Evénement - Workshop Prim

 workshop PRIM

R e c h e r c h e s  e n  c o m m u n i c a t i o n :

La recherche et l’ordinaire / \ Injonctions, formatages, résistances

 

27 et 28 mars 2017

Université François-Rabelais

iut de Tours, département Information-Communication

École publique de journalisme de Tours

Avec le concours du Gripic, Celsa, université Paris-Sorbonne

 

 

Ce second workshop de l’équipe Prim en sciences de l’information et de la communication (Sic) propose de travailler autour de deux axes. La première journée est confiée en carte blanche à une collègue invitée, Joëlle Le Marec (Gripic, Celsa, université Paris-Sorbonne), qui proposera une réflexion sur « la recherche et l’ordinaire ». La seconde journée ouvrira les recherches du laboratoire Prim sur le thème « Communication : injonctions, formatages, résistances » par un ensemble d’interventions, portant notamment sur la communication organisationnelle, les industries culturelles, le numérique, les pratiques, la culture populaire. Elle permettra également la présentation de recherches en cours de doctorants en Sic de l’équipe. Ce workshop s’inscrit dans le travail mené par l’équipe Prim sur l’information et les médiations communicationnelles.

 

 

Jour 1 :Animé par Joëlle Le Marec, université Paris-Sorbonne (Gripic)

 

La recherche et l’ordinaire : objets, espaces, pratiques, éthique

 

1. L’ordinaire et le quotidien dans la vie sociale.

2. Le cas spécifique des études de sciences, des processus de connaissance, et des pratiques de communication dans les pratiques de recherche.

3. Questions de politiques de recherche (entre cultures de l’émancipation et soumission au marché) et problématique de l’ordinaire : quels points aveugles ? Quelles résonances en sciences de l’information et de la communication ?

 

Jour 2 :Animation Prim

Communication : injonctions, formatages, résistances

 

Injonctions, formatages, résistances : ce serait une façon de décrire la communication et les tensions qui la traversent, dans sa volonté d’efficience sociale. L’injonction à communiquer pousse à l’expression de soi sur les applications numériques dites de réseaux sociaux, à débattre, à dire son histoire et son parcours pour être accueilli, à raconter les épreuves traversées, à s’exprimer dans l’espace public démocratique, à parler pour être sauvé... Le formatage, présent dès le langage, se tapit dans les formes d’expression sociales prescrites, la rhétorique, l’écriture, comme dans les architextes numériques, le discours managérial, la prescription d’un lexique, le format temporel même de l’expression permise. Les résistances apparaissent dans les refus de communication, le rejet des formes ou d’un langage, d’un dispositif, la proposition d’autres formes communicationnelles… Cette journée ouvrira le programme de recherche dans lequel s’engage pour trois ans l’équipe de recherche Prim, qui sera structuré par un séminaire. Il s’agit de penser de façon critique la communication dans son inscription sociale.

 

Matin (9h30)

 

  • Marine Allein (Celsa, Gripic, université Paris-Sorbonne), « L’injonction à communiquer faite aux managers : une prescription qui ‘‘parle fort’’, des résistances à bas-bruits ».
  • Benoît Cordelier (Uqàm, Département de communication sociale et publique), « Le silence organisationnel comme stratégie de résistance ».

 

Déjeuner (12h)

 

Après-midi (13h30)

  • Franck Rebillard (mcpn-Cim, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3), « La plateformisation des nouvelles ou le formatage de l’information en ligne ».
  • Étienne Candel (Gripic, Celsa, université Paris-Sorbonne), « La contrainte comme allégation : une réflexion critique sur les ‘‘140 caractères’’ de Twitter ».
  • Natalia CalderÓn BeltrÁn (Cemti, université Paris 8), « ‘‘Bricolages’’ à Cuba : culture populaire, culture de résistance ».
  • Pascal Robert (Elico, Enssib), « Injonction, formatage et résistances au miroir de la gestionnarisation, de l’incommunication et de l’impensé ? ».

