Evénements

Evénement - 20 ans de coopération scientifique dans le monde. Et après ?

Symposium international


20 ans de coopération scientifique dans le monde. Et après ?


Le 15 octobre 2016


à l’Institut de la Communication et des Médias Echirolles, France


Programme


Dans le cadre du 20ème anniversaire de la Chaire Unesco en Communication internationale de l’Université Grenoble Alpes, des responsables scientifiques, politiques et associatifs interrogent les orientations et les actions menées dans le cadre de la coopération, en particulier la coopération scientifique.


9h : accueil des participants


9h30 : discours d’ouverture : Bertrand Cabedoche, responsable de la Chaire Unesco en communication internationale, président d’Orbicom, Isabelle Pailliart, directrice du Gresec (UGA), Jérôme Gensel, Vice –président Relations Territoriales et Internationales de l’Université Grenoble-Alpes


10h-12h : table-ronde : Communication pour le développement, médias sociaux et changement social, techniques de communication et fracture numérique, société de l’information, révolution Internet..., ces appellations sont nombreuses auprès des acteurs et des organisations internationales. Comment les échanges scientifiques ont-ils permis de questionner et de remettre en cause ces visions dominantes ? Quels ont été les apports de la coopération ? Quels obstacles ont été affrontés? Quels liens avec d’autres formes de coopération ? Quels sont les principaux acquis ?


Intervenants : May Abdallah (professeur à l’Université libanaise de Beyrouth, Liban et présidente de l’association arabe des sciences de la communication ), Serge Balima (professeur à l’université de Ouagadougou, Burkina Faso), Weixing Chen (professeur à l’université de Communication, Pékin, Chine), Bertrand Cabedoche (professeur à l’Université Grenoble Alpes, responsable de la chaire Unesco, président d’Orbicom), Peter Dalhgren (professeur émérite à l’université de Lund, Suède), , André Géry (Chargé de mission Jumelage,  - Coopération décentralisée à Echirolles etVice-Président A.L.E.S.I.A.H. Association Laïque Echirolloise de Solidarité Internationale et d'Action Humanitaire)


12h-12h30 : Discussion générale

12h30-13h30 : Déjeuner

13h30-15h30 : table-ronde : En 2016 si la diversité culturelle et l'humanisme numérique ne suffisent manifestement pas à concentrer nos efforts de coopération, vers quoi les orienter dans les prochaines années ?

Intervenants : Francisco d’Almeida (codirecteur et délégué général de l’association Culture et Développement), Fausto Colombo (professeur à l’Université Catholique de Milan, Italie), Carmen Gomez-Mont (professeure, chercheure indépendante, Universidad Pontificia Bolivariana de Medellín, Colombie), Ahmed Hidass (professeur à l’Institut Supérieur d’Information et de Communication, Rabat, Maroc), Juan Carlos Miguel de Bustos (professeur à l’Université du Pays basque, Bilbao, Espagne)


15h30-16h : discussion générale


16h : clôture du Symposium : Bertrand Cabedoche


Inscription auprès de Razika Hammache : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

GRESEC: http://www.gresec.univ-grenoble-alpes.fr


Événement - 8ème Université européenne du bénévolat

 

 

sous le double haut-patronage de

 

M. Martin Schultz, Président du Parlement européen,

 

 

 

et de

 

M. Daniel Janicot, Président de la Commission nationale française pour l’Unesco

 

 

8ème Université européenne du bénévolat

 

Réseaux sociaux numériques, bénévolat et lien social

 

 

 

L’université européenne du bénévolat

 

 

L’Université européenne du bénévolat a vu le jour en 1990 et circule depuis en Europe (Bâle, Aix-La chapelle, Lyon, Salamanque,…). Ce sera sa huitième edition cette année à Strasbourg.

 

La thématique du colloque

« RSN, bénévolat et lien social »

 

Téléchargez le FORMULAIRE d'INSCRIPTION 

 

La place des réseaux sociaux numériques (RSN) ne fait que croître dans la communication. Si les échanges privés ont été d’abord privilégiés, de plus en plus d’organisations les utilisent et les intègrent à leur communication. Le bénévolat se situant à mi-chemin entre la démarche individuelle et l’action collective, on peut donc se demander dans quelle mesure il utilise ce nouvel outil. Quelles sont les raisons qui incitent à utiliser les RSN et quelles sont les questions qu’ils soulèvent ?

Ce colloque s’inscrit au sein de la recherche dans la communication des organisations et tout spécialement dans celle de la communication non marchande. Il développe une approche interdisciplinaire pour rendre compte de la complexité du sujet. Il vise également une rencontre entre réflexions théoriques et études de cas, entre universitaires et acteurs du terrain. Son objectif est de faire ressortir un état des lieux de la question pour donner aux responsables des institutions et aux acteurs politiques des éléments de décision. Il abordera cette thématique selon 6 axes :

Axe 1 Droit et sécurité des RSN

Ce n’est peut-être pas la première dimension à laquelle on pense pour les RSN et pourtant elle est très présente. Les sociétés qui gèrent les principaux réseaux sociaux ont pour la plupart leur siège aux Etats-Unis. Comment gérer un conflit avec celles-ci, alors qu’elles sont de droit américain ? Elles sont parfois tellement puissantes qu’elles semblent édicter elles-mêmes les règles auxquelles elles veulent bien se soumettre. Avec quel effet pour les organisations bénévoles ? Par ailleurs les notions de sphère privée et sphère publique ont largement évolué ces dernières années. On parle même « d’extimité » pour évoquer ce nouvel état. Comment est-ce que l’activité bénévole réagit à cette évolution ? Est-ce que l’utopie de la transparence n’est pas à l’œuvre et ne peut-elle pas se retourner contre les individus qui la pratiquent sans avoir conscience de ses conséquences ? Comment se protéger des différentes formes de violence liées à l’anonymat du web ? Comment instaurer une éthique respectée par tous ?

