Uncategorised

Séminaire Ecrilecture augmentée

Outils d’écrilecture augmentée sur le web pour les communautés scientifiques

Où ? Université Paris X, Nanterre, Salle A304 au 3ème étage du bâtiment A.

Quand ? Mardi 31 mars 17h00-18h30

 

Présentation Séminaire

Le web et les technologies associées au lien hypertexte sont à l’origine d’environnements d’écrilecture dont nous nous proposons d’établir une photographie sous l’angle de l’innovation logicielle et sous l’angle des usages actuels et à venir dans les communautés scientifiques concernées par la génétique et la compréhension des textes.

Le livre numérique en prise avec la “réalité augmentée”, l’externalisation et la diversification des annexes : images illustratives, informations bibliographiques, jeux de données et données post-publiées conduisent à la publication scientifique augmentée entrainant des modifications de la lecture, immersive ou analytique, proche/distante (close and distant reading) qui méritent d’être analysées.

Programme du 31 mars 2015

1) Présentation du projet d’humanités numériques ReNom par Marie-Luce Demonet, (Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, CNRS / Université François-Rabelais, Tours).

2) Lecture Savante et outils nomades, par Cheikh Ba (Laboratoire Dicen, Université Paris Ouest).

Séminaire Ecrilecture augmentée


Appel à candidatures - Ecole d'été: Recherche en Littératie Médiatique et Education aux Médias

Appel à candidatures - Ecole d'été: Recherche en Littératie Médiatique et Education aux Médias

Louvain-la-Neuve (Belgique), 12-13-14 septembre 2016

Web: http://www.limeam2016.info/

L’école structurera ses travaux autour des quatre axes thématiques suivants :

  • Axe #1 : Questions de recherche et cadres conceptuels : « Education aux médias et littératie médiatique : comment poser les bonnes questions de recherche aujourd’hui ? »
  • Axe #2 : Méthodes de la recherche en littératie médiatique : « Observer les usages médiatiques, définir les compétences médiatiques : quels croisements ? »
  • Axe #3 : Méthodes de la recherche en éducation aux médias : « Evaluer les pratiques et programmes d’éducation aux médias : méthodes et défis »
  • Axe #4 : Valorisation de la recherche : « Concevoir des recherches en éducation aux médias et littératie médiatique à haut impact sociétal »

Chacun de ces axes fera l’objet d’une demi-journée de travail, débutant chacune par deux conférences plénières données par deux chercheurs reconnus du domaine, suivies d’ateliers centrés sur les sujets de recherche des doctorants, explorant ceux-ci sous l’angle de la thématique abordée par les conférences plénières.

Le mode d’organisation de l’école d’été permettra en outre de nombreuses interactions informelles entre experts et doctorants durant les trois jours.

L’objectif de cette école doctorale est de permettre aux doctorants dont les recherches sont liées à la thématique

  • de bénéficier de l’expertise de chercheurs reconnus dans leur domaine de recherche à travers des exposés théoriques et méthodologiques de synthèse,
  • de présenter leur recherche à une assemblée composée de ces experts et d’autres doctorants et chercheurs,
  • de travailler collectivement à l’amélioration de leur projet avec ceux-ci ;
  • et d’améliorer leur connaissance des recherches menées par leurs pairs.

L’école d’été aura pour langues de travail le français et l’anglais.

Dates importantes

  • 15 mai 2016 : échéance des soumissions des candidatures
  • 15 juin 2016 : notification aux candidats
  • 12-13-14 septembre 2016 : école d'été

Soumission des candidatures

Les doctorant·e·s souhaitant présenter et discuter leur recherche doctorale lors de l’école d’été sont invité·e·s à soumettre un dossier de candidature, comprenant les éléments suivants :