 

Travaux doctoraux

 

  • Kelber Pereira Goncalves (Prim, université François-Rabelais ; Brésil), « Pratiques numériques des jeunes catholiques brésiliens », travail doctoral.
  • Larbi Megari (Prim, université François-Rabelais ; Alger), « Prédication musulmane arabe sur Twitter : les tweets de Mohamed Al-Arefe », travail doctoral.

 

*

 

PROGRESSION JOURNÉE 1

La recherche et l’ordinaire : objets, espaces, pratiques, éthique

 

·       9h : ouverture.

·       9h30-12h (dont une heure et demie de discussion) : 1/ L’ordinaire et le quotidien dans la vie sociale

Proposition de lecture et d’articulation des travaux en sciences sociales sur l’ordinaire et le quotidien dans la vie sociale : pourquoi porter une attention spécifique à des phénomènes dits « ordinaires » ou « quotidiens » (s’agit-il d’ailleurs des mêmes phénomènes ?). Quels sont les objets et les questions dans ce type de recherches ? Quel est l’enjeu pour les auteurs qui revendiquent ce type d’intérêt, quelles modalités d’enquête, quelles sociabilités et quels types de productions ? Quels recoupements avec des problématiques voisines (théorie des médiations, infra-ordinaire, visible et invisible, mais aussi études subalternes et retour à ce qui n’a pas été vu ni énoncé).

(Quelques auteurs mobilisés, parmi d’autres : Bruce Bégout, Sandra Laugier, John Dewey, Richard Hoggart, Salvador Juan, Carpanin Marimoutou, Éric Chauvier, Emmanuël Souchier, Igor Babou, Étienne Candel, Béatrice Micheau).

 

·       12h : Déjeuner

 

·       13h30-15h : 2/ Le cas spécifique des études de sciences, des processus de connaissance et des pratiques de communication dans les pratiques de recherche

Présentation de trois enquêtes et des matériaux de l’enquête :

  • les pratiques de communication dans les pratiques de recherche ;
  • habiter la bibliothèque : pratiques et projets studieux au jour le jour ;
  • les pratiques ordinaires des travailleurs intellectuels.

 

·       15h30-17h : 3/ Séminaire commun sur une proposition et une préoccupation à partir d’un texte diffusé en amont de la séance.

Lien entre des questions de politiques de recherche (entre cultures de l’émancipation et soumission au marché) et problématique de l’ordinaire : quels points aveugles ? Quelles résonances en sciences de l’information et de la communication ?

 

*

 

RÉSUMÉS JOURNÉE 2

Communication : injonctions, formatages, résistances

 

« L’injonction à communiquer faite aux managers : une prescription qui ‘‘parle fort’’, des résistances à bas-bruits »

Marine Allein (Docteure en sciences de l’information et de la communication ; Gripic, Celsa, université Paris-Sorbonne)
Il s’agira dans cette communication de suivre le fil d’une prescription depuis les lieux de sa formulation jusqu’aux pratiques des acteurs auxquels celle-ci s’adresse. Notre analyse s’intéressera dans un premier temps aux trois niveaux de mise en circulation de l’injonction à communiquer faite aux managers afin de déconstruire l’idéologie qui traverse une telle prescription. Puis, nous envisagerons les multiples manières de « faire le manager-communicant » soit les différentes modalités des acteurs pour faire autour et avec le rôle et le discours prescrits.

 

« Le silence organisationnel comme stratégie de résistance »

Benoît Cordelier (Professeur, Uqàm, Département de communication sociale et publique)
Dans une approche pragmatique et dans un contexte organisationnel, nous proposons l’idée que le silence organisationnel peut être une stratégie de décalage par l’énonciateur qui joue sur les conventions et la capacité ou intention propre de l’énonciataire à interpréter son intention au-delà de son caractère explicite. Cette stratégie de décalage affecte l’intention de l’énonciataire qui voit sa capacité d’action affectée lorsqu’il est en posture d’énonciateur. Plus concrètement, les chaînes de commandement voient ainsi s’amoindrir l’effet perlocutoire de leur discours.