 

Axe 2 Economie des RSN

Les enjeux financiers liés aux TIC sont énormes, même dans la communication non marchande. Comment les RSN se financent-ils ? Du fait de l’origine nord-américaine des principaux RSN, ne peut-on pas voir dans leur utilisation une nouvelle forme d’impérialisme économique qui accentue encore la fracture économique nord-sud ? Est-ce que cela est compatible avec l’éthique qui anime de nombreux volontaires ? Est-ce que l’usage des RSN a permis d’optimiser les coûts de communication des organisations ou bien est-ce que cela a engendré des coûts supplémentaires ? Pour les individus, quels sont les coûts réels ? Par delà les dépenses liées à l’accès des particuliers aux réseaux, quels sont le coût et la disponibilité réels des infrastructures nécessaires pour y accéder (réseaux fixes et mobiles, électricité, appareils) ?

 

Axe 3 Les RSN et la communication publique

Les RSN regroupent de très nombreuses formes. Selon leur fonctionnalité, on peut les placer sur une carte autour de deux axes : amitié/intérêt et soi/contenu. Où se situent ceux utilisés par les associations ? Sont-ils identiques selon la finalité de leur activité ? Quels sont ceux les plus utilisés par le monde du bénévolat ? Facebook a annoncé récemment le développement d’une version professionnelle. Est-ce une opportunité pour les associations ou bien risquent-elles de perdre leur âme en se retrouvant à côté de sociétés marchandes ?  Comment conçoivent-elles les RSN ? Comme un support de communication de plus ou visent-elles un public spécifique avec des moyens spécifiques ? Quel type d’éthique se met en place ? Est-ce qu’elles utilisent les RSN pour recruter de nouveaux collaborateurs ou de nouveaux sympathisants ?

 

Axe 4 Les RSN en interne

Le bénévolat s’exprime essentiellement au sein d’associations. En grandissant, celles-ci ressentent le besoin d’améliorer la communication avec et entre leurs membres. Les entreprises marchandes ont déjà découvert l’intérêt d’utiliser les RSN pour la communication interne. Est-ce que les structures du secteur non marchand entrent dans la même logique ? Comment organisent-elles leur communication entre leurs outils traditionnels et numériques ? La spécificité des fonctionnalités des sites web, du courriel et des RSN est-elle respectée ? De manière générale, dans quelle mesure la logique des associations est-elle compatible avec celle des RSN ? Ont-ils remplacé d’autres pratiques ou bien sont-ils venus se rajouter à celles existantes ? Certains groupes de bénévoles font-ils un usage plus intense de l’outil ? Quelle est la part des RSN à usage interne réservé pour les membres ? 

 

Axe 5 Les non-usages des RSN

De même que le développement d’Internet a amené des exclusions, de même les RSN ont aussi leur lot d’exclus. Pour certains, c’est une action délibérée : ils craignent que la technologie ne déshumanise la relation humaine. Quel est le poids de cette opposition au technicisme dans la démarche des bénévoles ? Pour d’autres, ce sont des raisons techniques qui les freinent : ils ne maîtrisent pas la machine et ses logiques. Est-ce que des formations sont organisées dans les associations pour pallier ces manques ? Pour d’autres encore, des handicaps les empêchent de participer aux échanges. Là encore, quelles sont les actions mises en place pour faciliter l’accès aux RSN ? Pour certains autres, l’inscription aux RSN est faite, le discours est positif, mais la pratique ne suit pas au quotidien. Facebook serait le plus grand cimetière du monde avec son milliard d’inscrits. Pour d’autres enfin, ce sont les conditions économiques et sociales qui ne sont pas remplies : pour eux, l’accès aux machines et aux réseaux reste l’exception. Cet aspect est particulièrement important : une communication réussie nécessite que tous les partenaires de la communication y participent. Comme de nombreuses actions de bénévolat vont en direction de populations défavorisées qui n’ont pas cet accès aux RSN, est-ce que la stratégie des associations va plus vers un renoncement à l’outil ou bien vers des solutions visant à combler le manque ?

 

Axe 6 RSN et langue et cultures

Le développement d’Internet a eu des conséquences non négligeables sur les langues et les cultures. A la fois le réseau des réseaux permet à chacune d’exister, mais entre exister sur le web et être vu, la différence est grande. Les RSN construisent-ils un pont entre les cultures ou renforcent-ils la dimension nationale ? Est-ce que les minorités, qu’elles soient culturelles, linguistiques ou autres, peuvent trouver dans les RSN un soutien ? Les RSN contribuent-ils à la coopération internationale des organisations non marchandes ? Peut-on vérifier cette idée qui a amené leur développement que les chaînes de relation entre individus ne sont pas si longues que l’on pourrait le croire ? Aident-ils au respect de la diversité linguistique ou bien augmentent-ils la domination d’une langue « globish » sur les autres ? La force des liens faibles qui fait le moteur des RSN est-elle utile à la coopération internationale des bénévoles ? Quelle place y a l’éthique ?


 

Les organisateurs 

- La chaire Unesco «Pratiques journalistiques et médiatiques: entre mondialisation et diversité culturelle» est sous la responsabilité du Professeur Philippe Viallon, Université de Strasbourg. Elle a pour objectif d’améliorer la compréhension des nouveaux usages induits par les nouvelles technologies aussi bien au niveau local que mondial.