  1. Un bref curriculum vitae (une à deux pages) ;
  2. Une présentation de sa recherche doctorale en un maximum de 1500 mots (références non comprises), en français ou en anglais, comprenant les quatre sections suivantes :
    1. Problème ou enjeu sociétal auquel votre thèse entend répondre ;
    2. Question de recherche, hypothèses (dans le cas d’une démarche hypothético-déductive) et cadre théorique de votre thèse ;
    3. Méthode (de recueil et d’analyse de vos données) ;
    4. Résultats attendus : l’utilité de votre recherche, du point de vue de la recherche et/ou du point de vue sociétal (e.g. pour le monde de l’éducation, pour le monde politique, pour l’industrie des médias).
  3. Un résumé de cette présentation en un maximum de 300 mots, en anglais si la présentation est rédigée en français, ou en français si la présentation rédigée est en anglais.

Les dossiers de candidature seront envoyés, sous la forme d’un fichier unique (word ou pdf) comprenant cv et présentation, à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour le 15 mai 2016 au plus tard.

Les candidat·e·s seront notifié·e·s personnellement de l’acceptation de leur participation le 15 juin 2016.

Plus d'informations: http://www.limeam2016.info/


Journée d'étude "Le partage photographique"

Journée d'étude

Le partage photographie

mercredi 12 octobre - Celsa

Organisée par le GRIPIC, en partenariat avec Paris Match et le soutien de l'École doctorale V «Concepts et langages» de l'université Paris-Sorbonne.

Inscrivez-vous avant le 9 octobre 2016 :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Instagram

PROGRAMME

8h 30 à 9h00 Accueil – Café

9h 00 à 9h 30 Propos liminaires sur une pratique de photographe mobile, autour du partage et du départage photographique, Nikos ALIAGAS, journaliste, animateur et photographe

9h 30 à 10h 00 Introduction de la journée, Pauline ESCANDE-GAUQUIÉ et Valérie JEANNE-PERRIER, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne

Thème 1 - Partager
Animation : Pauline ESCANDE-GAUQUIÉ

Gestes photographiques numériques et pratiques sociales

10h 00 « Vu sur Facebook ou Twitter : notes sur les partages photographiques de réseaux »
Gustavo GOMEZ – EPJT de Tours

10h 30 « Les processus d'institutionnalisation d'une photographie sociale »
Gaby DAVID – EHESS

La photographie : innovation et création

11h 15 « De l'argentique au numérique »
Samuel KIRSZENBAUM – photographe indépendant, auteur du projet présenté sur Instagram The Polaroïd Big Shot Project

11h 45 « Usages créatifs de la photographie sociale. De la culture mobile aux arts mobiles, entre stylisation de soi et expérimentation artistique »
Laurence ALLARD – maître de conférences, université Sorbonne Nouvelle

12h 15 « Mise en valeur de la photographie sociale : la validation journalistique, une nécessité éditoriale ? Le cas de l'émission télévisée Les Observateurs »
Corentin BAINIER – journaliste, France 24

Thème 2 - Départager
Animation : Valérie JEANNE-PERRIER

Gestes photographiques et pratiques éditoriales

14h 30 « La "marque" Magnum sur les réseaux sociaux »
Clara BOUVERESSE – docteure

15h 00 « Les processus d'explorations des images sur Instagram : photographier une équipe, identifier une identité éditoriale professionnelle ? »
Paul KHAYAT – journaliste

15h 30 « La pratique d'un geste éditorial »
Jérôme HUFFER – chef du service photo Paris Match

Usages journalistiques : entre patrimoine, archive et document

16h 15 « De la presse au musée ? »
Tony HAGE – photographe

16h 45 « Portrait et archives photographiques : le cas de Ségolène Royal »
Adeline WRONA – professeure, CELSA, Paris-Sorbonne

17h 15 « La photographie de presse au ban des dispositifs d'exposition numérique : le cas des comptes Instagram de Paris Match et de l'AFP »
Maxime FABRE – doctorant, CELSA, Paris-Sorbonne

Conclusion de la journée

17h 45 « La photographie dans la mémoire de Paris Match ? »
Régis LE SOMMIER – rédacteur en chef adjoint de Paris Match

