Appel à contributions

Colloque international: jeudi 23 et vendredi 24 mai 2013

BEYROUTH - LIBAN

Faculté de Publicité et Médias, Université Antonine Baabda 

Centre d'Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias-CARISM

Institut Français de Presse, Université Paris II

Médias et élections

Propositions à envoyer avant le 20 décembre 2012

Argumentaire

Le Liban organise en 2013 sa 23ème édition des élections législatives. Dans le contexte du printemps arabe et l’éveil politique déclenché dans le monde arabe, les Libanais, rodés à l’exercice démocratique sont, de nouveau, appelés à choisir leurs représentants au Parlement.

Cette échéance intervient sur fond de mutations politiques dans certains pays arabes, où des élections libres ont été organisées mettant les peuples de ces pays sur la voie de la démocratie et des libertés. Ces évolutions ont indéniablement attiré les regards sur les technologies et les moyens d’information et de communication et en particulier les nouveaux médias. Ces derniers ayant joué un grand rôle dans la mobilisation populaire pour le changement des régimes en place, les médias se trouvent désormais au devant de la scène politique arabe. Longtemps monopolisés par les pouvoirs en place qui s’en servaient pour asseoir leur domination, les médias «des masses» ont renversé le rapport de force de communication et redonné l’initiative aux peuples.

S’il est clair que ces événements n’auraient pas pu se produire sans les nouveaux médias, s’il est évident que les réseaux sociaux ont précipité la chute des régimes autoritaires, il est crucial de se demander quel est leur rôle dans la l’édification des nouveaux régimes et dans la constitution des nouvelles classes dirigeantes.

En effet, la qualité d’une démocratie dépend de la qualité de l’information et de sa libre circulation. Entre démocratie et information il existe des liens organiques. Il était dit que celui qui détient l’information détient le pouvoir. Les nouveaux médias avec les nouveaux modes de production et de diffusion de l’information qu’ils ont générés mettent cet adage à l’épreuve. Ce colloque cherche à stimuler la réflexion sur les rapports qui existent entre médias et politique et sur l’articulation du triptyque pouvoir, société et communication, particulièrement lors des échéances constituantes telles que les élections législatives.

Ce thème interdisciplinaire est au confluent de plusieurs disciplines et interpellent les chercheurs dans les sciences de l’information et de la communication, les sociologues, les politologues, les sémioticiens, les historiens, etc.

Axes du colloque

Communication politique et mobilisation électorale

Cet axe étudie les stratégies de communication mises en œuvre par les acteurs politiques en vue de conquérir et de mobiliser l’opinion dans une perspective électorale. Il y est question du pouvoir des médias en matière de choix électoral. L’accent est mis particulièrement sur les approches d’effets d’agenda, de cadrage et d’amorçage.

L’institutionnalisation de la communication politique

Cet axe aborde la dimension historique du champ de recherche en communication politique afin d’éclairer les mutations de l’exercice politique en fonction du développement de la communication politique en tant que ressources et techniques indispensables dans le champ politique. Les interventions se penchent notamment sur l’analyse de l’émergence des conseillers en communication, leur rôle et leur impact sur la vie politique. Une étude sociologique du développement de ce secteur dans une approche comparative apportera un éclairage quant aux caractéristiques sociétales et politiques qui permettent ou non le développement de la communication politique.

Nouveaux médias

Cet axe s’intéresse aux nouveaux médias nés de la combinaison du numérique et de la télécommunication, (sites web, blogs, réseaux sociaux, applications mobiles etc.) Il s’agit d’analyser les processus de socialisation politique des citoyens à travers ces moyens.  

La campagne médiatique : éthique et réglementation

Cet axe considère l’aspect juridique de la campagne électorale à travers les médias, il cherche à éclairer les principes juridiques qui sont à l’origine des différentes lois et règlementation qui gèrent la campagne électorale. Dans l’optique de pousser vers plus de liberté, de transparence et de démocratisation de la campagne les interventions feront une lecture analytique des textes en fonction du droit premier à l’information consacré par la Charte des Droits de l’homme. Une attention particulière sera accordée aux principes déontologiques et à l’éthique professionnelle dans l’accompagnement et la couverture médiatique des campagnes électorales.

Sémiotique politique

Cet axe concerne l’étude du sens de la chose politique à travers les différents signes sensoriel ou cognitifs. Un intérêt particulier est attaché à la symbolique à travers l’analyse de la représentation des acteurs et du pouvoir politique.

Calendrier

Septembre 2012: diffusion de l’appel à communiquer

20 décembre 2012: date limite de soumission des propositions

Janvier 2013: sélection des interventions

Mars 2013: diffusion du programme

Modalités de soumission

Les langues de communication du colloque sont l’arabe, le français et l’anglais.

Les propositions de communication sont à adresser au plus tard le 20 décembre 2012 et ne doivent pas dépasser 6000 signes.

Elles comportent un titre, l’axe relatif, la problématique dans laquelle s'inscrit le travail, la bibliographie. Les auteurs seront informés de l'acceptation de leur proposition en Janvier 2013.

Comité d’organisation

Mirna Abou Zeid, Univeristé Antonine

Frédéric Lambert, CARISM

Pour tout renseignement : Jenny Mouchantaf 00 961 5 924073 ext 355