- Caritas Alsace est engagée depuis plus de 110 ans dans la lutte contre la précarité. Œuvre caritative du diocèse de Strasbourg, sa mission est reconnue d’utilité publique. Chaque année, 1762 bénévoles rencontrent et accueillent plus de 28000 personnes parmi les plus pauvres en Alsace et dans le monde.

- IAVE (International Association for Volunteer Effort) fait la promotion et encourage le volontariat sous toutes ses formes dans le monde entier. Avec des membres dans plus de 70 pays, IAVE forme le plus grand réseau de leaders du volontariat.

- ICVolunteers (ICV) est une organisation sans but lucratif, spécialisée dans la communication, en particulier les langues, les technologies de la communication et l’organisation de colloques. Elle a des partenaires dans plus de 180 pays.

- Caritas (Archidiocèse de Fribourg), représentée par son directeur Bernard Appel, est la plus importante structure sociale sans but lucratif en Bade-Wurtemberg. Elle est active dans tous les domaines de la vie sociale en associant étroitement les professionnels et les bénévoles. 

- Le Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC) regroupe une cinquantaine d’enseignants-chercheurs et chercheurs en Sciences de l’Education et en Sciences de l’Information et de la Communication, en poste dans les différents établissements universitaires d’Alsace et de Lorraine que sont l'Université de Strasbourg, l'Université de Haute Alsace, et l'Université de Lorraine.

- L’Université européenne du volontariat est une organisation itinérante qui depuis plus de vingt ans fait la promotion du volontariat dans les pays européens. Elle est actuellement représentée par le Prof. Georg von Schnurbein, titulaire de la chaire de philanthropie à l’Université de Bâle.

 

Comité scientifique du colloque

Yassine Akhiate, Université Mohammed V, Rabat, Maroc ; Stefanie Averbeck-Lietz, Université de Brême, Allemagne ; Francis Barbey, Université catholique d’Afrique de l’Ouest, Abidjan, Côte d’Ivoire ; Mohamed Ben Dahan, Université de Rabat, Maroc ; Bertrand Cabedoche, Université de Grenoble, France ; Emmanuelle Chevry-Pebayle, Université de Strasbourg, France ; Larbi Chouika, Université de Tunis, Tunisie ; Pascale Erhart, Université de Strasbourg, France ; Monique Funck, CEDIMESS Paris 12 ; Gilles Gauthier, Université Laval, Canada ; Alain Kiyindou, Université de Bordeaux, France ; Viola Krebs, Genève ; Anne-Marie Laulan, Université de Bordeaux-Montaigne ; Annie Le Noble-Bart, Université de Bordeaux, France ; Normand Landry, TELUQ, Université du Québec, Canada ; Vincent Meyer, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France ; Jérémy Picot, Université de Strasbourg, France ; Gina Puica, Université de Suceava, Roumanie ; Georg von Schnurbein, Université de Bâle, Suisse ; Yeny Serrano, Université de Strasbourg, France ; Catherine Roth, Université de Haute-Alsace ; Olivier Thévenin, Université de Haute-Alsace, France ; Marc Trestini, Université de Strasbourg, France ; Philippe Viallon, Université de Strasbourg, France ; Thomas Weber, Université de Hambourg, Allemagne ; Carsten Wilhelm, Université de Haute-Alsace.

 

Comité d’organisation 

 Lucie Baconnet, Université de Strasbourg ; Eugen Baldas, Caritas Deutschland ; Camille Baudoin, Caritas Alsace, ; Imen Ben Youssef, Université de Tunis, Tunisie ; Antoine Berthoux, Université de Strasbourg ; Florent Bibiloni ; Stéphane Dangel, Université de Strasbourg ; Emmanuelle Chevry-Peybale, Université de Strasbourg ; Pascale Erhart, Université de Strasbourg, France ; Monique Funck, CEDIMESS Paris 12 ; Laurent Hochart, Caritas Alsace ; Hatem Kochbati, Université de Strasbourg ; Lou-Anne Legall, Université de Strasbourg ; Lu Liu, Université de Strasbourg ; Julien Marmillot Université de Strasbourg ; Gabriela Rotar, Université de Strasbourg ; Yeny Serrano, Université de Strasbourg ; Frédéric Tendeng, Université de Strasbourg ; Philippe Viallon, Université de Strasbourg ; Romane Weber, Université de Strasbourg.

 

PROGRAMME

 

Mercredi / Mittwoch / Wednesday  5.10.2016

 

 

 

 

 

 

Centre Saint-Thomas

 

2, rue de la Carpe Haute

 

67000 Strasbourg

16 h - 18 h

 

Arrivée - Inscription
Ankunft -
Anmeldung
Arrival - Registration

 

 

18 h

 

Ouverture /

Eröffnung /

Welcome

 

- IAVE: Eugen BALDAS, Vize-Präsident IAVE, Vorstand Europäische Freiwilligenuniversität
- Caritas Diözese Freiburg: Bernhard APPEL,
Caritasdirektor
- Caritas Alsace Réseau Secours Catholique : Jean-Marie SCHIFFLI,
Président
- Université de Strasbourg :
Prof. Pascal Marquet, Doyen de la Faculté des sciences de l’éducation

18 h 15

 

Conférence introductive /

Eröffnungsvortrag /

Lecture

 

Prof. Philippe Viallon, Université de Strasbourg, Chaire Unesco,

 

Le lien social au défi de la communication numérique

18 h 45 - 20 h

 

Table ronde / Podiumsgespräch / Roundtable event

 

Caritas Alsace Réseau Secours Catholique : Laurent HOCHART, Délégué diocésain
IAVE:
 Kylee BATES, President IAVE, Australia
Université de Strasbourg : Philippe VIALLON,
Professeur
IBM Deutschland: Peter KUSTERER, Leiter, Corporate Citizenship & Corporate Affairs

 

20 h

 

Cocktail
Centre Saint Thomas

 

 

 

 

Jeudi / Donnerstag / Thursday  6.10.2016

 

 

Thème du jour / Thema des Tages / Theme of the day
Comment le numérique change la société ? Quotidien, travail, organisations, travail social, bénévolat…
Wie Digitalisierung die Gesellschaft verändert? Alltag, Beruf, Organisationen, soziale Arbeit und Freiwilligentätigkeit…
How does digital change society? Daily, work, organizations, social work, volunteering ...