18h 15 « Médiagénies de la photographie dans Paris Match »
Philippe MARION – professeur, université catholique de Louvain


AAA Les Enjeux

L’information au prisme des professionnels qui la produisent, la gèrent et l’utilisent

 

L’information, en sciences de l’information et de la communication, est étudiée sous l’angle de sa production, de sa diffusion, de son organisation mais aussi des pratiques, des usages, des situations qu’elle génère ou qui lui sont associés. Si la notion n’apparaît plus comme objet d’étude explicite pour les SIC[1], elle reste fortement mobilisée par les chercheurs pour étudier la « société de l’information »[2] et ses répercussions sur le monde professionnel.

L’objectif du dossier 2017 des Enjeux est d’appréhender l’information à travers l’étude des professionnels qui la produisent, qui la gèrent et qui l’utilisent.

L’information est certes leur matière première et le fruit de leur travail, mais on ne peut s’en tenir à ce lieu commun. Ils sont qualifiés de « professionnels de l’information »[3], ils exercent des « métiers de l’information »[4], ils sont formés dans des écoles ou des filières universitaires dédiées à l’information..., mais que recouvrent réellement ces expressions ? Autrement dit, qui sont ces professionnels ? Quels métiers exercent-ils ? Que peuvent-ils nous dire de l’information qu’ils traitent au quotidien ? A l’inverse que nous dit l’information ainsi créée, de ceux qui en sont à l’origine ?

VOIR AAA complet en PJ

Calendrier :

Réception des résumés : le 15 octobre 2016

Réception des articles : le 15 janvier 2017

Version définitive des articles : le 1er avril 2017

Mise en ligne : été 2017

Réception du résumé de l’article, en double envoi, aux adresses suivantes :

Site web de la revue : http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/


[1] cf. évolution récente de la présentation des SIC sur le portail du CNU

[2] Société qui serait « régie par l’information » où la mathématique est convoquée « comme modèle du raisonnement et de l’action utile » (Mattelart, 2001, p.5)

[3] Voir les associations professionnelles, les revues spécialisées comme Archimag ou I2D...

[4] Voir la multiplicité d’articles, de portails traitant des métiers de l’information, des Licence ou des Masters, des Ecoles qui y forment...


emploi - contrat doctoral ARC5 2016

 

Appel à candidature de sujet de thèse pour le sujet ARC ! 5 2016

Thème :

"Sciences, croyances et laïcité : le traitement du créationnisme par des médiateurs de sciences",

Ce thème se situe à l'interface entre sciences de l'éducation et sciences de la communication.

Le dossier (voir lien ci-dessous) de l'école doctorale EPIC est à remplir et à rendre pour le 24 juin 2016.

A noter que pour cette candidature de thèse, il s'agit d'une ADR région.


http://epic.univ-lyon2.fr/appel-a-sujets-de-these-de-doctorat-2016-680722.kjsp?RH=1417599352389


AAA Cahiers de la Sfsic

Appel à publication

REVSIC

(Réseau Vietnamien en Sciences de l’Information et de la Communication)

Numéro franco-vietnamien des Cahiers de la SFSIC

Publication prévue fin 2016

 

Depuis 10 ans, une communauté des chercheurs en Sciences de l’information et de la communication se constitue progressivement au Vietnam. Plusieurs thèses ont été soutenues, des étudiants ont obtenu un Master en SIC dans des universités de l’espace francophone (France, Belgique et Canada). Des formations se mettent en place dans différents instituts ou universités au Vietnam même, en collaboration également avec des universités françaises et belges.

La Sfsic, société savante regroupant chercheurs, enseignants et professionnels en SIC, a décidé d’apporter son soutien à la mise en place d’un Réseau Vietnamien en Sciences de l’Information et de la Communication pour contribuer à l’émergence et à la reconnaissance de cette discipline composée à partir des disciplines comme les Sciences de gestion, les Sciences du langage (linguistiques, FLE) ou la Littérature, comme cela a été le cas en France il y a quarante ans autour de Robert Escarpit et Roland Barthes, parmi les fondateurs des SIC et de la Sfsic.

