Identités sociopolitiques en conflit dans les discours politiques et médiatiques latino-américains

Journée d’étude organisée par ADAL

(Analyse des discours de l’Amérique Latine)

14 juin 2013

Paris, Institut des Amériques

175 rue du Chevaleret

icon ADAL JE 2013 (256.97 KB 2012-12-04 13:54:46) 

Après une première journée d’étude consacrée aux discours politiques latino-américains, puis une deuxième consacrée aux représentations et imaginaires qui y circulent (Donot et Pordeus, 2012), le groupe ADAL entend s’interroger, pour sa prochaine journée d’étude, sur la question des identités sociopolitiques et des conflits qui leur sont liés.

De nombreuses recherches (Borja et al, 2008; Charaudeau, 2009a et 2009b; Oddo, 2011; Reisigl & Wodak, 2001, entre autres) ont montré à quel point les récits et discours circulant dans un groupe (politique, armé, social, etc.) jouent un rôle de taille dans la construction de son identité. Ces discours peuvent être de type divers, mais nous nous centrerons, pour cette journée d’étude, sur les discours de type politique et médiatique (ces derniers pouvant être fictionnels ou non).

Si la construction de l’identité d’un groupe passe par les discours, ces derniers peuvent également contribuer à engendrer des conflits, ou à les accentuer. Des chercheurs experts en résolution des conflits ont en effet remarqué par exemple que la circulation de discours identitaires est souvent associée à l’éclatement de conflits armés ou de guerres et que, par ailleurs, certains de ces discours peuvent entrer en contradiction ou entraver les processus de négociation d’un conflit (Borja et al, 2009; López et al, 2012).

Cette journée vise à regrouper des chercheuses et chercheurs provenant de diverses disciplines : sciences du langage, sciences de l’information et de la communication, sciences politiques, psychologie, cultural studies, etc. Dans ce cadre pluridisciplinaire, on s’intéressera à différents types d’identités :

  • Identités régionales et nationales (à l’échelle locale, au sein d’un même pays, ou à une échelle plus large : comme par exemple, l’identité latino-américaine).
  • Identités politiques (liées à l’appartenance à un parti, à une tendance politique, à une idéologie).
  • Identités ethniques (populations afro-descendantes, populations dites « indigènes »).
  • Identités de genre (liées à la féminité et à la masculinité, mais également celles revendiquées par les communautés LGBT -Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

Sur cette base, voici quelques exemples de questionnements qui pourront être d’abordés dans les communications :

On pourra s’interroger en premier lieu sur la notion même d’identité. En effet, cette question fait actuellement l’objet de nombreuses réflexions au sein de la communauté universitaire, mais qu’entend-on au juste par identité ? Par ailleurs, comment cette question est-elle abordée dans les discours politiques et médiatiques latino-américains ?

On pourra s’intéresser également à la question de la représentation et de la construction des identités. De quelle manière les identités sont-elles représentées dans les discours politiques et médiatiques latino-américains ? Et au-delà, dans quelle mesure et de quelle façon ces derniers contribuent-ils à construire ces identités ? Le questionnement pourra par exemple porter sur les discours médiatiques fictionnels « de masse » (on pense bien sûr aux Telenovelas et autres séries qui remportent beaucoup de succès depuis quelques années) : comment contribuent-ils à véhiculer et à façonner les identités ?

On s’interrogera par ailleurs sur la question des conflits liés à l’identité, et ce en particulier dans des régions qui connaissent de nombreux conflits sociaux et politiques : les conflits dans lesquels sont engagées certaines communautés dites « indigènes » ; les conflits liés aux discriminations et aux violences - physique, psychologique, sexuelle, et/ou symbolique – dont sont victimes les femmes et les personnes de la communauté LGBT dans de nombreux pays d’Amérique latine ; le conflit armé en Colombie ; l’opposition exacerbée entre chavistes et anti-chavistes au Venezuela (qui a mené en 2002 au bref renversement du Président Hugo Chávez), etc.

Comment les discours politiques et médiatiques véhiculent-ils ces conflits d’identité ? Au-delà, quel rôle jouent-ils au sein même des conflits ? Dans quelle mesure l’invocation des identités permet-elle de les légitimer ou de les justifier? De quelle manière les discours politiques et médiatiques latino-américains contribuent-ils à engendrer ou à maintenir ces conflits, ou au contraire, à les résoudre ? À l’inverse, dans quelle mesure la construction de l’identité peut-elle passer par l’évocation et la réinterprétation de conflits passés ?

Organisation

Cette journée d’étude est organisée par l’association ADAL, réseau de chercheurs se consacrant à l’analyse des discours de l’Amérique latine. ADAL s’intéresse aux discours politiques au sens large, considérant que les discours médiatiques et les diverses formes de communication politique et publique en sont partie prenante (plus d’informations sur notre site).

La langue officielle de la journée d’étude est le français, mais les communications en espagnol et portugais sont également acceptées ; dans ce cas, un support audiovisuel tel que des diapositives power point dans une des autres langues est fortement recommandé.

Le comité d’organisation prévoit une publication des communications, ou d’une sélection de certaines d’entre elles pour 2014 – 2015.

Envoi de propositions :

Les propositions de communication (auteur(s), titre, 3-5 mots-clés et résumé et de 500 mots maximum) doivent être envoyées avant la date limite du 30 janvier 2013 à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Les résumés peuvent être envoyés en français, espagnol ou portugais.

La réponse du comité d’organisation sera communiquée à partir du 30 mars 2013.

Comité d’organisation :

Eglantine Samouth (Université de Nantes/CEDITEC) ; Yeny Serrano (Université de Strasbourg) ; Myriam Hernández Orellana (Université Paris-Est Créteil/CEDITEC).

Avec le soutien de Serge De Sousa (Université de Franche-Comté/CRIT et Université de Paris 3/SYLED-CLA2T) et de Pablo Segovia (Université Paris 13/LDI).

Comité scientifique :

Sophie Moirand (Université Paris 3/SYLED-CEDISCOR) ; Pierre Fiala (Université Paris-Est Créteil/CEDITEC) ; Patrick Charaudeau (Université de Paris 13/CNRS Laboratoire de Communication politique) ; Ricardo Peñafiel (Université du Québec/GRIPAL, Université de Montréal/CPDS) ; Eglantine Samouth (Université de Nantes/CEDITEC) ; Yeny Serrano (Université de Strasbourg).

Institutions partenaires :

CEDITEC

INSTITUT DES AMERIQUES