Divers

Concours de thèse :
 Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS)

Concours de thèse

Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) 
Collection CTHS Histoire


Notre ambition

Le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS) 
lance en 2012 la 4e édition de son concours de thèses 
ouvert aux jeunes docteurs en histoire. À l’issue 
de ce concours, les thèses sélectionnées seront 
publiées dans la collection CTHS-Histoire. 
Par cette initiative, le CTHS vise à encourager de 
jeunes chercheurs et à permettre une plus large diffusion
de leurs travaux.

Le CTHS s’intéressera particulièrement aux thèses qui abordent des thèmes en débat dans la communauté scientifique, apportent un regard neuf sur les sujets traités et participent aux grandes controverses historiographiques susceptibles de concerner un large public.

Sur la base d’un article présentant et résumant leur thèse ainsi que d’un projet de
remaniement, les candidats devront montrer leur aptitude à dégager clairement la nouveauté et la richesse du contenu scientifique de leur travail et leur capacité à prendre du recul par rapport à ce travail pour en faire un livre.
Le CTHS sera aussi sensible à la qualité rédactionnelle des travaux, sans laquelle il ne sera pas possible d’élargir le champ des lecteurs.
En demandant notamment aux lauréats un effort systématique de réécriture pour passer d’une thèse à un livre, il souhaite toucher un public plus large ne se limitant pas au seul cercle des spécialistes.

note: Les Éditions du CTHS publient chaque année une quarantaine de volumes : sources, monographies, études et actes de congrès. Pour une présentation générale du CTHS et de ses activités (éditions, congrès, relations avec les sociétés savantes), voir le site cths.fr.

Règlement

1. Objet du concours

Les lauréats du concours sont récompensés par la publication de leur thèse aux Éditions du CTHS dans la collection CTHS-Histoire après remaniement (dans un délai qui leur sera indiqué) conformément aux
normes de la collection.

2. Conditions de participation

Le concours de thèses du Comité des travaux
historiques et scientifiques (CTHS) est ouvert aux
docteurs ayant soutenu une thèse d’histoire (y
compris d’histoire des sciences et des techniques) rédigée enfrançais entre le 31 octobre 2010 et le 31 décembre 2011 et ayant obtenu la mention très honorable avec félicitations du jury (sauf si l’université de rattachement a renoncé à décerner des mentions). Les thèses d’habilitation à diriger des recherches et les thèses de l’École nationale des chartes ne seront pas retenues.

3. Constitution du dossier de candidature

Pour s’inscrire, le docteur doit faire acte de candidature en envoyant aux Éditions du CTHS, en trois exemplaires, un dossier qui servira à la présélection des thèses et qui comprendra les éléments suivants :

  • – le formulaire d’inscription ci-joint dûment rempli ;
  • – un résumé de la thèse de 5 000 signes environ ;
  • – la table des matières de la thèse ;
  • – l’introduction de la thèse ;
  • – la photocopie du rapport de soutenance ;
  • – un projet de remaniement conformément aux
  • normes de la collection d’histoire (800 000 signes maximum – annexes et bibliographie comprises – et 40 illustrations maximum) ;
  • – dans la mesure du possible, il est demandé aux candidats de joindre un CD (un seul exemplaire) contenant les différents éléments demandés.
  • 4. Présélection des thèses

Une présélection des thèses sera opérée par les sections du CTHS participant au concours. Celle-ci s’effectuera à partir du dossier déposé par les docteurs.Les résultats de cette présélection seront annoncés aux candidats en avril 2012.

5. Procédure de sélection des lauréats

À l’issue de la présélection, les candidats
retenus devront envoyer un exemplaire de leur thèse (avec une copie sur CD) avant la date qui leur sera indiquée.
Les thèses seront ensuite réparties dans
les différentes sections concernées du CTHS :

  • – Histoire et archéologie des civilisations antiques ;
  • – Histoire et philologie des civilisations médiévales ;
  • – Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions ;
  • – Histoire contemporaine et du temps présent ;
  • – Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle.


