Aujourd’hui, les frontières sont de plus en plus mouvantes et changeantes. Elles se métamorphosent tout en métamorphosant ce qu’elles prétendent séparer. Certains courants émergents tendent à déconstruire et à flouter la/les frontière(s) en prônant une vie « à découvert » et non enfermée dans un cercle aux contours dessinés (Ingold, 2008). D’autres contribuent au délitement des dichotomies nature/culture, sujet/objet, renouvelant ainsi les conceptions de ce qui est matériel/immatériel, humain/non-humain (Latour, 2005). Ainsi, dans le paysage théorique contemporain, comment étudier et concevoir la notion de frontière(s) avec une approche communicationnelle? Quels enjeux sont inhérents à un tel questionnement? Comment et en quoi la recherche en communication participe-t-elle à la (re)définition des frontières symboliques et sociales? Voici quelques-unes des questions sur lesquelles le prochain numéro de COMMposite propose de se pencher.

En se consacrant à la « frontière » et aux « frontières », la revue COMMposite vise à mettre de l’avant l’apport des recherches en communication dans ces réflexions, que ce soit par la mise en place, le maintien ou la remise en question des catégories. À titre d’exemple, les auteures et auteurs peuvent aborder des thématiques comme : les conséquences générées par l’usage des technologies numériques sur la frontière établie entre le public et le privé (Thompson, 2011), sur l’émergence de nouveaux régimes de visibilité (Trottier, 2016) et sur la notion d’espace et de proximité (Sheller et Urry, 2006); l’établissement de nouvelles frontières politiques entre l’État, les citoyens et le marché (Pogorel, 1996); l’émergence des théories post-modernes (féministes, queer, postcoloniales, etc.) qui remettent en question la légitimité des catégories binaires dominantes (Ahmed, 2006; Ashcraft et al., 2013); ou encore l’apport des théories brouillant les distinctions établies entre humains et non-humains dans les organisations (Bencherki, 2016; Cooren, 2015; Latour, 2005). Les auteures et auteurs sont également invités à proposer des articles faisant usage de théories qui opérationnalisent la notion de frontière(s) afin d’appréhender la réalité sociale, comme celle du « travail de frontières » (Gieryn, 1983) ou de « l’objet frontière » (Leigh Star, 2010; Trompette et Vinck, 2009). Nous invitons finalement les auteures et auteurs à faire part de leurs réflexions éthiques, épistémologiques ou ontologiques qui portent sur les notions de frontière(s), de catégorisation ou de classification.

Parmi les thèmes encouragés, soulignons de manière non exhaustive :
-         Frontière(s), espace et mobilité
-         Frontière(s) et division du travail (amateurs/experts, publics/professionnels)
-         Frontière(s) géographique(s) (entre pays, régions, etc.)
-         Frontière(s) identitaire(s) (sexuelles, de genre, ethnoculturelles, etc.)
-         Frontière(s) organisationnelle(s)
-         Frontière(s) politique(s) (État, citoyens, société civile, libre marché, etc.)
-         Frontière(s), sécurité et surveillance
-         Frontière(s) symbolique(s) (humains/non-humains; matériel/immatériel, etc.)
-         Théorie de l’objet-frontière
-         Théorie du travail de frontières
-         Théorie de l’acteur-réseau
-       Enjeux éthiques, épistémologiques et ontologiques liés à la frontière (et aux processus de catégorisation et de classification)


Cet appel s’adresse aux jeunes chercheures et chercheurs en communication, mais également à celles et ceux qui s’inscrivent dans d’autres disciplines (sociologie, sciences politiques, études culturelles, histoire, géographie, droit), et dont les travaux auraient une perspective communicationnelle. Seront acceptées les contributions venant des étudiantes et étudiants des cycles supérieurs ainsi que les chercheurs en début de carrière (moins de deux ans depuis la soutenance de la thèse de doctorat).

Articles ou notes de recherches et résumés doivent être soumis sur le site web de la revue avant le vendredi, 16 décembre 2016.

Pour plus d'information sur la thématique et les directives aux auteurs, voyez l'appel en pièce jointe et visitez notre site au COMMposite.org .



N'hésitez pas à faire circuler dans vos contacts.



******************************

Fondée en mai 1997, COMMposite.org est une revue scientifique publiée électroniquement par de jeunes chercheur.es francophones dans le domaine de la communication. Elle se consacre exclusivement au développement et au rayonnement de la relève, tout en assurant la qualité des articles publiés grâce à un processus de révision par les pairs. COMMposite œuvre à faire connaître et reconnaître le dynamisme, la vitalité et la qualité de la recherche sur la communication des étudiants de maîtrise et de doctorat ainsi que des jeunes docteur-es*. Pour plusieurs de ces collaborateurs, il s’agit d’une première rencontre avec le monde de la publication, une occasion de se familiariser avec les exigences et les différentes étapes de cet aspect de la recherche universitaire. En ce sens, la revue innove en proposant une approche adaptée à la réalité  des jeunes chercheurs tout en modelant de nouvelles façons de penser, produire et diffuser la recherche scientifique. Pour une diffusion élargie des connaissances, les recherches publiées dans COMMposite sont accessibles gratuitement par Internet.