Appel à communication

 Appel à communication

 


21-22e Colloque bilatéral Franco-Roumain 
en Sciences de l’Information et de la Communication


Politique et religion au défi de la communication numérique

 

NOUVELLE DATE LIMITE : 1 mars 2017

 


Université de l’Ouest de Timişoara, 8-10 Juin 2017


L’intérêt manifesté des Sciences de l’Information et de la Communication (SIC) pour l’impact actuel des nouvelles technologies numériques dans les domaines individuel et social recouvre un certain nombre de problématiques majeures, dont celles concernant le politique et le religieux, qui renvoient à des bouleversements singuliers, non seulement au plan symbolique et fonctionnel, mais aussi en termes de structuration et action sociales. Sous la pression du développement exponentiel des nouvelles technologies numériques de l’information et de la communication, mais aussi en proie à leurs propres besoins intrinsèques de performance dans le champ de la communication, le politique et le religieux induisent des transformations sociales profondes à la faveur d’un nouvel ordre idéologique. Internet, Facebook, Youtube, Instagram, Linkedin, Pinterest, Tweeter, Whats App, tablettes, smartphones, etc. sont en train de changer non seulement la manière de faire de la politique, la façon de pratiquer la religion ou les règles qui organisent les rapports entre le politique et le religieux, mais aussi les contenus mêmes de la politique et de la religion en imposant aux mondes démocratiques un nouveau cadre rendu incontournable par la technique pour penser l’articulation entre le politique et le religieux.


Cette 21-22e édition du colloque international franco-roumain vise à mettre en exergue les mutations induites par les nouvelles formes numériques de communication politique et religieuse comme paradigme du sens de l’actualité médiatisée et de la médiatisation de l’information. Dans cette perspective, les propositions de communication porteront sur : 
 •    le politico-religieux : phénomènes associés et distincts dans la communication numérique
 •    la compréhension du religieux par le politique dans les conditions de la généralisation de la communication numérique
 •    le sens  du politique sans religion dans le contexte de la communication numérique
 •    la communication numérique du religieux hors du politique
 •    la communication numérique comme phénomène politique instituant et phénomène religieux institutionnalisant
 •    la communication politico-religieuse numérique  : pouvoirs, conflits, normes
 •    la détermination religieuse dans la communication politique numérique
 •    la communication religieuse numérique rendue possible par le politique
 •    le référentiel de l’humanité dans la communication numérique du politique et du religieux
 •    l’institutionnalisation de la communication politico-religieuse numérique
 •    le système de croyances déterminant dans la communication numérique politique et religieuse
 •    la communication politico-religieuse numérique et l’émancipation du politique

Les propositions (deux pages) devront être envoyées à  : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.,

Les textes feront l’objet d’une sélection en double aveugle par le comité scientifique du colloque sur versions courtes pour la communication (qui inclut un professeur français et un professeur roumain). En vue de la publication des actes, les textes sur versions longues seront retenus selon une sélection conjointe en double aveugle également, par le comité scientifique du colloque.
Les actes du colloque seront publiés aux éditions Iarsic sous le patronage de ESSACHESS et seront soumis en vue du référencement à des bases de données internationales parmi lesquelles ISI Thomson Web of Science, SCOPUS ELSEVIER etc.


Frais d’inscription : le colloque bilatéral est traditionnellement gratuit et sans frais d’inscription. Chaque participant finance seulement son déplacement et son hébergement. Une partie des frais de restauration est prise en charge par les organisateurs.

Aucun frais de participation ni de publication ne sont demandés aux participants

Calendrier
- 31 janvier 2017  1 mars 2017  - soumission de la proposition de communication en français sous forme
d’un résumé d’environ 400 mots espaces compris comportant 5 mots-clés. La proposition doit
être accompagnée des noms, affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs.
- 10 février 2017 - notification des résultats par e-mail
- 15 avril 2017 - soumission du texte complet de la communication
- 1er mai 2017 - notification des résultats de l’évaluation du texte complet par email

Comité d’organisation en France
Pour I3M
Nicolas Pélissier (PR I3M, Université de Nice Sophia Antipolis, France)
Marcia Rogerio Grilo (MCF,I3M, Université Porto Alegre Portugal)
Pour Iarsic-CTS du Corhis
Mihaela-Alexandra TUDOR (MCF HDR, IARSIC-CTS du Corhis EA 7400, Université Paul Valéry),
Adela BURCEA (doctorante, IARSIC-CTS du Corhis EA 7400, Université Paul Valéry),
Agnos HERTELIU (doctorant, IARSIC-CTS du Corhis EA 7400, Université Paul Valéry)