La Sfsic propose ainsi aux collègues vietnamiens et de l’espace francophone ou qui travaillent sur des problématiques infocommunicationnelles concernant le Vietnam et ses ressortissants de contribuer à un numéro des Cahiers de la SFSIC qui sera publié fin 2016. Ces Cahiers (2 numéros par an) ont précisément pour objectif de présenter des thématiques émergentes et des travaux de recherche, mais aussi des études, des formations ou encore des initiatives ou réflexions professionnelles illustrant la diversité, la richesse et les multiples développements du champ des SIC au Vietnam. (suite et AAA complet à télécharger PJ)

Colloque International du RESIPROC

Colloque International RESIPROC

Les 18, 19 et 20 mai 2016

Université d'Ibn Zohr à Agadir

Appel à communication

« Les questions d'éthique et déontologiques dans la professionnalisation des communicants »

 

Gourous, spin doctors, conseillers occultes... les professionnels de la communication font de plus en plus parler d'eux au sein de la société civile et sont souvent assimilés dans l'opinion publique, mais également par les journalistes, à des éminences grises adeptes de la manipulation et de la propagande. La surmédiatisation actuelle de certaines pratiques de communication « véreuses » (Bygmalion pour ne citer qu'un exemple), renforce cette perception que les communicants ne sont pas des professionnels crédibles. Sur Itélé en avril 2013, Edwy Plenel journaliste d’investigation et fondateur de Mediapart, décrit les communicants comme « un des poisons de notre démocratie (…). Nous [les journalistes] devons être au service du droit de savoir des citoyens, pas de ces techniques qui essayent de cacher, de voiler, de mentir »[1]. En mars dernier, une étude publiée par le magazine PR Week[2] et réalisée par l'institut d'étude d'opinion londonien Reputation Leaders a révélé que 69 % des personnes interrogées ne font pas confiance aux communicants. Et les résultats de cette étude sont loin d'être une anomalie. Au contraire, ils viennent confirmer l'état de défiance envers les communicants et la communication des entreprises, révélées par de nombreuses enquêtes. Par exemple, 50 % des Français n'ont pas confiance dans la communication des entreprises, selon l'étude Communication & Entreprise / Mediaprism d'avril 2014[3] ; 47 % des Français considèrent que les entreprises mentent lorsqu'elles communiquent, d'après le Baromètre Authenticité Makheai-Occurence, édition 2014[4]... En fait, l'ensemble de ces critiques semble faire écho à la position critique de J. Habermas, qui considérait les relations publiques comme une source de distorsion du fonctionnement de l’espace public tel qu’il le définit.

Face à cette situation, les communicants s'insurgent contre le discrédit de leur profession sur leurs blogs (Blog des communicants, brandnewsblog…). Ils réfléchissent au sein des associations professionnelles (Syntec RP, Communication et Entreprise, SQPRP,...) aux missions, aux valeurs et aux méthodes de leur métier et s'organisent par la normalisation de la profession au travers de codes, de chartes, d'accords. Cet effort de définition de critères et de chartes éthiques n’est pas nouveau. Il suffit de penser à la célèbre déclaration de principes d’Ivy Lee en 1906 et aux différents codes éthiques promulgués par les associations internationales des relations publiques. Plus récemment, en 2010, la Global Alliance For Public Relation and Communication Management (GAPRCM) a publié des Accords dits de Stockholm (puis Mandat de Melbourne en 2012) qui stipulent que les relations publiques doivent « fournir en temps opportun, des analyses et des recommandations qui permettront une gouvernance efficace des relations avec les intervenants, en misant sur la transparence, les comportements dignes de foi et une représentation authentique et

contrôlable, de manière à maintenir le permis d'exploitation de l'organisation » (p. 5).