Les sections, après avoir soumis chacune des thèses à deux experts (qui ne doivent pas avoir fait partie du jury de soutenance du candidat), proposeront un classement à un jury désigné par la commission de publication du CTHS. Chaque section se réserve le droit de ne pas retenir de thèse si les dossiers soumis ne lui semblent pas éligibles. Le jury se prononcera en fonction de l’originalité du projet, de sa place dans le catalogue du CTHS et de sa capacité à toucher un public le plus large possible. Lui seul sera en mesure de désigner les lauréats du concours.
Les thèses retenues par le jury seront au nombre de 3 maximum.

6. Calendrier

Les inscriptions seront enregistrées entre le 15 janvier et le 1er mars 2012 (le cachet de la poste faisant foi).
Les thèses retenues à l’issue de la présélection seront annoncées en avril 2012. Les résultats seront proclamés en juillet 2012 au plus tard.

7. Engagement des candidats

En s’inscrivant, le candidat accepte de
nous remettre un exemplaire de sa thèse si son dossier est présélectionné. Cet exemplaire lui sera retourné uniquement s’il en fait la demande dans un délai de 6 mois maximum après l’annonce des résultats.

S’il fait partie des lauréats, il s’engage à effectuer une réécriture de sa thèse sous la responsabilité d’un membre du CTHS selon les conditions prévues dans le contrat d’édition conclu avec les Éditions du CTHS (ces dernières se réservant le droit de ne pas publier le manuscrit si le lauréat ne suit pas les recommandations qui lui auront été données) ; il accepte que la première édition soit exempte de redevances au titre des droits d’auteur.


---------------------------------------------------------------------------


Fiche d’inscription
Nom :

Prénom :

Adresse :



Téléphone :

E-mail:

Situation professionnelle :

___________________________
Intitulé de la thèse :



Date de soutenance :
Université de rattachement :

Nom du directeur de recherche :


Membres du jury de soutenance :







Thèse relevant de la section :
- Histoire et archéologie des civilisations
antiques
- Histoire et philologie des civilisations
médiévales
- Histoire du monde moderne, de la Révolution
française et des révolutions
- Histoire contemporaine et du temps présent
- Sciences, histoire des sciences et des techniques et archéologie industrielle

--------------------------
Pièces à produire :
un résumé de 5 000 signes environ
présentant la thèse
la table des matières de la thèse
l’introduction de la thèse
le rapport de soutenance
un projet de remaniement
___________________________________________________

Formulaire et pièces demandées à retourner
à :

Éditions du CTHS
Concours de thèses
110, rue de Grenelle
75357 Paris cedex 07

_____________________

Renseignements complémentaires :

Contact : Clémence de Clavière
Tél. : 01 55 95 89 13
E-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Site internet : cths.fr


Enquête

Proposition d'enquête Visual studies - Université Lille 3

Daniel Dubuisson (CNRS - IRHiS) & Sophie Raux (Lille 3 - IRHiS)
RTP "Visual Studies" CNRS-Lille 3

http://visual-studies.recherche.univ-lille3.fr/

Appel d'offres - post doc ICCA

Laboratoire d’excellence ICCA (Industries culturelles et création artistique)

Appel d’offres pour des bourses post doctorales

Echéance : 1er décembre 2011


Le LABEX ICCA propose 3 bourses post doctorales. Les lauréats travailleront sur des projets de recherche originaux dans les domaines suivants :

- Édition, cinéma, et audiovisuel à l'ère du numérique (prospective et analyse des mutations induites par le numérique dans ces secteurs, stratégies d’acteurs, modèles économiques, créateurs, usages…)

- Convergence des contenus (analyse des pratiques d’exploitation multi-supports et de l’évolution des processus de conception des contenus) et développement de nouvelles formes de production et de circulation de ces contenus sur le Web2.

- Régulation des industries créatives et de l'internet (analyse des dispositifs et besoins de régulation ; aspects juridiques et économiques ; évaluation)

- Jeux vidéos et industries de l'éducation (analyse des interactions entre les secteurs du jeu vidéo et de l’éducation ; serious games, e-learning)

- Apport de l'économie de la culture à la croissance, notamment dans la perspective de l'intégration des industries culturelles dans les industries créatives. Attractivité des territoires (analyse des enjeux territoriaux des industries culturelles et du numérique ; emploi, aménagement, population, formation à l’échelle des régions, départements, communautés urbaines ou d’agglomération, ou villes)

Les post doctorants seront accueillis dans l’un des groupes de recherche du Laboratoire ICCA :

