Evénements

Evenement - JE l'Ecole en contexte numérique

 

"l'Ecole en contexte numérique : logiques d'acteurs, action publique et enjeux industriels"

le 6 avril 2018 à l'IUT 2 de Grenoble (place Doyen Gosse)

Inscription, gratuite mais obligatoire se fait  à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Journée d’études organisée par le Gresec (Université Grenoble Alpes). Responsable scientifique : Nathalie Walczak

L’Ecole française est un lieu où convergent différents acteurs aux objectifs variés. Les enseignants et les élèves en sont les utilisateurs quotidiens, centrés autour d’apprentis- sages définis par l’Education Nationale. D’autres entités comme des entreprises privées s’immiscent dans l’enceinte scolaire à travers des dispositifs spécialement conçus pour les élèves et dont, souvent, le but affiché est une aide à la compréhension ou à l’appren- tissage d’éléments spécifiques.

« Le numérique », entendu ici soit comme dispositif intégré dans les pratiques d’ensei- gnement, soit comme pratique sociotechnique des élèves, dans et hors la salle de classe, contribue à l’entrée d’acteurs aux objectifs variés.
La finalité de cette journée est de questionner la place, le rôle et les stratégies des acteurs
privés et des acteurs publics dans l’école, tant au niveau des contenus que des outils. Plus particulièrement, il s’agit d’identifier les logiques d’acteurs qui se retrouvent en tension à l’école à travers différents types de dispositifs. Trois grands types d’enjeux se dégagent : politiques, marchands et industriels

La journée d’études s’inscrit dans le cadre d’un contrat de recherche, Esp@don, portant sur « le permis Internet ».

Table ronde n°1 : Enjeux institutionnels et professionnels

Il s’agit d’étudier les différents types de professionnels intervenant dans les écoles. L’ac- cent a souvent été mis sur les pratiques enseignantes face aux évolutions techniques. La table ronde souhaite aborder l’ensemble des acteurs en traitant deux aspects plus particuliers : la question de la professionnalisation (division des tâches, formation...) et la question des rapports entre ces différents acteurs (concurrence, collaboration...).

Table ronde n°2 : Enjeux économiques et marchands

Les enseignants et les élèves ont, à leur disposition, de multiples outils et ressources éducatives : kits, dispositifs numériques... La table ronde traite de ces nombreux pro- duits et objets proposés, en prenant en compte les modalités de leur conception, de leur production et de leur diffusion dans le champ éducatif pour en éclairer les enjeux industriels et marchands.

Table ronde n°3 : Enjeux industriels : les relations entre industries éducatives, industries culturelles et industries de communication
Les techniques numériques contribuent à renforcer les relations entre ces grands ac- teurs, et l’école tend à faire coexister le secteur de la culture, de l’éducation, de l’infor- mation et de la communication. Il s’agit ainsi de montrer leur articulation dans le champ éducatif de plus en plus au cœur des stratégies industrielles.

 


Evenement - Séminaire Cartographies de l'invisible

RECHERCHE, ARTS, PRATIQUES NUMERIQUES  #16

 
Mercredi 21 mars 2018
10h00-13h00
 
IMéRA
Institut d’études avancées
2 place le Verrier
13004 Marseille
 
 
Cartographies de l'invisible
 
Comité d’organisation :
Jean Cristofol (Ecole Supérieure d’Art d’Aix en Provence), Jean-Paul Fourmentraux (Centre Norbert Elias - CNRS/AMU/EHESS), Cédric Parizot (IREMAM,CNRS/AMU), Manoël Pénicaud (IDEMEC, CNRS/AMU)
 
ghost hunting 2.png
  Ghost Hunters, 2018 © Emmanuel Grimaud

Nicolas THELY (Professeur en arts, esthétiques et humanités numériques, Université Rennes 2, Directeur de la MSH Bretagne)