Directement liées aux modalités de construction des relations avec les publics, les activités des communicants posent un certain nombre d'enjeux identitaires (sociaux, culturels, idéologiques, économiques, historiques, discursifs...). Traditionnellement, les organisations construisent leurs identités à travers leur nom, leurs marques, leur positionnement, leurs valeurs, leur histoire... Les rapports entre identités et marques – qu’elles soient organisationnelles, politiques, sociales – concernent les logiques commerciales, les symboles et identités visuelles, la publicité. Plus récemment l'essor des médias socionumériques a reconfiguré les liens entre identité et réputation. Considérée comme une composante de l'identité numérique, « l'e-réputation organise un système de valeurs, sur un axe qui va de la visibilité à la confiance. Notoriété, popularité, crédibilité, influence, autorité, ce qu'elle mesure emprunte à des domaines relevant de cultures différentes, qui s'enchevêtrent » (Merzeau, 2015, p. 21).   Au niveau des individus, leurs usages professionnels des médias socionumériques donnent lieu à des formes identitaires, liées à la visibilité et à la viralité, recentrant la question de l'expertise sur celle de leur professionnalisation et de leur employabilité (Domenget, 2015). Cette prise en compte des rapports entre identités et médias socionumériques, à travers la question des usages, met en avant des enjeux éthiques (gestion des données personnelles, risque d'une surcharge informationnelle, qualité des informations...) d'autant plus que ces activités laissent par définition des traces dans cet environnement numérique.

Transparence, responsabilité sociétale, valeurs : ces notions, associées à la réputation et qui sont aujourd’hui très présentes dans les discours des organisations, font référence à l’éthique, et demandent à être interrogées dans leurs fondements. D’un point de vue philosophique, toute action humaine a une dimension éthique : selon St. Thomas d’Aquin les actes humains sont par définition moraux (idem sunt actus morales et actus humani). Cette condition universelle s’applique évidemment aussi aux professionnels de la communication, même si la prise de conscience de cette dimension n’est pas forcement au même niveau pour tous. Selon le European Communication Monitor (2012), la majorité des professionnels de la communication en Europe (près de 6 sur 10) a été confrontée à des problématiques éthiques, et celles-ci sont perçues comme en augmentation. L’éthique constitue une dimension essentielle de la professionnalisation des communicants et ceci devrait se refléter aussi bien dans leur formation que dans leur pratiques professionnelles. D'autant que les professionnels voient dans l'application d'une éthique surplombant la pratique une façon de s'extirper de la position d'exécutant pour se placer en expert, encore que cette figure soit idéalisée » (Baillargeon, & al, 2013). Ceci représente un défi aussi pour les chercheurs en communication, qui sont appelés à développer une réflexion critique pour accompagner ces évolutions professionnelles.

VOIR AAC COMPLET EN PJ / AXES POUR LA SOUMISSION DES PROPOSITIONS

Communications attendues et procédure de soumission

Les propositions de communications attendues doivent se présenter soit comme des analyses réflexives fondées sur des recherches empiriques récentes et achevées, soit comme des analyses de pratiques professionnelles en communication (témoignages de pratiques et réflexion sur les conditions de l’action, les justifications de l’action et les conséquences sur l’action). Dans l’un comme dans l’autre cas, les communications doivent être informatives, analytiques et réflexives, et s’inscrire dans l’un des trois axes proposés.

Les propositions doivent parvenir avant le 15 février 2016 par voie électronique, en format Word (.doc) ou PDF (.pdf). Outre le texte de proposition en lui-même (maximum de 5000 signes, espaces compris), les documents doivent impérativement préciser, pour chaque auteur, le nom, le statut, l’organisation ainsi que les coordonnées (adresses électronique et postale).

Les propositions doivent être transmises aux responsables scientifiques :

Andrea Catellani : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">andreaCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">catellaniCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">@Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">uclouvainCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">be

Jean-Claude Domenget : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">jeanCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">-Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">claudeCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">domengetCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">@Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">univCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">-Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">fcomteCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">fr

Elise Maas : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">eliseCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">@Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">maasCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">cc

Après examen en double aveugle du comité scientifique, le comité d’organisation retournera son avis aux auteurs le 15 mars 2016 au plus tard.