Laboratoire d’accueil

Discipline dominante

Université ou école

Contact

LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication) 

Sciences de l’information et de la communication

Université Paris 13

Bertrand Legendre (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CEPN (Centre d’Economie Paris Nord) 

Economie

Université Paris 13

Françoise Benhamou

(francoise.benhamouniv-paris13.fr)

IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel)

Economie et sociologie du cinéma et audiovisuel

Université Paris 3

Laurent Creton (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CEISME (Centre d’Etude sur les Images et les Sons Médiatiques)

Sciences de l’information et de la communication

Université Paris 3

François Jost (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CERLIS (Centre de recherches sur les liens sociaux)

Sociologie

Université Paris 5

Bruno Pequignot (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

IRDA

Droit

Université Paris 13

Pascale Bloch

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

EXPERICE

Sciences de l’éducation

Université Paris 13

Gilles Brougère

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

ENSADlab (Laboratoire de recherché de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs) 

Art, esthétique

ENSAD

Jean-François Depelsenaire

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

Les bourses post doctorales sont d’une durée maximale de 24 mois. La date de début du contrat sera fixée en fonction des contraintes des lauréats.

Les projets pluridisciplinaires sont acceptés et même recommandés.

Condition de candidature

A la date de la candidature, il est nécessaire d’avoir obtenu le titre de docteur (ou de fournir un certificat du directeur de thèse certifiant l’obtention du titre avant le début du contrat post doctoral) dans un des domaines de recherche couverts par le LABEX. Ce diplôme doit avoir été obtenu en 2008, 2009, 2010 ou 2011.

Candidatures

Les candidatures comprendront :

-       un CV d’une page

-       une liste de publications

-       un projet de recherché en français ou en anglais (trois pages) comprenant un budget prévisionnel des dépenses de déplacement

-       des lettres de recommandation (deux minimum)

-       une lettre de soutien provenant du groupe de recherche qui accueillera le candidat.

Les candidatures seront envoyées à Sophie NOEL (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Les candidatures doivent parvenir au plus tard le 1er décembre 2011.


Laboratoire d’excellence ICCA (cultural industries and artistic creation)

Call for research fellowships

Deadline for applications: 1st december 2011

LABEX ICCA is offering 3 research fellowships. Candidates will work on original research projects in the following areas:

- Publishing, cinema and broadcasting industries in the digital age (prospective analysis of the changes induced in these sectors by digital technologies, actors’ strategies, economic models, creation, uses…)

- Convergence in contents (analysis of multi-support exploitation practice and of the evolution of content creation process) and development of new forms of production and circulation of these contents on the Web2.

- Regulation of creative industries and of the Internet (analysis of regulation needs and existing regulations; economic and legal aspects; evaluation)

- Video games and education industries (interactions between the video games sector and education; serious games, e-learning)

- The contribution of cultural economics to growth, in particular in relation to the integration of cultural industries into creative industries. Differenciation in territorial attractivity (analysis of the territorial issues linked to the cultural and digital industries; employment, development, population, training at the local scale - regions, departments, urban communities or cities)

The selected candidates will work within one of the research groups of the ICCA Labex:

Laboratoire d’accueil

Main discipline

University

Contact

LabSIC (Laboratoire des sciences de l’information et de la communication) 

Information and communication sciences

Université Paris 13

Bertrand Legendre (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CEPN (Centre d’Economie Paris Nord)

Economics

Université Paris 13

Françoise Benhamou

(francoise.benhamouniv-paris13.fr)

IRCAV (Institut de recherche sur le cinéma et l’audiovisuel)

Economics and sociology of cinema and broadcasting industries

Université Paris 3

Laurent Creton (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CEISME (Centre d’Etude sur les Images et les Sons Médiatiques)

Information and communication sciences

Université Paris 3

François Jost (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

CERLIS (Centre de recherches sur les liens sociaux)

Sociology

Université Paris 5

Bruno Pequignot (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

IRDA

Law

Université Paris 13

Pascale Bloch

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

EXPERICE

Education

Université Paris 13

Gilles Brougère

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

ENSADlab (Laboratoire de recherché de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs)

Arts, esthetics

ENSAD

Jean-François Depelsenaire

(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

The contract will be for a period of 24 months maximum, beginning according to the candidates’ constraints.

