Lancement des Assises des Sciences de l'Information et de la Communication

 Echirolles, le 27 mars 2009

Chers et chères collègues,

De toutes les définitions que l’on pourrait donner au mot « assises », plusieurs d’entre elles prennent une résonance particulière dans un contexte de réformes profondes et brutales qui affectent notre espace public, l’Université, et notre communauté scientifique.
Je vais en citer 2.
Les assises se définissent comme :
  • crédit, soutien ou moyens dont bénéficient une personne, un groupe ou une institution.
Il s’agit donc de nous doter de moyens pour faire face aux mutations actuelles, d’élaborer des stratégies efficaces à partir d’une évaluation collective des nouveaux enjeux des SIC, de dessiner ensemble les futurs qu'il faut penser et non subir.
  • La deuxième définition considère les Assises comme un siège sur lequel on s'assied, un ensemble sédimentaire homogène.
Les « Assises des SIC » traduisent, précisément, cette volonté de construire ensemble un programme cohérent dans lequel les principaux enjeux seront discutés, au local et au national, sur la base d’un questionnement comprenant différentes entrées thématiques.

L’essentiel tient, précisément, à ce travail de concertation que la SFSIC entend encadrer et animer, conformément à son objet, dans l’intérêt de ses adhérents et de tous ceux qui contribuent, en tous lieux et en toutes formes, au rayonnement intellectuel des SIC.

Je reprends ici cette phrase de Chateaubriand dans Itinéaires de Paris à Jérusalem, je cite :
« Afin d’atteindre à cette rare perfection, on amenait d’abord le marbre à sa plus juste coupe avec le ciseau, ensuite on faisait rouler les deux pièces l’une sur l’autre, en jetant au centre du frottement du sable et de l’eau. Les assises, au moyen de ce procédé arrivaient à un aplomb incroyable ».

Il nous faudra effectivement tailler, ajuster, parfois jeter du sable et de l’eau, mais nous devons garder à l’esprit notre objectif commun.

Sur ces mots, je déclare ouvertes les Assises des Sciences de l’Information et de la Communication.

Alain Kiyindou
Président de la SFSIC