Les auteurs retenus devront alors proposer une première version complète de leur communication (entre 30000 et 35000 signes espaces compris, bibliographie non comprise) pour le 1er mai 2016. Après le colloque, une sélection des communications, des débats et des échanges sera publiée dans Communication et Professionnalisation (nouvelle appellation des Cahiers du RESIPROC aux Presses de l’Université de Louvain pour une parution en début 2017.

Le colloque se tiendra les 18, 19 et 20 mai 2016. Il comportera des plénières, des tables rondes et des présentations de professionnels de la communication.

Appel à communications : Médiation des mémoires en ligne

Logo Cahiers du Numérique

Appel à publication pour un numéro de  Les Cahiers du Numérique (http://lcn.revuesonline.com)

Médiation des mémoires en ligne

sous la direction de Claire Scopsi et Rémy Besson

Intention de soumission : 25/09/2015

 

Ce numéro des Cahiers du Numérique propose de questionner, à l’heure du numérique, l’évolution des pratiques professionnelles et amateur de collecte et de valorisation des mémoires filmées qu’elles concernent l’histoire contemporaine, la sociologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie ou encore l’action culturelle et l’intermédialité (liste non exhaustive).

 

Les contributions, transdisciplinaires,    éclaireront la manière dont le numérique conduit à reconsidérer les différentes étapes de cette mise en mémoire. Qu’est‐ce qui change quant la valorisation des entretiens est à la portée du plus grand nombre ? Qu’est‐ce qui évolue quand les récits mémoriels filmés sont intégrés à des plateformes plurimédia ? Quels usages sont fait de ces images par les individus, par les groupes de mémoires et par les institutions ? Est‐ce que cela transforme la façon dont les communautés mobilisent le support mémoriel qu’est l’acteur de l’histoire filmé ? Quels matériaux pour l’histoire ou la sociologie peuvent être ainsi produits ? Cela n’est pas uniquement à interroger d’un point de vue technologique, mais aussi en termes de pratiques et d’usages artistiques, culturels et sociaux desdites technologies. Il s’agira ainsi, de se demander ce qui fait rupture au tournant du XXIème siècle, ainsi que ce qui relève de l’ordre de la continuité. 

 

Texte complet de l’appel sur le site de la revue (suivez le lien)

AXES DE PROPOSITIONS POSSIBLES (LISTE NON EXHAUSTIVE)

 

Pour exemple, les contributions proposées pourront porter sur : 

  ‐ Des dispositifs socio‐techniques de collecte ou de valorisation (archives ouvertes, scénographies muséales, pratiques d’amateurs).

‐ Des interprétations sémiopragmatiques et/ou génétiques de corpus d’entretiens filmés créés au format numérique ou numérisés.

‐ Des enjeux mémoriels qui se sont cristallisés autours d’usages artistiques, culturels ou sociaux des images animées partagées sur le web.

‐ Des pratiques et usages amateurs de ces images animées portant sur la mémoire.

‐ Des réflexions méthodologiques, épistémologiques ou historiographiques impliquant une prise en compte des effets de rupture et continuité impliquées par l’émergence de l’époque du numérique dans le domaine de la captation d’entretiens filmés avec des acteurs de l’histoire.  

 

Comité de lecture du numéro

  • Michael Bourgatte (Institut Catholique de Paris, Atelier du Numérique) / EA 7403,
  • Evelyne Broudoux (Conservatoire National des Arts et Métiers, Dicen-IDF)
  • Florence Descamps(Ecole Pratique des Hautes Etudes, Histara)
  • Michèle Gellereau (Université de Lille3, Geriico)
  • Véronique Ginouves (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme)
  • Louise Merzeau (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Dicen-IDF)
  • Roger Odin (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, IRCAV)
  • Viva Paci (Université du Québec à Montréal)
  • Marcelo Vitali-Rosati (Université de Montréal)

Calendrier

 

Intention de soumission :                                              25/09/2015

Notification aux auteurs :                                              10/10/2015

Date limite de soumission :                                           20/12/2015

Date de notification d’acceptation aux auteurs :      1/02/2016

Date de la version finale :                                              15/03/2016

Remise éditeur :                                                              avril 2016

Parution du numéro spécial :                                       juin 2016

 

Recommandations aux auteurs

Les articles font entre 20 à 25 pages (50 000 signes environ, espaces, notes de bas de page et bibliographie compris). Ils sont acceptés en français .