Pluridisciplinary projects are accepted and even recommended.

Application

Candidates must have obtained a PhD in one of the research areas covered by the Labex in 2008, 2009, 2010 or 2011 (or provide a letter from their advisor certifying that the PhD will be completed before the beginning of the research fellowhip).

Application should include:

-       A curriculum vitae (one page)

-       A list of publications

-       A research project in French or English (three pages) including a provisional budget for travel expenses

-       Letters of reference (at least two)

-       A letter of support from the research group which will work with the selected candidates.

Applications must be sent to: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Deadline for applications: 1st December 2011

 

 

Réseau de recherche : « Communication et espaces du religieux »

Mise en place d’un réseau de recherche sur le thème

« Communication et espaces du religieux »

Première rencontre : journée d’études
le vendredi 4 mai de 9h à 17h, à l’Université Paris 13

(le programme sera publié ultérieurement)



L’objectif de ce réseau est de permettre aux chercheurs travaillant sur la communication en lien avec les religions ou le religieux d’échanger, de se lire, de partager des ressources, d’organiser ensemble des rencontres de recherche afin de contribuer au développement de ce champ de recherche en communication en France. Il s’agit dans un premier temps d’inviter à nous rejoindre des chercheurs travaillant déjà sur cette question et ayant déjà communiqué ou publié sur ce sujet.



Les mouvements religieux développent des théories et des pratiques de la communication qui intéressent les sciences de l’information et de la communication (Sic). Historiquement, ces pratiques et ces théories sont restées toutefois peu abordées par les Sic, peut-être pour des raisons politiques, quand bien même des penseurs du signe et de la communication, à l’origine ou en marge des Sic (Roland Barthes, Michel de Certeau…), se sont préoccupés très tôt de la « signification » religieuse. La médiologie (notamment celle de Régis Debray), s’est, avec une approche spécifique, efforcée de traiter cette question.

Les questions de communication relatives aux espaces du religieux nous semblent recouvrir huit domaines :

1. les modes de communication et les pratiques d’information et de communication des religions ;
2. les signes produits par les groupes religieux dans leur activité liturgique ou de prière;
3. les approches théoriques de la communication proposées par les religions, lorsqu’elles font de la communication un objet proprement théologique ;
4. la manière dont les religions s’efforcent de théoriser l’échange, le dialogue, l’interrelation ;
5. la manière dont l’information et la communication sont mobilisées dans le cadre des relations institutionnelles des religions ou des mouvements religieux ;
6. la manière dont les religions pensent l’espace médiatique et leur intervention dans l’espace public ;
7. les pratiques communicationnelles ou de mise en visibilité de membres des organisations religieuses dans l'espace public ;
8. la manière dont les médias abordent les religions (la trace laissée par les religions dans l’espace public).

1. De l’imprimé au numérique, du journal à la télévision, de la radio aux sites de réseaux sociaux, les religions utilisent différents canaux ou médiums de diffusion de l’information et de communication, dans une grande diversité de langues…

2. Les religions produisent ou accompagnent leurs rites et leurs célébrations par un ensemble de signes destinés à manifester la présence divine, la mise en relation de Dieu, ou la communauté humaine rassemblée « devant Lui ». Elles peuvent également penser la prière ou l'adresse au divin, la louange comme « communication » avec le divin.

3. La communication n’est pas seulement un moyen, elle est aussi pensée par les religions. La question de la transmission fait en effet l’objet d’une élaboration théorique, renouvelée par l’intégration contemporaine de la question de la communication, portée par les sciences humaines et sociales. On peut parler dans certains cas d’une véritable théologie de la communication.

4. Les religions sont porteuses de pratiques relationnelles, qu’elles se sont efforcées de penser : les « relations justes » entre les individus, la nature de l’échange et du dialogue, la régulation des pratiques communicationnelles, l’accompagnement spirituel et les relations maître-disciple…

5. Les religions peuvent, se concrétisant dans des institutions, avoir à réguler et à organiser la diffusion de l’information et de la communication. Les modalités communicationnelles et informationnelles de ces institutions sont alors à interroger. Les institutions sont également porteuses de modalités relationnelles qui sont rendues visibles dans le langage, dans les textes et dans les modes d’expression des acteurs (par exemple, la règle monastique).

