question des frontières : au sein des pratiques professionnelles notamment journalistiques, entre usagers et producteurs des médias dans la blogosphère, entre représentation politique et nouveaux formats médiatiques, entre hommes politiques et citoyens.

GUILLAUME GOASDOUE, « Formats journalistiques innovants sur LeMonde.fr. Le fond tiraillé par la forme ».
SIDONIE NAULIN, « Les blogs d’amateurs, une extension du domaine médiatique ? Le cas des blogs culinaires ».
PIERRE LEROUX, PHILIPPE RIUTORT, « « Réinventer » la représentation politique à la télévision. De l’émergence de l’émission conversationnelle à son institutionnalisation ».
VALERIE JEANNE-PERRIER, SANDRINE ROGINSKY, « « Ton député sur Twitter » - interaction entre être et paraître sur les réseaux sociaux. Ou l’illusion rejouée de la démocratie directe ».

Session 4 (mercredi 6 juillet, 17h-19h)
Animation et vie du réseau « Sociologie des médias / réunion de bureau du réseau

Session 5 (jeudi 7 juillet, 14h30-16h30)
Innovations dans la communication et participation politique
Animation : PIERRE LEFEBURE / NICOLAS HUBE

Cette session permettra de discuter comment le recours aux nouvelles technologies de la communication peut s’articuler aux dynamiques de mobilisation politique (informer, recruter, fidéliser, faire agir). Il s’agira aussi bien d’identifier les effets visés par les concepteurs de ces dispositifs communicationnels que de tenir compte des réappropriations mises en œuvre par leurs usagers. Par ailleurs, si les NTIC sont le plus souvent commentées en termes de ressources favorables à l’engagement, il s’agira d’examiner les formes de contrôle ou d’encadrement de l’engagement qui leur sont associées. Le questionnement sur l’innovation dans les usages médiatiques rejoint ainsi celui de la sociologie politique sur la réorganisation des modes de participation qui relèveraient de moins en moins d’un militantisme collectivement structuré pour diffuser les messages d’organisations traditionnelles et de plus en plus de pratiques individualisées, discursives et de veille critique.

GERSENDE BLANCHARD, « L’usage de l’internet par les acteurs associatifs de quartier : la possibilité d’un élargissement du champ d’intervention dans l’espace public ? ».
SYLVAIN PARASIE, « La presse en ligne au service de la démocratie locale. La VoixduNord.fr

ANAIS THEVIOT, « La parole citoyenne en ligne : entre régulation et auto-régulation. Le cas des dispositifs de communication web du Président de la Région Aquitaine ».

icon RT Sociologie des médias AFS (197.16 KB 2011-06-24 21:56:05)