56th Venice Biennale : Tracking two art critics

Tantôt caricaturés dans les publicités et les séries télévisées, tantôt montrés du doigt pour leur opportunisme totalement voué à la cause du marché, les critiques d’art contemporain n’ont pas bonne presse. Dans l’entreprise de construction de l’image de la critique d’art, la littérature, la philosophie et les sciences sociales jouent un rôle important mais le critique d’art demeure une espèce difficilement observable ou plus précisément une espèce dont l’activité est difficilement cernable, mesurable et compréhensible. Je proposerai de revenir sur une expérimentation que j'ai menée il y a trois ans et qui a consisté à proposer à deux critiques d’art d'enregistrer leurs déplacements lors des journées professionnelles de la 56e biennale de Venise qui se sont déroulées du 6 au 9 mai 2015. Que peuvent nous apprennent les données récoltées sur la pratique de la critique d'art ? 

Emmanuel GRIMAUD (Anthropologue, Directeur de Recherche CNRS au LESC, Université Paris 10 - Nanterre

Chasse au fantômes et cartographie de l’invisible

Les chasseurs de fantômes (ghost hunters) recourent aujourd'hui à une multitude d'appareils et de technologies sophistiquées pour mesurer les champs électromagnétiques et s'aventurent dans des expéditions nocturnes en quête de présences à détecter avec lesquelles ils tentent d'établir une communication. A partir de chasses suivies en temps réel, on tentera de répondre à toute une série de questions, notamment celle de savoir comment cartographier un espace invisible ou encore pourquoi un tel déballage de technicité dans un domaine en apparence dominé par les croyances.     


Thématique du séminaire
Ce séminaire transdisciplinaire s’intéresse aux perturbations productives que génèrent les collaborations entre les chercheurs en sciences humaines et les artistes dans le domaine du numérique. Il s’inscrit dans la suite des réflexions et des expérimentations que nous avons menées à l’IMéRA dans le programme antiAtlas des frontières depuis 2011 tout en élargissant notre questionnement au-delà de la seule question des frontières. 
Dans le  domaine des sciences humaines et sociales, le recours aux pratiques numériques conduit à de nombreux bouleversements que ce soit dans la collecte, la production et le traitement de données, ainsi que l’élaboration de nouvelles formes de narration et d’édition. Le tournant numérique conduit les chercheurs à reconsidérer leurs méthodes, leurs catégories, leurs paradigmes, leurs orientations théoriques, leurs objets, leurs formes de labellisation et les cadres des champs disciplinaires. D’ailleurs, compte tenu des collaborations toujours plus nombreuses qu’implique le recours au numérique entre d’un côté les sciences humaines et de l’autre les sciences exactes et expérimentales, il semble plus pertinent de parler de Digital Studies que Digital Humanities.
Dans le domaine de l’art, le numérique ouvre également des champs de pratiques radicalement nouveaux. Il transforme la relation des artistes aux outils qu’ils utilisent et aux connaissances qu’ils convoquent, produisent ou questionnent. Il transforme le statut et les formes des œuvres. En introduisant de nouvelles modalités pour assurer leur circulation, il modifie également leur relation avec le public. Le numérique bouleverse la place de l’auteur qu’il place dans une relation dynamique par rapport aux flux d’information, de circulation des images, des sons et des formes. Il donne ainsi une nouvelle importance à l’invention de dispositifs dans lesquels ces formes sont données à l’expérience, ouvrant d’infinies possibilités d’interaction avec l’œuvre. Il donne enfin une nouvelle dimension au travail collectif, à des formes diverses de collaborations, d’échanges et de contributions. D’une façon générale, on peut dire que le numérique déplace les pratiques artistiques et conduit à réfléchir autrement les relations entre arts et sciences.
Ce séminaire rassemblera des chercheurs en sciences humaines (sociologues, anthropologues, politologues, géographes, historiens, littéraires), en sciences dures (informaticiens, physiciens, mathématiciens, etc.), des artistes (designers, hackers, programmeurs, média tactique, etc.) ainsi que des professionnels (industriels, chargés de communication, etc.). Notre objectif est de favoriser des croisements, des emprunts et des déplacements qui seront propices à l’identification de nouvelles pistes de réflexion et de recherche, voire à la mise en œuvre d’expérimentations collaboratives.
Chaque mois, des participants seront invités à présenter leurs expérimentations d’outils numériques de collecte (applications mobiles, capteurs oculaires, systèmes SIG, etc.) ou d’indexation et de traitement des données recueillies (bases de données, systèmes de visualisation ou de sonification, etc.). Certains feront part de leurs explorations de dispositifs d’écriture et de modélisation de la connaissance (jeux vidéo, machinima, web documentaires, etc) ou encore de nouvelles formes d’édition électroniques.
Trois types de questions seront développés.
1) Il s’agira tout d’abord de voir comment, et jusqu’à quel point, ces pratiques et instruments transforment notre rapport au monde, nos méthodes de recherche, la construction de nos objets, la modélisation et la diffusion de notre connaissance et de nos oeuvres.
2) Nous nous interrogerons aussi sur l’impact des processus collaboratifs qu’impliquent les pratiques numériques entre chercheurs, artistes et professionnels. L’objectif est d’évaluer les apports que chaque démarche (scientifique, artistique, professionnelle) apporte aux autres.
3) Nous verrons enfin comment ces processus collaboratifs bouleversent les champs disciplinaires, les points de vue et les formes d’autorité qui organisent notre recherche et notre pratique et conduisent à repenser de manière créative de nouvelles formes de rencontre entre les disciplines scientifiques et entre celles-ci et les non-spécialistes.
Débuté en janvier 2016, ce séminaire fonctionne selon un rythme de rencontres mensuelles, d’une durée de trois heures.