6. En découvrant les médias et en les utilisant, les religions se sont efforcées de penser l’espace médiatique afin d’y trouver leur place. Elles se sont alors souciées de formaliser le sens de la présence des médias dans l’espace public. La mobilisation de termes comme forum, agora, communication sociale est dans ce contexte très significative.

7. En se rendant visibles dans l’espace public, les groupes religieux communiquent leur présence, par le défilé, la prière publique, le chant, et parfois manifestent leur opposition à des phénomènes culturels qu'elles jugent inadéquats; ceci relève également d'une position communicationnelle. De même sont nombreuses les traces du religieux et des religions (architecture, art...) dans l'espace public.

8. Les religions sont enfin l’objet de discours médiatiques variés. La façon dont les médias abordent et présentent les religions constitue un champ d’investigation. L’évolution du traitement médiatique des phénomènes religieux, de la culture des journalistes sont dans ce cadre à étudier.


Ces questions, parfois bien étudiées en anthropologie et sociologie des religions, en histoire, ou en histoire de l’art, nous semblent devoir être investiguées aujourd’hui en Sciences de l’information et de la communication, à la suite des travaux de, notamment, R. Debray, D. Bougnoux, C. Abensour, J. Devèze, et quelques autres, car elles recèlent de fortes questions communicationnelles, qui peuvent enrichir les Sic autant que prolonger leur champ d’investigation.

Il ne s’agit pas ici de se limiter à une approche (sémiologie, approche socio-économique, socio-pragmatique, organisationnelle…), mais d’étudier les dimensions informationnelles et communicationnelles du religieux et de permettre aux Sic dans leur ensemble de s’approprier ces questions.

Au-delà des objets et de la réflexion sur la communication (théories du langage, de l’écriture, de l’image et de la communication, en présence ou à distance), c’est à une approche communicationnelle de ces questions que nous (nous) sommes invités : étudier les discours, signes, médiations, dispositifs socio-communicationnels qui disent l’opération religieuse, de façon pragmatique, sociale, ou théorique.



Le but de ce réseau de recherche et de cette première journée d’étude n’est évidemment pas de constituer une doctrine de la communication religieuse, encore moins une méthodologie unique d’approche, mais de confronter, rassembler dans des espaces provisoirement communs, et de comparer nos recherches, qui peuvent relever de sous-champs spécifiques des Sciences de l’information et de la communication , pour les enrichir et les éclairer, les différencier aussi, mutuellement. Ceci, en retour, pourrait enrichir les Sciences de l’information et de la communication de nouveaux objets, approches, théorisations et questionnements.




David Douyère, Stéphane Dufour, Odile Riondet

Labsic, Université Paris 13, Villetaneuse ;
Cimeos/Limsic, Université de Bourgogne, Dijon ;
Elico, Rectorat de Lyon, Lyon.


Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.,">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Quelques références de nos travaux relevant de ce domaine


Douyère, D. (2011), « La prière assistée par ordinateur », Médium, n°27, p. 140-154.

Douyère, D. (2011), “Communication: on being an angel, Incarnation and angelic communication in medieval Christian theology: modern reflections, starting with Thomas Aquinas's Summa Theologica”, trad. John Doherty, Communication and Critical / Cultural Studies, 8/2, p. 188-193
(http://www.informaworld.com/smpp/content~db=all~content=a937176644~frm=titlelink).

Douyère, D. (2010), « La communication sociale : une perspective de l’Eglise catholique ? Jean Devèze et la critique de la notion de ‘‘communication sociale’’ », Revue internationale de communication sociale et publique (RICSP), Uqàm, Montréal, n°3-4, p.73-86 (http://www.revuecsp.uqam.ca/numero/n3-4/pdf/RICSP_Douyere_2010.pdf).

Douyère, D. (2010), « Une organisation fondée pour communiquer : l’Ordre des frères prêcheurs (1215-1228) », Loneux, C., Parent, B. (dir.), Communication des organisations : recherches récentes, Paris, L’Harmattan, tome 1, p. 145-152.


Dufour, S. (2010), « Le culte en quête de signe. Une lecture de la campagne du "Denier de l'Eglise" », Communication & Langages, n°163, p. 17-28.