 

« La plateformisation des nouvelles ou le formatage de l’information en ligne »

Franck Rebillard (Professeur sciences de l’information et de la communication, Cim, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Une part importante de la consultation de l’information en ligne passe par les plateformes d’infomédiation opérées par des acteurs tels que Google, Facebook ou Apple. La forme prise par les nouvelles en vient à échapper aux éditeurs qui en sont à l’origine, avec pour conséquence une sorte d’uniformisation de la présentation des informations en ligne par ce biais. Ce flou de la labellisation éditoriale, appréhendable grâce à l’analyse de discours, peut s’expliquer de façon complémentaire par une approche relevant davantage de l’économie politique des relations entre infomédiaires et éditeurs.

 

« La contrainte comme allégation : une réflexion critique sur les ‘‘140 caractères’’ de Twitter »

Étienne Candel (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication hdr ; Gripic, Celsa, université Paris – Sorbonne)
Cette communication interrogera la construction d’une opposition entre contrainte et liberté dans les discours accompagnant les pratiques de la plateforme Twitter. Elle montrera en particulier que l’élaboration de ce paradigme et ses résolutions dialectiques reposent sur une certaine conception sociale du format et de la communication, prédisposée à envisager la question du pouvoir des textes de façon binaire, sans mise en perspective de leur complexité éditoriale. 

 

« ’’Bricolages’’ à Cuba : culture populaire, culture de résistance »

Natalia CalderÓn BeltrÁn (Doctorante en sciences de l’information et de la communication ; Cemti, université Paris 8)
Cette présentation sera l’occasion de partager quelques résultats de recherche autour de la technique à Cuba, île qui après soixante années de Révolution et de blocus étasunien a dû faire avec les moyens du bord pour que la vie puisse continuer. Elle s’intéressera à des domaines variés tels que l’informatique, la cuisine ou encore la réparation de voitures. Si de prime abord ces domaines semblent divers, il s’agira, dans le sillage de l’approche d’Armand Mattelart, de considérer ces « bricolages » et détournements comme l’expression d’une culture populaire.

 

« Injonction, formatage et résistances au miroir de la gestionnarisation, de l’incommunication et de l’impensé ? »

Pascal Robert (Professeur sciences de l’information et de la communication, Enssib, Elico)
Pascal Robert a utilisé la notion de « formatage généralisé » dès sa thèse, en 1994, pour désigner cette capacité de l’informatisation à niveler le terrain autour d’elle et à produire des logiques d’adaptation à son développement à l’aide de procédures et de mises en formes, avant tout par l’usage de l’informatique elle-même. Depuis 2004, il parle plus volontiers de « gestionnarisation » de la société, qui promeut l’efficacité alors même que, poussée à son extrême, elle bascule en son inverse et produit de l’inefficacité (lorsque la procédure devient une fin en soi par exemple). En ce sens, l’injonction à la communication vient seulement en compensation du formatage et de la gestionnarisation. Cependant, cette formule pratique de l’idéologie de la communication (Ph. Breton) s’avance sur fond d’incommunication (D. Wolton ; P. Robert). C’est pourquoi, en définitive elle ne résout rien : elle est un paradoxe qui, en tant que tel, ne fait que renforcer l’incommunication, tout à l’opposé donc de ce qu’elle prétend. Face à la gestionnarisation et à l’injonction de communication, nous développons cependant moins de véritables capacités de résistance qu’une réelle aptitude à nous laisser apprivoiser  par la technique, ce qui passe notamment par notre inscription non questionnée (ou si faiblement) au sein d’un milieu technique, sous couvert de ce que Pascal Robert appelle l’impensé, qui facilite en définitive notre insertion dans l’orchestre d’internet et des réseaux.

 

LIEU

 

Les deux journées auront lieu à l’iut de Tours,

site Jean Luthier, au Nord de la Loire, de 9h à 18h environ.

29, rue du Pont-Volant, Tours

salles E 4010 (27.03) et E 1050 (28.03) (4e et 1er étage, bâtiment E).

 

Accès depuis la gare de Tours : bus 2, en face de la gare, dir. Les Douets, 10 min.

Trains depuis Paris (1h15), notamment à 7h16.

*

Inscription gratuite :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

*