Comité d’organisation en Roumanie
Gheorghe Clitan, (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Simona Bader (LECT, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Oana Barbu (LECT, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Ana-Maria Benea (DR, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Stefana-Oana Ciortea-Neamtiu (LECT, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Bianca Dramnescu (DR., Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Maria Micle (LECT, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie), Tamara Petrova (LECT, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)


Responsables scientifiques
Responsables scientifiques pour la France :
Pour I3M : PR Nicolas Pelissier (PR I3M, Université de Nice Sophia Antipolis, France)
Pour IARSIC-CTS (Corhis EA 7400): MCF HDR Mihaela Alexandra TUDOR
Responsables scientifiques pour la Roumanie :
Pour UVT: Gheorghe Clitan, (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Pour UB: Mihai Coman (PR, FJSC, SPARTA, Roumanie)


Comité scientifique
Christian Agbobli, (PR UQAM, Montréal, Canada)
Stefan Bratosin (PR, IARSIC-CTS du CORHIS, Université Paul Valéry de Montpellier 3, France)
Gheorghe Clitan (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Mihai Coman (PR, FJSC, SPARTA, Roumanie)
Eric Dacheux (PR, Université Blaise Pascal Clermont Ferrand, laboratoire COMSOL, France)
David Douyère (PR, Prim, IUT de Tours, Université François-Rabelais, France)
Catherine Ghosn (MCF HDR, IDETCOM, Université Paul Sabatier de Toulouse, France)
Philippe J. Maarek, (PR UPEC, ISCC/CNRS Paris, France)
Elena Golopentia Matei (PR, FJSC, Université de Bucarest)
Florin Lobont (MCF, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Ionel Narita (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Nicolas Pelissier (I3M, Université de Nice-Sophia Antipolis, France)
Alexandru Petrescu (MCF, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Paul Rasse (PR UNS, I3M, France)
Robert Reisz (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Silviu Rogobete (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Haytham Safar (PR, CERM, Université de Mons, Belgique)
Laurențiu Tănase (PR, FT, Université de Bucarest)
Marcel Tolcea (PR, PFC, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie)
Mihaela-Alexandra Tudor (MCF HDR, IARSIC-CTS du CORHIS, Université Paul Valéry de Montpellier 3, France)

Lieu d’accueil du colloque
Université de l’Ouest de Timisoara
Bulevardul Vasile Pârvan 4, Timișoara, Roumanie


 Appel à articles


Intelligence économique et développement durable De l’ignorance au mariage de raison ?


Numéro de la Revue internationale d'intelligence économique coordonné par :
Christian Marcon, professeur des universités en sciences de l’information et la communication, IAE - Université de Poitiers
Philippe Schäfer, professeur associé en sciences de gestion, Groupe Sup de Co, La Rochelle


L’étudiant intéressé par l’intelligence économique qui chercherait un master spécialisé associant l’intelligence économique et le développement durable serait sans doute surpris : il n’en existe pas. Est-ce un simple concours de circonstance ? Faut-il y voir, au contraire, le signal fort d’une relation difficile à établir entre deux disciplines ? Ou bien des pistes de réflexions interdisciplinaires peuvent-elles émerger de cette rencontre ?

Lire la suite : AAC - Intelligence économique et développement durable

 

 

 

Appel à communication - Colloque

13 et 14 décembre 2016, Lyon

Les données urbaines, quelles pratiques et quels savoirs ?

Perspectives pluridisciplinaires sur les traces numériques

Co-organisation par les unités de recherche ELICO, ERIC, EVS, LIRIS (Université de Lyon),

dans le cadre de l’axe Numérique de l’ISH et du projet IDENUM - Identités Numériques Urbaines, (Appel à projets 2016 du LabEx IMU)

avec le soutien de l’IXXI-ISH et de Sciences Po Lyon

 

 

Les deux journées du colloque visent à interroger différentes modalités du « point de vue » numérique sur la ville et de son traitement dans la recherche à travers les données numériques (cartographie, avis des internautes, données de géolocalisation, publications photographiques, données sonores), à partir du dialogue scientifique de chercheurs en SHS (sociologie, urbanisme, anthropologie, géographie, info-communication…) et en Informatique. Les enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques de la collecte, du traitement et de l‘interprétation sociale et scientifique de ces corpus de données produites dans et par la ville seront abordés pour questionner les médiations de l’expérience urbaine, au croisement d’évolutions techniques et de mutations sociales et culturelles. Le colloque est organisé par un comité pluridisciplinaire en Sciences de l’information et de la Communication, Géographie et Informatique.