Dufour, S. (2005), « Les discours explicatifs dans les églises, un palliatif à la perte de culture religieuse ? », Communication & Langages, n°144, p. 77-88.

Dufour, S. (2005), « Le rôle de l'image dans la patrimonialisation et la consommation culturelle des édifices cultuels ? », Cahiers de Champs Visuels, n°1-2, p.351-378.

Dufour, S. (2004), « L'art contemporain dans les églises : le recours à la médiation écrite », Questions de communication, n°5, p.227-241.


Riondet, O. (2011), « Une lecture communicationnelle des textes de la doctrine sociale de l'Eglise », Actes du  colloque Management et Religions, EM Strasbourg, Université de Strasbourg.

Riondet, O. (2009), « Permanenţe şi evoluţii în gândirea lui Jürgen Habermas », Jurnalism şi Comunicare, n°4 ; trad. fr. « Permanences et évolutions de la pensée de Jürgen Habermas », http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00619136/fr/.

Riondet, O. (2009), « Emmanuel Levinas, le Livre et l’Autre », Bulletin des Bibliothèques de France, 54/2, p. 91-98.

Riondet, O. (2008), « Communication and religion », Revista romana de comunicare si relatii publice (Bucarest) 13, p. 103-108, trad. fr.  « La célébration communicationnelle », http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00153740.

Appel à projets 2011 : ISCC

Appel à projets 2011
porté par l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC - www.iscc.cnrs.fr)



I)   Objectif : développer les sciences de la communication  comme vecteur d’interdisciplinarité

La communication représente l’enjeu central de la société de la connaissance à l’ère de la mondialisation et donne depuis 50 ans lieu à un nombre croissant de recherches, en France comme à l’étranger qui ont fait émerger une discipline originale et ouverte : les « sciences de la communication ».

Dans la lignée des 4 programmes interdisciplinaires de recherche (PIR) lancés de 2007 à 2010, la nouvelle action interdisciplinaire de recherche (AIR) en sciences de la communication vise à développer ce champ scientifique en mobilisant une communauté de chercheurs et en favorisant de nouveaux projets de recherche.

Dans un souci d’interdisciplinarité renforcée, les AIR « Sciences de la communication »,  « Chimie pour le développement durable » et « Énergie » ont pris la décision de joindre leurs efforts en soumettant des thèmes de recherche communes à l’appel d’offre.

II)   Priorités pour 2011
Epistémologie comparée, expertise et controverses

L’appel à projets de l’AIR 2011 s’inscrit dans le cadre du « Carré des connaissances de l’ISCC » qui en constitue la grille d’analyse théorique.

Ce « Carré des connaissances » privilégie 4 axes de recherche :
– l’épistémologique comparée et l’interdisciplinarité,
– l’expertise et les controverses,
– les industries et l’ingénierie des connaissances,
– les rapports entre sciences, techniques et société.
Les questions de cultures, sociétés et mondialisation relient ces 4 axes.
L’appel à projets 2011 entend concentrer ses efforts sur les deux premiers axes : « Épistémologie comparée et interdisciplinarité », « Expertise et controverses ».

Les thèmes de recherche proposés dans le cadre de sa coopération avec les AIR « Chimie pour le développement durable » et « Énergie » s’inscrivent dans ces axes.

Épistémologie comparée et interdisciplinarité
– Place et rôle des concepts d’information et de communication dans les théories de la connaissance et dans les grandes évolutions des théories scientifiques.
– L’interdisciplinarité comme problématique de la communication : problématiques de l’interdisciplinarité selon les sciences  et les domaines de connaissances ; réussites et contradictions de la démarche d’interdisciplinarité.

Expertises et controverses
– Rôle croissant de l’expertise dans l’expansion des connaissances ; statuts et types d’expertise : experts scientifiques, agences publiques, expertise et médias ; place de l’expertise dans l’évaluation des politiques publiques, stratégie de communication, dimensions argumentatives et délibératives.
– Émergence des controverses dans le champ social concernant les rapports entre sciences, techniques et société : OGM, nanotechnologies, gouvernance de l’internet, questions bioéthiques, santé publique, perturbateurs endocriniens, réchauffement climatique, ondes électromagnétiques : études de cas.