Partenariat
IMéRA - Institut Méditerranéen de Recherches Avancées (AMU)
Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS/AMU)
Institut de Recherche et d’Etudes sur le monde arabe et musulman (CNRS/AMU)
Ecole Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence
Institut d’Ethnologie Mediterranéenne Européenne et Comparative (CNRS/AMU)

Evénement - Séminaire "Web, censures et contournements des censures" février

"Web, censures et contournements des censures"

Séminaire annuel du Carism 2017-2018, Université Paris 2, organisé par Tristan Mattelart et Arnaud Mercier

La prochaine séance aura lieu le mardi 20 février 2018 de 16h à 18h.

Le séminaire accueillera Ulrike Lune Riboni pour une intervention consacrée au thème: “Circulation des images et des indignations, de la rue au web et retour: Tunisie, 2008-2014”.

Ulrike Lune Riboni est maîtresse de conférences, Université Paris 8, et chercheuse au Centre d'études sur les médias, les technologies et l'internationalisation (Cemti).

Argumentaire du séminaire:

Le web a souvent été célébré comme offrant une infrastructure permettant de s’affranchir des censures qu’entendent imposer divers Etats ou acteurs non étatiques sur la circulation de l’information. Quitte à verser dans une vision aux forts relents déterministes.
Les tactiques que déploient individus ou collectifs pour contourner ces censures, en s’appuyant sur des outils en ligne en combinaison avec d’autres, ont quant à elles plus rarement été saisies avec précision. Mieux comprendre ces tactiques — tant leurs apports que leurs limites — est l’objectif de ce séminaire.
Pour cela, celui-ci cherchera, dans le même temps, à aussi mieux entendre comment des Etats ou d’autres acteurs mobilisent ces outils numériques aux fins de renforcer leurs politiques de censure ou de contrôle social.
Ces réalités seront éclairées à l’aide d’interventions pluridisciplinaires qui allieront rigueur théorique et empirique, et qui seront fondées sur des terrains situés en dehors de l’Amérique du Nord et de l’Europe occidentale, pour décentrer la perspective.
Chacune de ces présentations contribuera de façon spécifique à cerner la manière dont le web a vu émerger des espaces où, non sans ambiguïtés, s’expriment d’autres façons de concevoir le politique, mais aussi des initiatives visant à priver ces espaces de leur force de contestation.

Le programme complet sera communiqué ultérieurement.

