Communication et innovation en santé : acteurs, enjeux, pratiques, savoirs
84e Congrès, ACFAS, mercredi 11 mai et jeudi 12 mai 2016
UQAM, Montréal

Responsables scientifiques :
Daniel RAICHVARG (Lab. CIMEOS/Labex LipSTIC, Université de Bourgogne), Benoit CORDELIER (Lab. COMSANTE, UQAM), Olivier GALIBERT (Lab. CIMEOS/Labex LipSTIC, Université de Bourgogne)

Comité scientifique :
Hélène ROMEYER (Uni. Franche-Comté), Fabienne MARTIN-JUCHAT (Uni. Grenoble-Alpes), Jocelyne ARQUEMBOURG (Univ. Paris 3), Laurence CORROY (Uni. Paris 3), Fabrice PIROLLI (Uni. Bourgogne), Anne MAYERE (Uni. Toulouse), Philippe CHAVOT (Uni. Strasbourg), Christine THOER (UQAM), Sylvie JOCHEMS (UQAM), Jacques BONNET (Agrosup Dijon), Philippe VIARD (IFSI Dijon), Gino GRAMACCIA (Uni. Bordeaux), Sylvie GROSJEAN (Uni. Ottawa), Luc BONNEVILLE (Uni. Ottawa).

Date butoir : 1er février 2016
Retour des évaluations : 1er mars 2016
Envoi à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Appel à communication

Les processus et les dispositifs de communication médiatique, organisationnelle, scientifique, prennent de plus en plus de place dans le secteur de la santé et du soin. Les problématiques propres aux Sciences de la Communication sont également de plus en plus mobilisées : les approches de l’espace public questionnent la démocratie en santé alors que l’analyse de la communication marketing se concentre sur les campagnes de prévention. La plupart de ces approches réaffirment le rôle du malade, du patient (d’ores et déjà pris dans le soin ou l’institution) ou simplement de l’individu « bien-portant » qui cherche un style de vie en adéquation avec sa perception du bien-être.
Mais, dans un contexte de savoirs scientifiques et techniques qui évoluent et circulent rapidement, les enjeux de la médiation des savoirs, notamment via le numérique, demandent à ce que l’on repense l’ensemble des processus et des changements organisationnels : les mutations du lien « soignant-soigné », le jeu des différents acteurs (journalistes, professionnels de la santé, chercheurs), les dispositifs de diffusion de savoirs médicaux experts dans la société, l’analyse de la réception des médias et l’accompagnement au changement dans le cadre d’une inter-professionnalité. La figure du patient s’intègre dans le dispositif de construction de nouvelles connaissances, scientifiques, techniques ou pratiques, pour lesquelles les processus de médiations doivent être revisités, tout comme la place et le rôle des producteurs des savoirs à l’œuvre dans leur relation avec les autres acteurs et les dispositifs de médiation mis ou à mettre en place. Le patient est ainsi doté de dispositifs de télémédecine pour « gérer » sa maladie mais aussi contribuer aux productions d’information requises pour son suivi et, avec lui, tous les proches sont aussi sollicités, recrutés, interpelés dans une relation nouvelle avec les autres acteurs de la santé.
Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, questionner les processus et les dispositifs de communication comme participant de la construction, de la diffusion, de l’acceptabilité ou de la critique de l’innovation en santé, qu’elle soit médicale ou thérapeutique. Pour ce faire, nous nous intéresserons à l’ensemble des processus de médiation, techniques ou non, qui se jouent dans, pour et autour de l’innovation médicale ou thérapeutique, en considérant l’analyse et le rôle de l’ensemble des acteurs dans une perspective de co-construction de la santé et su soin dont le patient va ou pourra bénéficier.

Les communications pourront interroger :

-    la présence de l’innovation en santé dans les formes médiatiques populaires (séries télévisées, films) : que l’on pense, par exemple, aux Oscars décernés en 2015 aux films à la Théorie de tout et Je m’appelle Alice,
-    les objets technologiques comme objets communicants dans les médiations : que l’on pense, par exemple, aux scanners, lasers, appareils échographes, mais aussi les dispositifs de télé-médecine,
-    les dispositifs sociotechniques de communication numérique qui encouragent l’émergence de communautés de pratiques d’usagers ou de patients dans une perspective de construction d’une intelligence collective,
-    les dispositifs interprofessionnels travaillant à l’amélioration de la coordination de l’action entre praticiens et les chercheurs : que l’on pense, par exemple, à la mise en œuvre de nouveaux médicaments,
-    les situations interactionnelles et institutionnalisées de participation des publics (patients, familles de patients) aux processus d’innovation : que l’on pense, par exemple, aux tests cliniques ou aux expériences sur l’animal
-    le rôle des médiations incarnées et la place du corps comme média dans l’innovation thérapeutique.


Consignes :
-    Proposition en langue française
-    Nom et prénom du/des auteur(s), institution de rattachement, courrier électronique 

-    Titre de la communication
-    Résumé (4 000 signes, format Times New Roman, caractère 12, interlignage simple)