 

 

Collège doctoral européen

46 boulevard de la Victoire
67000 Strasbourg

Arrêt de Tram Observatoire

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

9h00- 10h00

Conférence / Vorlesung /

Lecture - 1

 

Dr. Hervé Le Crosnier, Université de Caen, FRANCE

Les changements dans la société et la révolution numérique

 

10h00-10h30

Pause

 

 

10h30-12h00

Atelier 1

Organisationen-Praxis

Digitaler Wandel in der sozialen Arbeit und in der Freiwilligentätigkeit mit ihren Institutionen /

Digital transformation in social work and in volunteering with its institutions

Sabine DEPEW
Caritas für die Erzdiözese Köln - DEUTSCHLAND

Sozial Arbeit 4.0

 

 

Yolanda RUEDA FERNANDEZ
SPAIN

Cyber Volunteers: The power of connected citizens to improve the world

 

 

Prof. Dr. Elaine AU
University Hong Kong - CHINA                                                               

Multi-media Youth Connection: From face to face volunteer work to virtuel interaction

 

 

Kylee BATES, IAVE
AUSTRALIA

 

As the digital age facilitates the work of IAVE

 

 

10h30-12h00

Atelier 2 - Organisations

Le numérique et l'espace social

Brigitte BEULAYGUE
ClubViva, Val de Villé

FRANCE

Le numérique au service du bien vieillir

 

 

Benoit FERRY
"Vu par ici" - FRANCE

 

"Vu par ici" : webmagazine collaboratif qui renforce le lien social

 

NN, FRANCE

 

Association dont le projet est soutenu par la Fondation Orange

 

 

 

 

 

 

 

 

10h30-12h00

Atelier 3 - Universitaires

Vyacheslav IVANOV
Higher School of Economics - Moscou - RUSSIA

"Strengthening Role of Online Surveys -  measuring volunteer work, Volunteer research project, National Research University"

 

 

 

AISSA MERAH et Oudia NACER
Université Bejaia- ALGERIE

Réinvention du lien social et du bénévolat par la communauté diasporique sur les RSN : Cas des immigrés kabyles de France et du Québec.

 

 

 

Frédéric TENDENG
Université de Strasbourg - FRANCE

Les bénévoles dans les ONG, acteurs du changement ou acteurs passifs ? Le cas de l’ONG France volontaires, Agronomes et vétérinaires sans frontière et CCFD-Terre Solidaire

 

 

 

Emmanuelle CHEVRY et Slouma SAMER
Universités de Strasbourg et Toulon - FRANCE

Lien social et réseaux sociaux numériques en bibliothèques universitaires

 

 

                                                 12h30

                                                 Déjeuner / Mittagessen / Lunch
                                                Restaurant universitaire, salle privatisée /Mensa – Nebenraum

 

Thème du jour / Thema des Tages / Theme of the day
Les risques et dangers des Réseaux Sociaux Numériques, les protections dans une société mondiale globalisée ?
Risiken und Gefahren durch digitale Revolution – und wie man sich schützt; und innenglobalisierte Gesellschaften?
Risks and dangers of digital social networks - and how to protect themselves in a globalized world society?

 

 

 

 

Collège doctoral européen

46 boulevard de la Victoire
67000 Strasbourg

Arrêt de Tram Observatoire

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Conférence /

Vorlesung /

Lecture – 2

14h00-15h00

 

 

Viola KREBS
International Conference Volunteers - Geèvef, SUISSE

L’engagement citoyen via les Réseaux Sociaux Numériques
 

 

15h00-15h30 Pause Café

 

15h30 -17h30

Atelier 4 - Organisationen
Freiwilligentätigkeit digital
- spontane und kontinuierliche Freiwilligentätigkeit

 
 
 
 

 

Suska DREESBACH
München - DEUTSCHLAND

 

Volunteer Vision - Matching employees and beneficiaries in online mentoring relationships

 

 

Monica Beatriz GAILANO
BRASIL                                                                                                    

 

Digital volunteering

 

 

Elise BOUVET ou un collaborateur
UNV, Bonn - DEUTSCHLAND

 

Online volunteering / handicap / Digital volunteering / Ciber-Volunteering / Micro-Volunteering

 

 

Michael GÖTZ und Torsten GUNNEMANN
Limburg - DEUTSCHLAND

 

Ehrenamtliches Engagement medial vernetzt

 

 

15h30-17h30

Atelier 5 – Universitaires s

 
 
 
 
 

 

Lu LIU
Université de Strasbourg - FRANCE

 

Les réseaux sociaux numériques : un pont entre les cultures ?
Le cas des étudiants chinois en France.