Trois axes seront privilégiés :

  1. Analyser la part des données (processus, techniques, enjeux,…) dans la fabrique de la ville. Le premier axe considère les pratiques institutionnelles, politiques et les savoir-faire professionnels en constitution. Il s’agit d’explorer un espace de pratiques dont la culture de la « donnée » et de ses réécritures obéit à d’autres épistémologies que celles des pratiques scientifiques, et concerne l’instrumentation de l’action publique ; les politiques publiques d’encouragement de la « construction de connaissances » ; les mutations de la communication publique ; la représentation numérique du territoire. Quels acteurs publics et privés ? Quelles expertises ? Quelles épistémologies ? Quels modèles ? Quels enjeux pour le citoyen comme pour le territoire ?
  1. Produire les données, faire avec les données captées dans la ville. Cet axe porte plus spécifiquement sur les défis informatiques de la collecte et de la structuration des données (métadonnées - fouille), leur analyse et exploitation, interopérabilité. Egalement, il s’agit de favoriser les échanges sur les problématiques de la captation, des ontologies et de la représentation, au carrefour des disciplines SHS et Informatique. Les sciences participatives pourront également nourrir la réflexion relative à la production et aux usages citoyens de capteurs dans l’environnement urbain.
  1. Faire des données des « traces » : interprétations sociales et éthiques de la donnée. Cet axe souhaite favoriser des travaux présentant des approches réflexives sur les savoirs sociaux permis par l’analyse des données, au prisme des Humanités Numériques notamment. Ces « traces » correspondent à l’exposition d’un soi dans l’espace public, sous des formes renouvelées par l’intermédiaire du numérique. Elles participent d’une mutation des relations interindividuelles, qui renégocient le propre de l’individu et celui de collectifs à géométrie variable.

Le colloque se déroulera selon deux modalités de communication : la première, en plénière, appuyée sur des conférences invitées et des contributions sélectionnées par un comité scientifique ; la seconde, d’échange avec les praticiens, acteurs de la ville et médias locaux, sous la forme de tables-rondes en fin de journée, à destination d’un public non spécialiste (citoyen, étudiant, acteur public…).

 

Propositions de communication

`Les contributions prendront la forme de communications de 20 minutes.

Les propositions, anonymes, seront déposées en fichier pdf et comprendront un titre et un résumé présentant l’objet de recherche, le cadre théorique ainsi que la méthodologie mobilisée, le tout ne dépassant pas 2000 signes, bibliographie comprise.

Les propositions doivent être déposées sur la plate-forme SciencesConf au lien suivant :

https://donnees-urb.sciencesconf.org/

Une publication prolongeant les journées est prévue sous la forme d’un dossier de revue ACL.

Calendrier 

Lancement de l’appel à communication : 1er juillet 2016

Date limite de soumission des propositions : 1er septembre 2016

Réponses du comité scientifique : 2 novembre 2016

Comité d’organisation

Manuel Appert, EVS, Lyon 2 / Julia Bonaccorsi, ELICO, Lyon 2 / Sabine Loudcher, ERIC, Lyon 2 / Elöd Egyed-Zsigmond, LIRIS, INSA / Jean-Michel Rampon, ELICO, Sciences Po Lyon / Cécile Tardy, GERIICO, Université de Lille / Oriane Piquer-Louis, ELICO, ADR Arc 5-Rhône-Alpes /Thomas Bihay, ELICO, ADR Arc 5-Rhône-Alpes.

