Le principe d’une recherche sur projet souligne les liens que les laboratoires doivent entretenir avec « leurs environnements, tant scientifique, qu’économique ou politique » (Mangematin : 2000). Le choix est-il grand entre projet public et projet privé ? Issu de la gestion de projet (Garel : 2003), la recherche sur projet implique une structuration méthodologique et théorique de la recherche. Par exemple, l’apriorité de fixation de délai (trois ans, un an, etc. selon les types de projets) pour la réalisation d’une recherche en sciences humaines et sociales, va, de prime abord, à contre-sens de la logique de la recherchedans ces domaines. En effet, sans maîtrise au préalable d’un terrain, la quantification paraît délicate. En ce sens, comme ont pu le soulever Pierre Aucouturier et Eric Leichtman, dans un article du 25 mars 2010 paru dans La Tribune, la recherche sur projet, et en particulier les projet dits ANR, ne permettent pas « de conduire sereinement des travaux à long terme capables de faire progresser les connaissances fondamentales, indispensables aux problèmes technologiques de demain ». Ainsi, les manières de faire de la recherche ont-elles évoluées avec la généralisation de la recherche sur projet ? Doit-on désormais prendre en compte la recherche sur projet comme un postulat ? Mais si l’on peut percevoir les limites de la recherche sur projet, comment fonctionner avec ? En ce sens, quels sont ses apports ? Le terme projet induit celui d’objectif, devrait-on alors davantage parler de recherche par objectif ? Mais penser en terme d’objectif, questionne également directement le fonctionnement des laboratoires de recherches. Cela implique a priori la mise en place de stratégie à plus ou moins long terme pour les laboratoires. Comment cela se traduit-il dans les laboratoires de sciences humaines et sociales ?
Lors de ce workshop, nous souhaitons également poser à plat l’ensemble des projets existants. Aucun recensement ne permet aujourd’hui de s’informer sur les différents types de projets et leur spécificité. Comment avoir connaissance de l’ensemble des propositions de financements existants ? Projet local, projet national, projet international : quelle échelle pour quel projet ? Existe-t-il des critères déterminants d’un « bon » projet ? Egalement existe-t-il des « stratégies » susceptibles de favoriser la réussite d’un dossier de projet ? Ainsi quels savoirfaire, technique, administratif et stratégique, dans le montage des dossiers sont requis ? Quelle organisation humaine et technique pour le montage et le suivi quotidien du projet ? Comment prévoir la valorisation de la recherche sur projet ? Du rapport de recherche à produire en clôture de projet, aux valorisations scientifiques (articles, chapitres d’ouvrage, ouvrages, colloques, séminaires, etc.), comment s’y prendre et avec quelle temporalité ?
Ce workshop entend également faire la place aux études de cas et retours d’expériences collective ou individuelle. Et notamment comment les différents acteurs ont procédé pour travailler ensemble et poursuivre individuellement leur recherche ? Quelle réflexion mener sur les modalités de gouvernance des projets (un ou plusieurs porteurs), sur les choix à opérer dans la constitution de l’équipe du projet, sur l’organisation de la recherche, etc. ?


Calendrier
15 juillet 2011 : date limite d’envoi des propositions qui comprendront un résumé et une présentation des auteurs.
Ce worshop donnera lieu à une publication sous forme d’ouvrage collectif. Compte tenu de la durée limitée du workshop, les propositions les plus intéressantes qui n’y participeraient pas, seront retenues directement pour la publication.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

icon AAC - La recherche sur projet (71.96 KB 2011-05-16 17:03:09)