 

 

Mohamed BENDAHAN et Alami BOUCHRA
Université de Rabat - MAROC

Cécile DOLBEAU-BANDIN et Annie LOCHON
Université de Caen - FRANCE

 

 

Communication publique associative et RSN au Maroc : vers une nouvelle culture d'engagement social

 

 

 

Du bénévolat au bénévolat 2.0. : L’exemple de deux associations de lutte contre le cyberharcèlement

 

 

 

Yassine AKHIATE et Mohamed BENDAHAN
Université de Rabat - MAROC

 

Les RSN, stade primitif des Web medias

 

 

Olivier THEVENIN et Arnaud MOESCHENROSS
Université de Haute-Alsace, Mulhouse - FRANCE

 

Cinéphiles en ligne et plateformes numériques 

 

 

                                               17h30 Réunion annuelle des représentants d'IAVE / Jahrestreffen 2016 der Nationalen Ländervertreter von IAVE

 

 

                                               20h00                       Dîner "Tarte flambée » + Tour en bâteau/
                                                                                 Abendessen "Flammkuchen" + Bootfahrt/
                                                                                          Diner "Flammküch" + boatround

 

 

 

 

 

Vendredi / Freitag / Friday 7.10.2016

 

Thème du jour / Thema des Tages / Theme of the day
Les risques et dangers des Réseaux Sociaux Numériques, les protections dans une société mondiale globalisée ?
Risiken und Gefahren durch digitale Revolution – und wie man sich schützt; und innenglobalisierte Gesellschaften?
Risks and dangers of digital social networks - and how to protect themselves in a globalized world society?

 

 

Collège doctoral européen

 

46 boulevard de la victoire

67000 Strasbourg

arrêt tram observatoire

 

9h00-10h00

Conférence /

Vorlesung /

Lecture - 3

 

 

Prof. Dr.  Bernd TROCHOLEPSY
Frankfurt - DEUTSCHLAND

Risiken und Gefahren durch sozialen Medien

10h00-10h30 Pause

10h30-12h00

Atelier 6

Prof. Annie LENOBLE-BART
Université de Bordeaux-Montaigne - FRANCE 

 

Tous connectés ?

 

Emmaüs Défi - Connect
Paris - FRANCE

 

Contre l’exclusion du numérique/monde digital des personnes en situation de précarité

Germain MIGNOT
Caritas Alsace - FRANCE

 

Accès et soutien aux démarches administratives pour les personnes exclues du numérique

10h30-12h00

Atelier 7

Diana BÄUERLE,
Christophorus Jugendwerk, Caritas der Erzdiözese Freiburg - DEUTSCHLAND

Zu Risiken und Nebenwirkungen gibt es keinen Beipackzettel –

Fr KARBE
Martinsgemeinschaft Rottenburg - DEUTSCHLAND

 

Europäische Kulturwege: "Chancen der Digitalisierung an europäischen Kulturstraßen - Die Martinuswegapp"

Fr KARBE
Martinsgemeinschaft Rottenburg - DEUTSCHLAND

Integreat - Der mobile Alltasguide für Geflüchtete -  Smartphone App-für Flüchtlinge

Alexander REPPENING, grenzenlos e.V
DEUTSCHLAND

Digital-Liquid-Democracy-Betetiligungsplattform für Rückkeher/innen von Freiwilligendiensten

Eugen BALDAS, BeSo e.v.
DEUTSCHLAND

 

Digitalisierung beim entwicklungspolitschen Freiwilligendienst weltwärts

 

10h30-12h00

Atelier 8

Atmane SEGHIR
Université Bejaia- ALGERIE

Rhétoriques et marketing du bénévolat associatif à l’ère des réseaux sociaux numériques : éloges, exclusions et images de soi

 

 

Ghada TOUIR
Université UQAM - QUEBEC - CANADA

Les usages associatifs du Web pour l’environnement.

 

 

Jérémy PICOT
Université de Strasbourg - FRANCE

Que doivent les performances économiques des organisations de l’économie sociale et solidaire aux réseaux sociaux numériques ?

 

 

Roberta RUBINO
Université EHESS - Paris - FRANCE

HELVETAS et les journalistes : un échange d'idées reçues

 

12h30-14h00  Déjeuner/Mittagessen/ Lunch
Restaurant universitaire, salle privatisée /Mensa – Nebenraum

 

Collège doctoral européen

 

46 boulevard de la victoire

67000 Strasbourg

arrêt tram observatoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14h00-15h00

Conférence /

Vorlesung /

Lecture - 4

 

Prof. Dr. Jesus Hernández ARISTU
SPAIN

 

Soziale Arbeit in einer innenglobalisierten Gesellschaft.

 

15h00-17h00

Atelier 9

 

Peter KUSTERER
IBM - DEUTSCHLAND

 

Digitalisierung in sozialer Arbeit und Freiwilligentätigkeit: Perspektiven aus einem globalen Unternehmen

(English)

Marc TRESTINI
Université de Strasbourg - FRANCE

 

Travaux de recherche sur la révolution numérique dans l’éducation et la formation

 

Hélène HOBLINGRE
Université de Strasbourg - FRANCE

 

Les profils de salariés sur LinkedIn : une activité bénévole pour l’entreprise ?

 

Abelhouab MAKHLOUFI
Université Bejaia - ALGERIE

 

La confiance dans les réseaux sociaux numériques en Algérie

 

Mohammed LAHOUIJ et Nouha BELAID
Universités de Toulon et Manouba - FRANCE /TUNISIE

 

Les réseaux sociaux numériques au service de la vie associative en Tunisie

 

17h00-18h00

Assemblée générale de l'association Université Européenne du Volontariat /

GENERALVERSAMMLUNG "VEREIN EUROPÄISCHE FREIWILLIGENUNIVERSITÄT" /

General Assembly: Association European University for Volunteering

 

Soirée - Concert / Abendessen und Konzert
MÜNSTERHOF - 9 rue des Juifs, 67000 Strasbourg

 

 

Samedi / Samstag /Saturday 8.10.2016

 

 