Thématiques conjointes avec l’AIR « Chimie pour le développement durable »
– Communication de la chimie et autour de la chimie : relations chimie – société civile ; visions de la nature dans la communication de la chimie ; image publique des sciences chimiques et de l’industrie chimique ; participation du public et des ONG dans les choix scientifiques et technico-politiques (ex. : mise sur le marché d’un produit de l’innovation) ; méthodes participatives, analyses de cas, stratégies publicitaires.
– Le règlement REACH : analyse socio-économique et politique de la mise en œuvre du règlement ; analyses de l’expertise en matière d’évaluation du risque chimique telle qu’elle ressort de ce règlement ; stratégies des acteurs dans le développement et l’évaluation de l’expertise réglementaire en matière de risques chimiques ; analyse de controverses autour du développement ou de la mise en œuvre du règlement REACH.

Thématiques conjointes avec l’AIR « Énergie »
– Communication sur les questions énergétiques : relation énergie – société civile en France et à l’étranger ; géopolitique de l’énergie et des économies d’énergie ; représentation scientifique et culturelle des diverses sources d’énergie.
– La controverse autour de l’énergie atomique : dimension politique, économique et médiatique ; évolution historique ; rôle de l’opinion publique ; rôle des ONG ; comparaisons internationales.

III)   Critères d’éligibilité

Présentation synthétique et dynamique du projet.
Valeur scientifique : maîtrise du champ disciplinaire, validité de la méthode, perspective d’évaluation ; valeur synthétique de la présentation.
Composante interdisciplinaire. NB : le recours à un logiciel de traitement de données ne constitue pas en lui-même un projet transdisciplinaire avec les mathématiques appliquées à l’informatique.
Perspectives de production scientifique : séminaires, conférences, publications.
Rigueur logistique : budget cohérent, calendrier crédible.
Validation par le directeur de l'unité à qui seront délégués les fonds.

IV)   Engagement des porteurs de projet

Rester en contact suivi avec l’ISCC et prendre le plus souvent possible part à son séminaire bimensuel.

Participer le mercredi 29 juin 2011 à la « Journée AIR de l’ISCC » ; le financement de cette participation est à imputer sur le projet présenté à l’appel à projets.

Mettre en ligne un site consacré à leur projet de recherche et à ses développements ; il sera possible le cas échéant de recourir au site de carnets de recherche « hypothèse.org ».

Faire impérativement mention de l’ISCC et, s’ils sont concernés, des AIR Chimie durable et Energie, dans toutes publications effectuées dans le cadre du projet; au cas où seul le laboratoire de rattachement serait autorisé à signer, la mention suivante devra être insérée : « Cet article est publié dans le cadre d’un programme financé par l’Institut des sciences de la communication du CNRS au titre de l’appel à projets de l’année 2011 ».

Transmettre une note d’étape fin 2011 et le rapport final au plus tard le 31 décembre 2012.

V)   Financements et gestion

Les projets retenus seront financés pour un montant pouvant aller jusqu’à 10 000 euros à utiliser au cours de l’année 2011 pour couvrir exclusivement des dépenses de fonctionnement et d’équipement. Les crédits alloués devront être impérativement dépensés avant décembre 2011.

Les budgets seront présentés en s’inspirant du tableau suivant :
http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1382

VI)   Calendrier

La date limite de dépôt des projets  est fixée au vendredi 17 juin 2011 à minuit


Les dossiers peuvent être retirés aux adresses suivantes :

http://www.cnrs.fr/prg/PIR/programmes/ScCom/ao.htm
ou

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1382

et déposés jusqu'au 17 juin 2011 à l’adresse suivante
https://www2.cnrs.fr/ipam_gao/inscription.php?id_ao=9602


Le comité d'experts chargé d'examiner les projets rendra sa décision le vendredi 24 juin 2011 en publiant la liste des dossiers retenus sur le site de l'ISCC et en contactant leurs auteurs par voie électronique.

VII)   Contacts

Pour tout renseignement complémentaire, contactez le directeur de l’AIR en sciences de la communication, Pascal DAYEZ-BURGEON, 20, rue Berbier-du-Mets, 75 013 Paris.
(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Pour la gestion des crédits, contactez Mme Laurence EL KHOURI, Mission pour l’interdisciplinarité, CNRS, 3 rue Michel-Ange, 75794 Paris CEDEX 16.
(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)