Objectif scientifique du colloque

Nous terminons la première phase de ce séminaire pluriannuel par un colloque, qui sera l’occasion d’ouvrir aux débats et aux échanges de vue les travaux et conceptualisations issus de ces recherches.

 

Nous souhaitons ainsi pouvoir examiner ces phénomènes d’évolutions organisationnelles, en prenant en compte les désordres, bouleversements et complexité qui caractérisent l’émergence de formes organisationnelles, variées et éphémères, dans un contexte de crise des modèles et de recomposition générale, quasi permanente, des entreprises et des différentes institutions.

 

Nous souhaitons ouvrir ce colloque à des approches disciplinaires ou interdisciplinaires susceptibles de permettre de multiplier les angles de vue et les problématisations : approches d’information – communication, de sciences humaines et sociales, de psychologie sociale, cognitive, d’épistémologie, d’anthropologie des sciences et des techniques ou culturelle, de sciences politiques… 

 

Les travaux pourraient s’alimenter

- des approches relatives à l’évolution des formes sociales, des formes organisationnelles, des formes sémiotiques ou techniques, comme

- des travaux relatifs au développement du pilotage par les instruments, et aux normes techniques associées à des dispositifs de cristallisation de mémoires et de routines à différents niveaux d’échelle, comme

- des conséquences qui peuvent en être tirées concernant les théories de la modernité ou de la complexité.

 

Nous souhaitons éclairer le plus diversement possible la construction de ces objets de recherches, des objets d’étude empiriques, des conceptualisations, modélisations et méthodes en les inscrivant à chaque fois dans le souci d’élargir au maximum les perspectives d’analyse. Il s’agit ainsi d’appréhender les processus de dislocation-recomposition -au sens d’émergence de nouvelles structurations des entreprises et organisations-, qui se déroulent sous nos yeux depuis une vingtaine d’années maintenant, dans différents secteurs professionnels – industrie, services, santé, administrations…-, et qu’ils recomposent profondément, ou installent dans des logiques processuelles, de projets de durée limitée, le plus souvent sous la pression de l’urgence, et dans des contextes de risques et de tentatives d’anticipation des crises.

 

Intérêt attendu pour les SIC

Ce colloque sera l’occasion de réunir les contributeurs de ce séminaire, et d’ouvrir l’appel à l’ensemble de la communauté des SHS intéressée par ces questions de formes, de normes, de technologies, d’images, de discours, de mémoires et de numérisation généralisée des traces.

 

Il s’agira de prendre la mesure des phénomènes en cours et de débattre des recherches et des travaux empiriques, comme des conceptualisations et problématisations reliées à ces questions de recherche.

 

Il s’agira également d’effectuer un repérage le plus large possible des travaux portant sur les normes et les formes dans une perspective de comparaison européenne et internationale.

 

Des enjeux scientifiques pourront être identifiés en lien avec ces questionnements relatifs aux normes et aux formes :

 

Quels enjeux organisationnels peut-on identifier, en lien avec les formes nouvelles et les recompositions organisationnelles associées à la rationalisation généralisée des procédures de travail et des processus organisationnels ? Comment penser l’émergence et le développement des dispositifs numériques récents, et notamment de l’internet dans les entreprises et les diverses organisations publiques ou privées (Etat ou collectivités territoriales, secteur associatif) ? Comment problématiser les processus de régulation et de normalisation à partir des écrits et des traces que génèrent ces mutations ?

 

Quels enjeux liés aux processus cognitifs, sociaux et discursifs mis en œuvre dans les organisations de manière massive pour accompagner les recompositions précitées (codes de déontologie, chartes éthiques, référentiels procéduraux, explicitation de logiques d'actions normalisées, traçabilité généralisée) peuvent être identifiés ? Il sont autant de « dispositifs symboliques » qui accompagnent les « certifications qualité » et divers processus de « réingénierie » des organisations. Ces processus peuvent être compris comme des processus de communication organisationnelle, dans la mesure où ils visent à permettre la construction de significations légitimes, d'interprétations communes, de coordinations d’actions collectives.

 

Les communications attendues :

1ère journée : Les recherches stabilisées et/ou émergentes dans les différents domaines d’étude, et sur les différents objets et processus.

 

Sont attendues ici des propositions de communication concernant :

- l’évolution des formes organisationnelles

- l’évolution des processus professionnels dans tous les secteurs susceptibles d’être concernés par les modalités de gestion par les normes et les instruments ;

- les secteurs étant affectés par le développement des négociations et luttes sur les standards et les normes techniques,

- toutes les analyses, études, recherches portant sur ces pratiques dans le contexte de la dite société de l’information, de la numérisation généralisée et de la convergence multimédias,

- les interactions entre les différentes formes sociales affectées par ces processus, et leurs effets anthropologiques, sociaux, cognitifs, etc.