Conseil départemental du Bas-Rhin

Place du quartier blanc

67000 Strasbourg

 

9h30

Café

10h00-11h00

Comptes-rendus des ateliers

 

En mots et en images

 

11h00 12h00

Table ronde

Animation Catherine

Estelle-Roth, Université de Haute-Alsace, FRANCE

. Erny Gillen, Ehemaliger Caritas Europa und Caritas Luxembourg Präsident, LUXEMBOURG
. Anne-Marie LAULAN,
Professeur émerite à l'Université de Bordeaux, FRANCE

 

 

 

Un regard en coulisse

12h00- 12h15

Annonce et mot de conclusion

 

 

14h00

Visite de Strasbourg/

Stadtrundgang/

City walk

 (sur inscription)

 

 

 

Téléchargez le FORMULAIRE d'INSCRIPTION

Séminaire - Nouvelles formes de coopération à l’ère du numérique

Nouvelles formes de coopération
à l’ère du numérique Enjeux, défis et perspectives pour le XXIe siècle
New forms of cooperation
for the digital age Issues, challenges & perspectives of the XXIst century

 

 

Séminaire organisé par l’Institut des sciences de la communication (ISCC - CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC), le Laboratoire Dicen-IdF (Dispositifs d’information et de communication à l’ère numérique – Paris, Île-de-France) et la Confédération européenne des associations d’utilisateurs des technologies de l’information (CECUA).


Dans quelle mesure le numérique peut-il s’avérer un instrument performant, et dans quelles conditions remédier aux lacunes, erreurs, inégalités des formes classiques de la coopération ? Quelles nouvelles formes de régulation mettre en place ? Ce séminaire est l’occasion d’évaluer des expériences innovantes et d’inventorier les pistes de futures recherches.

Lire la suite : Séminaire - Nouvelles formes de coopération à l’ère du numérique

JE - Arts numériques

Les arts numériques
Visibilité et Positionnement
Journée d’étude jeudi 15 septembre 2016


Cité des sciences et de l’industrie
30 Avenue Corentin Cariou, 75019 Paris
Carrefour numérique - Salle Agora (Niveau -1)

Programme: JE Arts numériques

colloque : Camps de réfugiés et enjeux de communication

 

Camps de réfugiés et enjeux de communication.

 
Journées européennes - 29 et 30 septembre 2016

 

 

« Cent titres ». Philippe Hérard. 2016.

 

 

Comité d’organisation :

Jacques Perriault, Claude G. Meyer, Jean-Louis Lhermitte, Edouard Kleinpeter, Romain Huet, Florine Garlot, Pascale Delille.

 

Entrée libre. Nombre de places limité. Inscription préalable à partir du 1er septembre 2016 : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Cette manifestation s’inscrit dans une réflexion initiée dès 2005 à l’université de Paris X-Nanterre, puis au CNRS, sur les problèmes d’information et de communication qui se posent dans des milieux désorganisés par des catastrophes : comment obtenir des savoirs urgents pour faire face à une situation non prévue et comment le faire dans un milieu dont l’organisation a été mise à mal de façon inattendue ?

La notion de milieu désorganisé, empruntée à la sociologie et à la psychopathologie, désigne un milieu dont les modes d’organisation familiaux, relationnels (Soubi, Rainan, Kohen) sont fortement détériorés. Dans le sens que nous lui donnons, un milieu désorganisé comprend des éléments physiques (sols), des artefacts (infrastructures, transports) et des êtres vivants (humains, animaux, germes, etc…). Sur le plan formel, un milieu désorganisé peut s’inscrire dans un cube virtuel se composant de trois strates : 1) une strate géologique, avec l’infrastructure du sol, où peuvent arriver des accidents (inondations, séismes, etc.) ; 2) une strate qui comprend les équipements, immeubles et leurs interactions ; 3) enfin une strate sociale et culturelle qui comporte la vie sociale et culturelle, la dimension sanitaire, les accidents ainsi que les problèmes à résoudre.

Le camp de réfugiés représente un milieu désorganisé spécifique : c’est un milieu « réorganisé » suivant des logiques propres, dans lequel l’espace et le temps sont bouleversés (oisiveté du temps de l’attente). Le camp présente trois caractéristiques constitutives définies par Michel Agier : l’extraterritorialité (le camp est un hors-lieu, souvent non identifié sur les cartes), l’exception (le camp est soumis à une autre loi que celle de l’État dans lequel il se trouve) et l’exclusion (le camp est la forme sensible d’une altérité).

L’objet « camp de refugiés » sera appréhendé ici à deux niveaux. Le premier, le plus aisément accessible, relève de considérations humanitaires : accueil et traitement des réfugiés notamment. Le second est d’une plus vaste ampleur et se nourrit de considérations géopolitiques. De plus en plus de camps voient le jour sur la planète, au gré des conflits politiques et territoriaux. L’usage accru des réseaux sociaux entre ces camps y facilitera dans une certaine mesure les échanges d’information et de communication dont il peut être question dans l’évolution des coopérations et des conflits.

Les quelques travaux sporadiques sur les problèmes d’information et de communication montrent un important besoin de la part des réfugiés dans un contexte difficile et un environnement psychologique parfois lourd (insécurité, agression militaire, hantise du rapatriement forcé, stigmatisation de la solidarité, cohabitation avec les populations locales et harcèlement de tout ordre…). Nous sommes face à un déficit de savoirs dans ce domaine.