Comité scientifique

Stéphane Chaudiron (GERIICO, Université de Lille)/ Sarah Cordonnier (ELICO, Université Lumière Lyon 2) / Eric Dagiral, (CERLIS, Université Paris Descartes) / Jérôme Darmont (ERIC, Université Lumière Lyon 2) / Jérôme Denis (Telecom Paris-Tech) / Marie Després-Lonnet (GERIICO, Université de Lille) / Maria-Giulia Dondero (FNRS, Université de Liège) / Isabelle Garcin-Marrou (ELICO, Sciences Po Lyon) / Gilles Gesquière (LIRIS, Université Lumière Lyon 2) / Jérémy Hamers (LEMME, Université de Liège) / Eric Kergosien (GERIICO, Université de Lille) / Anne Jarrigeon (LVMT, Université Paris-Est) / Thierry Joliveau (EVS, Université Jean Monnet Saint-Etienne) / Fabien Labarthe (ELICO, Université Jean Monnet Saint-Etienne) / Sarah Labelle (LabSic, Université Paris 13) / Patrizia Laudati (DeViSu, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis) / Isabelle Lefort (EVS, Université Lumière Lyon 2) / Elsa Nègre (LAMSADE, Université Paris-Dauphine) / Nathalie Pignard-Cheynel (AJM, Université de Neuchâtel) / Françoise Paquienséguy (ELICO, Sciences Po Lyon) / Jean-Christophe Plantin (London School of Economics) / François Provenzano (LEMME, Université de Liège) / Julien Velcin (ERIC, Université Lumière Lyon 2) / Dominique Vinck (Université de Lausanne)

 

Logos labosLogos soutiens

Cher.s collègues,
comme vous le savez déjà les prochaines journées doctorales de la Sfsic se tiendront à Lyon, en partenariat avec l'équipe locale Elico.
Cette édition sera particulière, car suite aux demandes des doctorants rencontrés lors du Congrès de Metz, nous avons décidé de proposer un atelier "ma thèse en 3 Minutes" lors des journées doctorales de juin 2017 et c'est l'association locale des doctorants, Alec-Sic qui prend son organisation en charge.
C'est pourquoi, nous appelons tout(e)s les doctorant(e)s en SIC à "performer" sur la scène des Journées Doctorales de la SFSIC.
Pour ce faire envoyez une présentation de votre thèse en 150 mots ainsi que son titre et une bibliographie indicative avant le 6 mars à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Si vous souhaitez plus d'informations n'hésitez pas à consulter le site internet alecsic.org/doctorales2017
Et n'oubliez pas, c'est pour le plaisir ! Il n'y a ni gagnant, ni perdant, juste une vidéo de votre performance en souvenir !

L'association Alec-SIC et F. Paquienséguy, VP Recherche Sfsic
http://alecsic.org/
@alecsic69"

 

 

 Appel à communication




Colloque international Université d’économie de Varna – Bulgarie 7-9 juin 2017



« Questionner le tournant créatif : dispositifs, processus et représentations »

 


Véritables socles des industries culturelles et créatives, tout autant qu’éléments constitutifs de leur définition, la créativité et l’innovation sont sollicitées, convoitées, réclamées au sein de contextes, métiers et secteurs d’activités relevant aussi des filières industrielles traditionnelles. L’extension de la référence créative à diverses sphères sociétales, souvent éloignées, est la résultante d’un processus d’affranchissement de la créativité vis-à-vis du champ artistique (Reckwitz, 2014). Comment s’opère ce tournant créatif ? Sur quels mécanismes s’appuie-t-il ?
 L’objet de ce colloque est d’identifier les transformations actuelles du travail et de sa dimension créative dans des contextes différents, en analysant en parallèle les filières des industries culturelles et des mondes de l’art (Becker, 1988), celles des industries créatives et enfin des secteurs productifs traditionnels. Les activités créatives sont sensées être au cœur des métiers, issus du monde de la culture et de celui de « l’économie créative », en s’appuyant sur un rapprochement souvent confus (Bouquillion, Miège, Moeglin, 2013). Il s’agit souvent de masquer les profondes tensions au cœur de l’activité économique. Dans les organisations productives hors du champ des industries créatives, les injonctions créatives viennent se juxtaposer et bousculer les modèles traditionnels d’organisation du travail. Idéalisée, présentée comme un moyen inéluctable de la performance et comme un facteur concurrentiel, la créativité au travail
s’inscrit dans un plaidoyer qui sert assurément le discours managérial en participant ainsi au processus d’enchantement de l’activité productive (d’Almeida, 2001). Elle renvoie à la dimension expressive du travail pour laquelle les attentes sont fortes, particulièrement en France (Méda, V endramin 2016). La référence créative participe-t-elle à l’évolution du contenu et des formes du travail ? Quelles sont les nouvelles compétences recherchées et celles qui y sont réellement mobilisées ? L’incertitude associée aux usages des outils numériques fait porter aux individus et aux collectifs de travail l’obligation d’inventer de nouvelles façons d’interagir. Lesquelles ? Comment émergent-elles ?

Lire la suite : AAC - Colloque international "Questionner le tournant créatif"