 

2ème journée : Les problématiques et paradigmes qui structurent ces recherches interdisciplinaires, leur cohérence.

 

Sont attendues ici des propositions de communications s’attachant à :

- problématiser les catégories de formes et de normes dans les différents secteurs des disciplines sociales et humaines en relation avec les pratiques sociales et organisationnelles.

- interroger les nouvelles formes de régulation qui émergent, autour de l’éthique notamment.

 

 

Procédure de soumission

Les propositions de communication devront adopter la forme suivante :

Un premier document word comportant

- Le nom du chercheur et ses coordonnées mail et téléphoniques

- L'université d'appartenance

- Le titre de la communication.

Un deuxième document word ne comportant que

- La proposition de communication, faisant entre 3000 et 4000 signes espaces compris, et suivie d’une bibliographie de 5 titres minimum.

 

Le tout doit être rédigé en Times New Roman, justifié, taille 12, interlignage simple.

Adresses d’envoi : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Les propositions de communication feront l’objet d’une expertise par un comité scientifique en « double aveugle » et seront publiées chez un éditeur.

 

Calendrier

Les propositions seront adressées avant le 10 avril 2011.

Les résultats des évaluations des propositions de communication seront envoyés début mai 2011.

En cas d’acceptation, un texte complet de 20 000 signes espaces compris devra être adressé à la date du 15 juillet 2011. Les résultats des évaluations des textes seront envoyés fin juillet.

Les auteurs devront en proposer une version définitive pour le 1er septembre 2011.

 

 


 

Liste des membres du Comité scientifique

 

Responsables : Christian Le MOENNE, PR SIC, UEB Rennes 2 (France),

et Catherine LONEUX, PR SIC, UEB Rennes 2 (France) 

-       Françoise BERNARD, PR SIC, Université de Provence (France)

-       Luc BEGIN, PR Philosophie, Université Laval (Canada)

-       Jean-Luc BOUILLON, MCF SIC, Université Versailles St Quentin en Yvelines (France)

-       Luc BONNEVILLE, Pr communication, Université d’Ottawa (Canada)

-       Sylvie BOURDIN, MCF SIC, Université Toulouse 3 (France)

-       Valérie CARAYOL, PR SIC, Université Bordeaux 3 (France)

-       Andrea CATELANI, MCF SIC, Université Catholique de Louvain la Neuve (Belgique)

-       Didier CHAUVIN, MCF SIC, Université de Rennes 2 (France)

-       Pierre DELCAMBRE, PR Émérite, Université Lille 3 (France)

-       Michel DURAMPART, PR SIC, Université de Paris 13 (France)

-       Bernard FLORIS, MC HDR, Université Grenoble 3 (France)

-       Finn FRANDSEN, PR communication, Université de Aarhus (Danemark)

-       Gino GRAMACCIA, PR SIC, Université Bordeaux 3 (France)

-       Carole GROLEAU, PR communication, Université de Montréal (Québec)

-       Sylvie GROSJEAN, PR communication, Université d’Ottawa (Canada)

-       Brigitte GUYOT, MC HDR SIC, CNAM (France)

-       Thomas HELLER, MC SIC, Université de Lille 1 (France)

-       Romain HUET, MC SIC, Université de Rennes 2 (France)

-       Winni JOHANSEN, PR Communication, Université d’Aarhus (Danemark)

-       Anne MAYERE, PR SIC, Université de Toulouse 3 (France)

-       Bertrand PARENT, Enseignant Chercheur, EHESP (France)

-       Sylvie PARRINI, MCF, Université de Nice (France)

 

Liste des membres du Comité d’organisation

 

Responsables : Marcela PATRASCU, ATER SIC, UEB Rennes 2

                       Et Bruno CHAUDET, PAST SIC, UEB Rennes 2

 

-       Amadou ABASSI, doctorant PREFics, UEB Rennes 2

-       Julie BRUSQ, doctorante PREFics, Université Rennes 2

-       Sahité GAYE, doctorant PREFics, Université Rennes 2

-       Zahra Id AHMED, doctorante PREFics  UEB Rennes 2

-       Diarra NDIAYE, dotorante PREFics UEB Rennes 2

-       Olivier SARROUY, doctorant PREFics, UEB Rennes 2

 

=>  icon Colloque PREFIcs sept 2011 à Rennes 2 (1.55 MB)