 

Problématique

Une première hypothèse concerne les pratiques d’information et de communication au sein du camp de réfugiés qui occupe ici une place centrale : quel est cet objet (le camp), constant dans les migrations humaines, et comment y fonctionnent des pratiques d’information et de communication ? Constitue-t-il un cadre organisateur de la communication et par conséquent de l’action ? Renforce-t-il le sentiment d’appartenance identitaire ? En quoi les orientations normatives et culturelles et les relations sociales contribuent-elles à y définir des logiques d’action ? Et comment sont-elles prises en compte par les professionnels de l’urgence ?

Se pose ici la question du sens (ruine des repères, quête de sens) ainsi que la reconstruction d’un sens autre (résilience, névrose post-traumatique, emprise sectaire, rumeur, etc.). Au niveau de la communication orale, comment faire face à la « babélisation » des camps ? Quelles sont les normes, codes et pratiques spécifiques (bricolages, improvisations) qui gèrent cette communication et lui attribuent un aspect singulier ? Dans ce contexte, comment l’espace est-il encodé ?

Une seconde hypothèse concerne la temporalité qui fonctionne par à-coups alternant urgence et attente, dans un univers temporel indécis et flottant. Quel rôle jouent les médias en l’occurrence ? Pourrait-on créer une « horloge » d’un camp qui y régulerait la vie quotidienne et sensibiliserait au « vivre ensemble » ceux qu’il héberge, contrebalançant ainsi l’hostilité croissante à l’égard des réfugiés ? Une troisième hypothèse concerne les outils de communication et leurs artefacts : quel rôle jouent le dessin, le pictogramme, le plan du camp, le smartphone, internet ? Il s’agira de préciser le rôle central du smartphone, l’un des biens les plus précieux des réfugiés. Peut-on alors parler de diaspora numérique ? Quel rôle jouent les outils informatiques qui, comme les bases de données, listent les personnes et indiquent leurs coordonnées. Une quatrième hypothèse concerne un rapport inversé au médias et aux ONG : peut-on imaginer que le camp de réfugiés soit lui-même un enjeu de communication, que ce soit au niveau des médias (le camp de réfugié comme enjeu dans la guerre que se livrent les médias) qu’au niveau de la communication des ONG ?

 

Questions vives

 

- Quels droits à la citoyenneté pour les réfugiés ? S'agit-il d'une question d'éducation ? Une incapacité à devenir des individus à part entière ? Quel « formatage » par le camp ?

- L'humanitaire est-il une réponse suffisante à la question des réfugiés et des migrants ?

- Quel pouvoir humanitaire face au laisser mourir ? Quel souci de la valeur humaine ?

- L'humanitaire est-il un mode de gouvernance par rapport à ce qui affecte les populations ?

- Pourquoi y a-t-il si peu de débats rationnels sur les politiques migratoires ?

 

Préconisations

 

Des propositions pourraient être élaborées à partir des réflexions de ce colloque, notamment :

- Existe-t-il une cartographie des camps établie sur la base du temps qui permettrait de tester une méthodologie sur un territoire aux fins de mieux comprendre les relations possibles entre les populations.

- Evaluer les politiques publiques et privées d’information et de communication.

- Dresser un catalogue d’outils et de procédés permettant la consultation locale de fichiers de ressources et de leur mode d’emploi en cas de détresse ainsi que des problèmes tels que les téléphones déchargés. Cela suppose la mise en place d’un observatoire et un site des pratiques innovantes en communication de catastrophe.

- Effectuer une veille technologique sur les systèmes de « réaiguillage » des messages média et radio.

- Construire un corpus de pratiques médiatiques inopérantes ou contre performantes vs catalogue de pratiques correctes.

- Veille technologique sur les innovations numériques

 

Bibliographie

 

Ait Ouarab S., Aspects de la communication de catastrophe dans une société à tradition orale : entre action civique et action institutionnelle. Thèse présentée le 2/12/2009 sous la direction du Pr. Jacques Perriault. Paris X Nanterre.

Agamben G., Homo Sacer. Le pouvoir souverain et la vie nue, Le Seuil, Paris, 1998.

Agbobli C., Kane Q., Hsab G., Identités diasporiques et communication, PUQ, 2013.

Agier M., Campement urbain. Du refuge naît le ghetto, Paris, Éditions Payot, 2013.

Agier M., (dir.) Un Monde de camps, Paris, La Découverte, 2014.

Akoka K., Crise des réfugiés ou des politiques d’asile ? « Idées.fr », 2016.

Chavel S., L’accueil des réfugiés : compassion ou justice ? « Idées.fr », 14 juin 2016.

Contal M. H., Revedin J., Vers une nouvelle éthique pour l'architecture et la ville, Sustainable Design, Vol. 1-2-3-4. 2011-2014-2016.

Delpla I., Une chute dans l’Echelle de l’humanité ou les topiques de l’aide humanitaire pour ses récipiendaires. Mots. n. 73, novembre 2003.

Dusenge V., Sibomana R., Auto-organisation des réfugiés dans les camps à l'Est du Zaïre (1994-1996), Presses universitaire de Namur, 2004.

Juanals B., Perriault J., Plan de secours et gestion de crise en situation d’urgence : une culture du risque à construire, Communication & organisation, N° 29, juin 2006.

Perriault J., (avec Brigitte Juanals), « Mobilisation immédiate de savoirs en ligne pour des situations d’urgence », in Vieira L., Pinède Wojciechowski, N., Enjeux et usages des TIC, aspects sociaux et culturels, Presses Universitaires de Bordeaux, Tome 1, 2005.

Rufin J.-C., L’Empire et les nouveaux barbares, Paris : éd. Lattès, 1991.

 

 

 

Programme du jeudi 29 septembre 2016

 

 

9h : Accueil café.

9h20 : Mot d’accueil par Pascal GRISET, professeur, Université Paris Sorbonne, directeur de l’ISCC et Jacques PERRIAULT, professeur émérite, Université Paris X Nanterre, ISCC Paris.