Lieu: Université Paris 2 Panthéon-Assas, 92 rue d'Assas, 75006 Paris, salle 07 (sous-sol).

Stations de métro: Vavin et Notre-Dame-des-champs.

Station de RER: Luxembourg (sortie Auguste Comte).

L'accès aux séances du séminaire est ouvert à toutes et tous, et gratuit sous condition d’inscription auprès de Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Evénement - Child and Teen Consumption


Colloque interdisciplinaire CTC « Child and Teen Consumption »

du 3 au 6 avril 2018 à l'Université de Poitiers

 

The interdisciplinary conference « Child and Teen Consumption » aims to facilitate in-depth dialogue between researchers from various disciplines: management, psychology, sociology, information and communication, anthropology, history, educational sciences, law, etc.  

An active interdisciplinary community has organised the seven previous conferences:

the University of Poitiers (Poitiers University Business School) in 2004; the Copenhagen Business School in 2006; the Norwegian Child Research Centre (Norway) in 2008; Linköping University (Sweden) in 2010; the Universita Libera of Milan (Italy) in 2012; the Edinburgh University Business School (United Kingdom) in 2014; Aalborg University (Denmark) in 201 6.

The 8th CTC conference returns to its origins, to the University of Poitiers and Angoulême, home to a wealth of creative organisations and initiatives.

In 1998 Greater Angoulême set up the MAGELIS Image Centre which now comprises 100 companies from key sectors of the image industry (audio-visual production studios, post-production studios, video game producers, serious game producers, mobile game producers, advertising agencies, design agencies, etc.).

Furthermore, Greater Angoulême is currently in the process of establishing a technoloqy park where the Cultural and Creative Industries are one of the main themes.  Second to Paris, MAGELIS in Angoulême is now the largest centre in France recording the greatest number of cartoons produced each year.

Whilst the 8th conference will aim to continue interdisciplinary research and dialogue on broad themes related to children and young people as consumers, the theme of the 2018 conference will be « Cultural and Creative Industries of Childhood and Youth » in order to reflect its location in Angoulême and the growing research and public policy interest in this topic.   The conference aims to highlight research in this domaine and invites producers of cultural material to bring their views to the debate.

Because of their interdisciplinary focus, the Child and Teen Consumption conferences tackle a wide variety of topics relating to the links between childhood and adolescence and consumer environments in different social and institutional contexts.  The CTC conferences promote and enhance original research that explores and highlights what children understand about the market experiences in which they participate, and how they use the resources available to them to assert their child status vis-a-vis adults or their peer groups.

The conference also welcomes work that analyses marketing techniques used towards young people as well as the socio-economic mechanisms that shape and control childhood culture.

 

Attachments:
Download this file (CTC 2018 Programme - copie.pdf)CTC 2018 Programme - copie.pdf[ ]1186 kB

JE - Les Scènes de l'humour

Les scènes de l'humour

Journées d’études CLARE/ Artes, 

RIRH, Les Fous rires de Bordeaux

22 et 23 mars 2018, Bordeaux

  

Des matinales d’information rythmées par les billets d’humeur et les pastilles d’humour, aux émissions de télévision dans lesquelles les humoristes s’insèrent entre les chroniques et interviews, en passant par les animateur/trice.s qui se lancent dans le seul en scène, la circulation entre les différents espaces scéniques est aujourd’hui un trait caractéristique du domaine de l’humour. On assiste en effet à l’avènement de parcours et de productions aux contours de plus en plus distendus, avec des humoristes alternant scène, internet, radio, télévision ou encore cinéma. Ce phénomène correspond à des demandes structurelles autant qu’à des logiques professionnelles. Les différents dispositifs n’impliquent pas les mêmes pratiques et l’on peut interroger les effets de cette circulation transmédiatique et intermédiale à la fois sur la production humoristique et la profession d’humoriste. En passant d’un espace à un autre, les humoristes font-ils/elles le même métier ?

