JE - PRIM Programme

PRIM – Pratiques et Ressources de l’Information et des Médiations – Université François-Rabelais

1ère Journée d’études – PRIM – IUT de Tours, jeudi 5 février 2015

Composer avec les régimes de Google : autorité, notoriété, opacité

 

Jusqu’où peut-on affirmer que Google est devenu un acteur incontournable dans les pratiques informationnelles et communicationnelles sur Internet ? Cette position dominante, caractérisée par la centralité du moteur de recherche le plus utilisé dans le monde, mérite d’être questionnée à plusieurs niveaux : tant sur le plan technique et sémiotique des processus de traitement et affichage des données, que sur le plan sociologique et politique relatif à l’acceptation et à l’intériorisation des logiques de cet acteur hégémonique par différents milieux professionnels.

Dans la mesure où des acteurs sociaux aux statuts divers sont confrontés aux différentes facettes des « services » proposés par Google, cette journée d’études se donne pour objectif d’interroger les modalités d’appropriation et de négociation avec les standards de gestion et d’agrégation de l’information imposés par le géant américain. De manière générale, il ne semble plus excessif d’observer que les internautes, tout comme les médias, les universités, les institutions ou les entreprises sont contraints de « faire avec » ou dit autrement de composer avec les critères de « pertinence » établis par Google. Quel est le spectre d’ajustements et de lignes de tension particulières qui émergent entre les stratégies du moteur et les tactiques plurielles des producteurs ou consommateurs d’information ?

En fonction des postures et des intérêts des acteurs, le dispositif de Google peut être considéré à la fois comme un classement affiché, comme un algorithme éprouvé et comme un infomédiaire puissant. Comment penser cette multiplicité de points de vue qu’autorise l’objet Google à l’aune des types de relations subordonnées qu’il favorise ? Mots-clés, liens, référencements, occurrences et autres indicateurs de trafic deviennent les instruments d’un pouvoir « googlesque », lequel peut susciter des fixations et des déformations – mais aussi des résistances et des ruses – du côté des acteurs qui exploitent, explorent ou critiquent les logiques internes du dispositif.

En ce que la médiation du moteur de recherche n’est pas neutre et privilégie une « certaine idée de l’information », il convient de creuser les problématiques de l’autorité, de la notoriété et de l’opacité comme autant de régimes qui déterminent les manières de « composer avec Google ». En quoi la reconnaissance de l’autorité du classement de Google entre-t-elle en conflit avec la reconnaissance d’autres sources traditionnelles d’autorité (ancienneté, qualification, etc.) ? Peut-on considérer qu’au prisme de Google la « notoriété » s’affirme comme critère d’évaluation trans-sectoriel et s’érige en objectif stratégique commun à des acteurs pourtant très divers ? Quelles sont les « opacités » constitutives de la médiation que propose un « moteur de recherche commercial » ?

Programme :

9h30 - S.Vaezi, J. Nicey, G. Gomez-Mejia (PRIM/Tours) :

Introduction : état des lieux des recherches en SIC sur Google

10h -    Guillaume Sire (CARISM/IFP Paris 2) :

Google et la publicité en ligne, préoccupations concurrentielles et informationnelles

11h -    Nikos Smyrnaios (LERASS/Toulouse) :

L’oligopole de l’infomédiation et ses enjeux

13h30 - Brigitte Simonnot (CREM/Nancy) :

Jeux d’acteurs et place des moteurs de recherche commerciaux dans une écologie de l’information en ligne

14h30 - Camille Alloing (CEREGE/Poitiers) :

(E)réputation : autorité, affects et algorithmes

15h30 - Table-ronde :

Ouvertures & Perceptions professionnelles

Contact : gustavo.gomez-mejia[at]univ-tours.fr / jeremie.nicey[at]univ-tours.fr

Programme : JE PRIM