9h30 : « Un mot de sagesse » par Edgar MORIN*.

9h45 : Introduction aux journées par Claude MEYER, professeur honoraire,Université d’Evry-Val-d’Essonne, ISCC Paris.

10h00: Conférence inaugurale – Un monde de camps par Michel AGIER, directeur d'Études, École des Hautes Études en Sciences Sociales. Paris.

* Sous réserve

Session n°2 – après-midi

Une communication entre attente et urgence

Modératrice : Claude HANSEN

Regards de photographes

14h00 : camp de Choucha par Samuel GRATACAP

14h30 : camp de Grande-Synthe par Sara PRESTIANNI

15h00 : Discussion croisée

10h45 : Pause

15h15 : Le rôle des réfugiés dans l'urgence: expérience d'auto-organisation et de communication dans les camps du Zaïre (devenu RD Congo) dans les années 1990 par Virginie DUSENGE, Bruxelles.

Session n°1 – matin

Dire les migrants d'aujourd'hui

Modérateur : Romain HUET

11h00 : Les migrants et les institutions par René DUTREY, secrétaire général du Haut Conseil au logement des personnes défavorisées.

 

15h45 : Le défi d'Ebola : maintenir la libre circulation des biens et des personnes tout en protégeant la population par Jan-Cédric HANSEN. médecin, membre du bureau de la SFMC.

16h15 : Pause

 

11h30 : L'Europe face à la crise de l'accueil des réfugiés par Catherine WIHTOL de WENDEN, 
directrice de recherche CNRS (CERI, Sc. Po).

16h30 : Identification, dans le contexte de ville précaire, du concept de « sustainable architecture » par Marie-Hélène CONTAL, architecte, Cité de l'architecture Chaillot.

17H00 : Formes et délimitation du campement face aux « natures de l'urgence » par Jean-Louis LHERMITTE, plasticien Designer.

 

12h00 : Approche philosophique de la situation mondiale des réfugiés par Isabelle DELPLA, professeure de philosophie, Université Jean-Moulin (Lyon 3).

 

17h30 : Discussion croisée

17h45 : Dessiner à Calais (partager l’attente) par Anne GOROUBEN, peintre.

 

18h15 : Expression de dessins d'enfants en camps de réfugiés par Albane BURIEL, doctorante, Université de Rennes 2.

12h30 : Déjeuner libre

18h45 : Discussion croisée.

19h00 : Projection d'un film en "cinéma direct" de Gaspard Glanz pour les participants qui le souhaitent.

 

 

 

 

Programme du vendredi 30 septembre

 

 

 

Session n°3 – matin

Réfugié augmenté et précarité numérique

Modératrice : Florine Garlot

 

 

Session n°4 – après-midi

Les réfugiés, approches et enjeux pour les médias et les associations de solidarité

Modératrice : Souad AÏT-OUARAB

9h30 : Des camps de réfugiés dans un milieu déjà désorganisé : un horizon d'incommunication ? Le cas du Liban par Lina Zakhour, avocate au barreau de Beyrouth, Enseignante en infocom, USJ (Université Saint Joseph-Beyrouth).

14h00 : La question des réfugiés au prisme du frayage des sujets d'actualité, cadrages et frayages médiatiquespar Patrick BOURGNE, maître de conférences SIC, Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) et Tourya GAAYBESS, maître de conférences SIC, Université de Lorraine.

 

10h00 : Lutter contre babélisation des camps : augmenter la communication à l'aide de pictogrammes par Elisabeth CATAIX-NEGRE, Ergothérapeute.

 

14h30 : Médias citoyens : un autre regard sur les réfugiés ? parThierry BORDE, journaliste et président de l’association Médias Citoyens.

 

10h30 : Réfugiés connectés et diaspora numérique par Claude MEYER, professeur honoraire, Université d’Evry-Val-d’Essonne, ISCC Paris.

15h00 : Des dispositifs de communication/médiation pour quelle intégration ? par André REBELO et/ou Lola COURCOUX du réseau Resome.org (ENS).

15h15 :Sortir des camps : les enjeux communicationnels parKalhed ZOUARI et Pascale DELILLE (laboratoire Communication et solidarité, ISCC, UBP).

15h30 : Discussion croisée.

11h00 : Pause

15h45 : Pause

11h15 : Le monde à témoins : la caméra comme objet transactionnel entre Israéliens et Palestiniens par Paul MOREIRA*, Agence Premières lignes.

* Sous réserve

 

16h00 : Table ronde : les réfugiés, un nouvel objet de com’ ? Anne Degroux, Consultante en communication d'intérêt général, anciennement Responsable de la communication d'Action contre la faim, Bruno DAVID, Directeur de la communication du Secours Islamique France et Président de Communication sans Frontières.

11h45 : Entrer, sortir d’un camp de réfugiés par Pierre-Louis FABRE, médecin, membre du bureau de la SFMC.

 

16h30 : OSM : cartographier les camps par Nicolas CHAVENT, Les libres géographes.

12h15 : En contrepoint de la communication par les médias, interroger le public de la rue par l'installation d'objets abandonnés par des migrants : Algeco, bateaux, gilets de sauvetage par Daniel PUROY, plasticien performeur.

17h00 : Regard extérieur sur les travaux de ces deux jours par Anne-Marie LAULAN, professeure émérite de sociologie, Université de Bordeaux III-Michel-de-Montaigne.

Synthèse des journées et ouvertures par Jacques PERRIAULT, professeur émérite, Université Paris X Nanterre, ISCC Paris.

12h45 : Déjeuner libre

18h00 : fin des travaux.