 

Lors de ces journées, nous nous proposons d’explorer ce champ de recherche inédit en croisant des contributions de professionnel.le.s du spectacle et de chercheur/se.s issu.e.s de plusieurs disciplines et cultivant des approches scientifiques variées. Elles s’inscrivent dans le cadre d’un projet pluridisciplinaire autour de l’étude de l’humour, qui s’organise en trois temps : deux journées d’études à Bordeaux en mars 2018, deux journées d’études à Dijon en mars 2019, un colloque international à Paris en 2020, associé à l’Observatoire de l’Humour (Québec). Ce premier temps de réflexion et d’échanges est porté par l’université Bordeaux Montaigne, le laboratoire CLARE/Artes et l’association RIRH (Réseau Interdisciplinaire de Recherches sur l’Humour), en partenariat avec le festival Les Fous Rires de Bordeaux. 

 Programme

Jeudi 22 mars : Cour Mably, Salle capitulaire, 3 rue Mably, 33000 Bordeaux

 

13h30-13h45 : Présentation des journées par Nelly Quemener (MCF en Sciences de l’Information-Communication, Sorbonne Nouvelle) et Marie Duret-Pujol (MCF d’Études Théâtrales, Bordeaux Montaigne).

 

13h45-15h15 : Conférence inaugurale de Jean-Marie Lafortune (Professeur, UQAM) « RBO : une conquête du monde médiatique exemplaire et obsolète ! »

 

 

15h30- 17h30 : Arènes et scènes publiques 

Modération Corinne François-Denève

 

Sébastien Poulain (Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication) : « De l’humeur à l’humour : les rendez-vous du rire à la radio ».

 

Bérénice Hamidi-Kim (MCF HDR d’Études Théâtrales, Lyon 2) : « "C'est l’histoire d'une fille" : Océane Rose Marie ou le comique comme outil de mise en visibilité et d'empathie ».

 

Morgan Labar (Doctorant en Histoire de l’Art contemporain, Paris 1) « D’une scène à l’autre, d’un dispositif à l’autre : pollinisation croisée entre les scènes comiques populaires (stand-up comedy, radio, télé) et lart contemporain américain dans les années 70 et 80 ».

 

18h : Cocktail dinatoire

 

20h30 Moi jeu, spectacle d’Antonia de Rendinger.

                   Théâtre Trianon, 6 rue Franklin, 33000 Bordeaux.

 
 

Vendredi 23 mars Campus universitaire, MSHA (salle 2), 

10 esplanade des Antilles, 33607 Pessac

 

9h30-11h : Carrières transmédiatiques 

Modération Will Noonan

 

Maryline Rudelle (Docteure en sociologie) : « Les carrières professionnelles des humoristes : le pouvoir médiatique d'une mise en scène ».

 

Alban Chaplet (Doctorant en sociologie, EHESS) : « Faire œuvre » ou convertir ses capitaux. Les logiques sociales dans les trajectoires des humoristes ».

 

11h15- 12h45 : « Les fabriques de l’humour »

Table ronde avec Antonia de Rendinger (autrice, comédienne), Aymeric Lompret (auteur, comédien) et Fanny De la Croix (productrice). Modération Nelly Quemener (MCF en Sciences de l’Information-Communication, Sorbonne Nouvelle).

 

 

14h30-16h : Mise en perspective critique de l’actualité 

Modération Yen-Maï Tran-Gervat

 

Christophe Pébarthe (MCF HDR Histoire ancienne, Bordeaux Montaigne) : « Morts de rire ? Aristophane et la guerre du Péloponnèse ».

 

Marie Duret-Pujol (MCF d’Études Théâtrales, Bordeaux Montaigne) : « Landouille et l’éditorialiste. Coluche journaliste, comique et politique ».

 
 

16h15-16h45 : Conclusion des journées par les membres du bureau du RIHR. 

 

20h30 Nouveau spectacle  d’Aymeric Lompret.

                  Théâtre Le Victoire, 18 rue des Augustins, 33000 Bordeaux.

 
 

Entrée libre et sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Coordination : Marie Duret-Pujol et Nelly Quemener.

Contacts Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                     Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.