Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques

Journée d’étude 7 mars 2016, CNAM, Paris

Nouveaux collectifs de coproduction de corpus numériques :  communs de la connaissance, communautés épistémiques et au-delà

 

Inscription avant le 20 février 2016 (voir bas de page)

Texte de cadrage

Nous souhaitons réunir des chercheurs proposant des approches complémentaires pour saisir les enjeux des situations où des collectifs d’acteurs coproduisent et constituent des corpus numériques élaborés à des fins de conservation et de valorisation patrimoniale ou de production de connaissances scientifiques. Qu’il s’agisse de bases de données, bases bibliographiques, collections numériques ou corpus annotés, ces ensembles sont le plus souvent issus de la numérisation de documents (documents d’archive, collections patrimoniales de bibliothèques, d’archives ou de musées). La constitution de ces corpus numériques requiert la coopération et la collaboration de différents acteurs issus d’institutions culturelles et des milieux de la recherche, mais aussi parfois la contribution directe d’internautes par l’intermédiaire de plateformes numériques, qui médiatisent des pratiques de partage d’information (Proulx, Garcia, Heaton, p. 2) dont il s’agira de questionner les spécificités. Nous souhaitons fédérer des réflexions caractérisant ces pratiques individuelles et collectives mobilisées autour de la constitution et de l’exploitation de ces nouveaux dispositifs de médiation de l’information scientifique et du patrimoine numérisé. Pensons, par exemple, aux plateformes de crowdsourcing orientées vers des projets patrimoniaux (Ridge, 2014) ou académiques (Dunn et Hedges, 2014). Ces travaux participent à la compréhension de l’émergence de nouveaux publics des institutions culturelles et de nouveaux processus de patrimonialisation ; ils participent aussi à la compréhension des collectifs impliqués dans la production des savoirs mobilisant des corpus librement partagés (en science de la nature, histoire, généalogie).
Les réflexions issues de différentes disciplines – notamment : sociologie et histoire des sciences et des techniques, anthropologie, sciences de l’information et de la communication – pourront nous aider à questionner les enjeux et les pratiques de ces nouveaux collectifs à partir de différentes problématiques, en particulier : en quoi les pratiques de ces collectifs peuvent-elles constituer de nouveaux « communs de la connaissance »? Conduisent-elles à la production de nouvelles interprétations des documents et corpus numérisés ? Nous serons attentifs notamment aux thématiques suivantes : les rapports de pouvoir et de savoir entre acteurs impliqués dans la co-construction de corpus ; la spécificité des pratiques documentaires qu’ils mobilisent ; les relations de ces collectifs aux communautés, organisations et réseaux épistémiques déjà existants ; les formes des mobilisations et des dispositifs utilisés pour constituer les corpus ; ou encore, les formes d’appropriation et d’interprétation des documents par les différents publics qui les utilisent, tout au long de la constitution des corpus et aussi, une fois qu’ils sont stabilisés.

 

Pistes bibliographiques

Dunn, Stuart et Hedges, Mark (2014), « How the Crowd Can Surprise Us : Humanities Crowdsourcing and the Creation of Knowledge », in Ridge, Mia (dir.) Crowdsourcing our Cultural Heritage, Surrey, Ashgate, p. 231-247.
Heaton, Lorna et Millerand, Florence (2013), « La mise en base de données de matériaux de recherche en botanique et en écologie », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 7, n° 4, p. 885-913.
Heaton, Lorna et Proulx, Serge (2012), « La construction locale d’une base transnationale de données en botanique », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 6, n° 1, p. 141-162.
Hess, Charlotte et Ostrom, Elinor (eds), Understanding knowledge as a commons, MIT Press, 2007.
Le Crosnier, Hervé (2011), « Les communs de la connaissance : un autre regard sur l’information », Documentaliste-Sciences de l’Information, vol. 48, p. 48-59.
Le Marec, Joëlle (2007), Publics et musées, la confiance éprouvée, Paris, L’Harmattan.
Millerand, Florence (2012), « La science en réseau. Les gestionnaires d’information « invisibles » dans la production d’une base de données scientifiques », Revue d’anthropologie des connaissances, Vol. 6, n° 1, p. 163-190.
Paré, Daniel J., Millerand, Florence, Heaton, Lorna (2014), “Bridging Communication and Science and Technology Studies”, Canadian Journal of Communication, vol 39, n°4.
Proulx, Serge, Garcia, J.-L, et Heaton Lorna (dir.), La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2014.
Ridge, Mia (dir.) (2014), Crowdsourcing our Cultural Heritage, Surrey, Ashgate.
Saou-Dufrêne, Bernadette (dir.) (2014), Heritage and digital humanities : how should training practices evolve ? Zürich, Berlin : LIT Verlag.
Wiggins A. et Crowston K. (2011), « From Conservation to Crowdsourcing: A Typology of Citizen Science. », 44e Hawaii International Conference on System.
Zacklad, Manuel et Chupin, Lisa (2015), « Le crowdsourcing scientifique et patrimonial à la croisée de modèles de coordination et de coopération hétérogènes : le cas des herbiers numérisés », Revue canadienne des sciences de l’information et de bibliothéconomie, n°39, p. 308-328.

Organisation et financement

Cette journée, à l’initiative de Serge Proulx, Florence Millerand, Lorna Heaton (LabCMO, UQAM), Manuel Zacklad et Lisa Chupin (DICEN-IDF, Le CNAM), responsable de l’organisation, bénéficie du financement de l’Infrastructure Nationale en Biologie et Santé e-ReColNat (ANR-11-INBS-0004) et d’une subvention du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada.

Inscription

Pour faciliter l’organisation, merci de bien vouloir nous indiquer votre présence, par mail avant le 20 février 2016 à l’une des deux adresses suivantes (sans espace) :
dicen . erecolnat @ gmail . com
lisa . chupin @ cnam.fr

Programme et accès : voir http://www.dicen-idf.org/evenement/nouveaux-collectifs-de-coproduction-de-corpus-numeriques-communs-de-la-connaissance-communautes-epistemiques-et-au-dela/