Les soumissions seront envoyées en deux versions : 1 version PDF de référence et 1 version word ou odt modifiables pour permettre l’anonymisation. Les deux versions doivent être identiques.

  • les versions finales seront acceptées au format word.

Les soumissions seront évaluées en double aveugle.

Contact

 

Claire Scopsi (Maitre de Conférences, Dicen-Idf CNAM Paris) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; vertical-align: baseline; outline: none; color: #21759b;">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rémy Besson (Postdoctorant à l’Université de Montréal): Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser." style="margin: 0px; padding: 0px; border: 0px; vertical-align: baseline; outline: none; color: #21759b;">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Edito - Associations de doctorants en SIC

Les associations et collectifs de doctorant-e-s en SIC : Vers une mise en réseau nationale

 

L'édition 2015 des Doctorales a été l'occasion de souligner l'importance de l'organisation collective des doctorantes et des doctorants. Parole leur est donnée dans cet éditorial qui trace des perspectives stimulantes de développement des liens avec la SFSIC.

En tant qu’associations et collectifs de doctorant-e-s en SIC, nous avons été invités par la SFSIC, lors de la XIème édition des Journées Doctorales à Lille, à participer à une table ronde autour de nos rôles et de nos modes de fonctionnements. Au-delà de nos activités régulières, notre importance pour la socialisation scientifique, le développement de la collégialité et l’intégration des jeunes chercheurs à leur laboratoire et au monde de la recherche ont été soulignés, de même que l’objectif d’ouverture aux masterisants. L’organisation de cette séance plénière par la SFSIC a donc donné lieu à des discussions fertiles et laisse entrevoir plusieurs chantiers possibles : la création d’un réseau d’associations et de collectifs de doctorant-e-s en SIC à l’échelle nationale, la mise en visibilité de ces associations sur le site de la SFSIC, l’initiation d’une réflexion collective sur les liens à créer entre nous et la SFSIC. A travers une mise en réseau nationale, nous espérons être partie prenante des discussions sur la valorisation du travail des doctorant-e-s en SIC et sur l’insertion professionnelle des jeunes docteurs. Les questions qui doivent être soulevées ici sont sans doute celles de la forme que prendra notre engagement et de la pérennité de nos actions à un niveau national : il ne faut pas occulter le fait que les collectifs de doctorants se forment, souvent, face à un besoin local de vie associative. Nous espérons être à la hauteur de nos engagements et être aptes à trouver un équilibre entre investissement local et national. Toutes ces ambitions sont autant de défis que nous souhaitons relever avec l’appui de la SFSIC, qui, au-delà d’être un tremplin pour la production et la vulgarisation scientifique du travail des doctorants, sera, nous l’espérons, un partenaire dans nos engagements collectifs.

Geoffroy Gawin / GERIICO / Université de Lille
Aurélie Tourail / ADT-SIC / Université de Toulouse
Charlotte Blanc / Replic/ Université Bordeaux
Elmira Prmanova / AlecSic / Université de Lyon
Mohamed Djouani / Sic’UB / Université de Bourgogne

AAA - Informations et communications en contexte de mutations organisationnelles et de crise managériale

AAA revue COMMUNICATION & MANAGEMENT (qualifiante 71e)

"Informations et communications en contexte de mutations organisationnelles et de crise managériale"

 

 DATE DE SOUMISSION PROLONGÉE AU 30 JUIN 2015 

 

Appel en ligne et consignes aux auteurs : http://www.revue-communication-management-eska.com/index.php/contribuer/appel-n-2-2015