Appel à soumission pour un numéro de

Les Cahiers du Numérique

http://lcn.revuesonline.com


Epistémologies des Sciences de l’information et de la communication au sein des sciences humaines et sociales


sous la direction de Fidelia Ibekwe-SanJuan & Michel Durampart


date de réception des résumés longs : 15 avril 2017 prolongé au

2 mai 2017


Contexte

 

L'épistémologie est l'étude de la manière dont les gens acquièrent des connaissances (acception anglophone) ou l'étude de la manière dont les connaissances scientifiques sont acquises et validées (acception francophone). La classification de théories épistémologiques selon des points de vue, perspectives ou écoles philosophiques est un exercice complexe, la frontière entre les différentes approches épistémologiques étant floue. A un très haut niveau d’abstraction, les théories épistémologiques découlent de deux grandes familles correspondant à une vieille distinction entre réalisme/ objectivisme d’une part et idéalisme ou conceptualisme de l’autre. De ces deux grandes familles découlent la plupart des théories épistémologiques telles que le rationalisme, le positivisme, l’empiricisme, le cognitivisme et les théories épistémologiques caractéristiques des SHS (constructivisme; herméneutique, socio- constructivisme, systémique, etc).

Adopter une position épistémologique revient à prendre l'engagement de rendre compte de ce qui constitue une connaissance ou en des termes procéduraux, à rendre compte de quand quelqu'un peut prétendre savoir quelque chose.

 

L’épistémologie est à la base de la question "quelle est la méthode scientifique" et en tant que chercheurs, nous sommes tous influencés par l’épistémologie, que nous le sachions ou non (Hjørland 2010). Autant dire que la « recherche sans une posture épistémologique est impensable : un chercheur peut ne pas avoir consciemment déterminé quelle est cette posture, mais en fonction de la manière dont sa recherche est conduite, sa posture épistémologique deviendra claire pour les autres. » (Wilson 2008).

Ainsi rendre explicite les théories épistémologiques sous-jacentes aux travaux développés dans une discipline permet d’évaluer les connaissances produites dans cette discipline et les discuter avec des chercheurs d’autres disciplines.

Chaque théorie épistémologique vient avec ses engagements ontologiques, à savoir, ses hypothèses à propos de l’existence des objets du monde réel et comment ces objets sont perçus. Il y a donc une correspondance, bien que non univoque, entre théories épistémologiques et positionnements ontologiques. Cela conduit les chercheurs à faire ressortir certains aspects du phénomène étudié au détriment des autres. Par exemple, l’obsession des travaux en bibliométrie, en recherche d’information (Information Retrieval) et en fouille de textes pour les phénomènes defréquence ou de présence/absence pour estimer l’importance d’une unité dans le corpus témoigne de l’emprise de l’empiricisme sur ce champ de recherche et sa tradition. De même, la fascination des recherches sur les usagers des systèmes d’information (users studies) pour « le point de vue de l’usager » ou pour « le comportement de l’usager » témoigne de l’emprise du courant cognitiviste.

Le concept fondateur de l’espace public entendu dans une acception métaphorique s’ancre dans un positionnement résolument critique sur le rôle des médiations du XXème siècle (médias, industries culturelles, publicité, propagande ....) qui met en cause la fonction des débats, la participation et l’implication directe des citoyens dans la Cité. Adorno n’en fait pas un concept central mais s’intéresse aussi à la fonction vive de regard critique et de réflexion nourrie par la scène culturelle et artistique qu’il juge affaiblie par son entrée dans l’industrialisation et la marchandisation. Chez Habermas, il s’agit plutôt d’interroger, de façon dialectique, la constitution des sociétés dans une approche à la fois politique et philosophique de l‘action et de la communication (dans un sens très générique). Il constate l’affaiblissement d’une dynamique participative et d’une implication directe des citoyens (idéalement supposée là encore) tout en considérant ce que devient l’action et le sens de la politique dans la Cité du point de vue des relations entre citoyens, structures de pouvoir et de représentation du pouvoir. Ce concept d’espace public a débordé et a connu des emplois divers en architecture et aménagement du territoire, par exemple, pour évoquer le rôle des politiques de construction et d’aménagement traduisant une action publique et sa relation aux citoyens et à l’intérêt général.

 

Dans un temporalité plus actuelle, le mouvement de l’anthropocène permet d’adopter une posture ou une position pour penser la conscience citoyenne individuelle et/ou collective face à l’essor du monde, entre autres, et rallie certains chercheurs en SIC qui pensent aussi les rapports sciences/techniques/sociétés. Cette pensée humaniste, globaliste et dialogique (pluri- et multi- disciplinaire) qui peut aussi constituer une posture repose sur la notion de responsabilité au sens historique et plein du terme. Elle établit un constat qui embrase la constitution des sociétés dans le nouvel ordre/désordre mondial en tentant de situer la responsabilité individuelle envisagée de façon radicale au sein de la responsabilité sociétale. Elle se nourrit d’une connaissance et d’une compréhension d’un écho système du monde (Gaïa) faisant entrer toutes les variables possibles (climat, inégalités de l’accès aux ressources naturelles ou leur épuisement, biologie, technologies,...) dans une compréhension du monde vivant. Chacun, maintenant, au regard des connaissances acquises ou des méconnaissances des facteurs de crise, peut avoir la conscience qu’il joue un rôle et tient une responsabilité interactionnelle dans ce qui pourrait conduire à la disparition du vivant, de l’humain ou d’un équilibre conduisant à des dommages irréparables (Paul Crutzen 2000, Christophe Bonneuil 2013, Bruno Latour 2014).

 

Les objets d’étude en Sciences Humaines et Sociales (SHS) sont nécessairement complexes, multidimensionnels et imbriqués. Leur investigation sollicite les regards et les apports de théories épistémologiques différentes, des disciplines différentes avec leurs méthodes adossées. Par conséquent, les travaux en SHS sont caractérisés par une multiplicité de visions philosophiques, épistémologiques et d’approches théoriques, tant les sciences de l’Homme sont réfractaires à tout essai de cloisonnement et d’unicité d’approche théorique. Dès lors, on peut postuler que le pluralisme épistémologique et méthodologique est la norme plutôt que l’exception en SHS, a fortiori dans les SIC (Sciences de l’information et de la communication) qui est une interdiscipline constituée de plusieurs disciplines ayant chacune sa tradition de recherche, ses paradigmes et ses méthodes de prédilection. Ce pluralisme épistémologique et méthodologique peut même se produire au sein d’une même étude et dans un même champ (Dousa & Ibekwe- SanJuan 2014). Il permet aussi de fonder des débats et discussions au sein des SIC et des SHS. Les désaccords fertiles ou les approches critiques se fondent souvent sur des désaccords épistémologiques et c’est bien sur cette base que des concepts ou des paradigmes se fondent ou se heurtent, qu’il s’agisse de la « distinction » chez Bourdieu ou d’une vision trop radicalisée pour beaucoup (jusqu’à nourrir un débat public cacophonique) d’une catégorisation fondée dans les gender studies. Il faut par exemple se souvenir de la façon dont Foucault a forgé puis délaissé le concept « d’épistémè » entre 1965 et 1975. A l'occasion d'un débat avec Noam Chomsky en 1971, Michel Foucault a défini ainsi son intention : je cherche à « saisir les transformations d'un savoir à l'intérieur à la fois du domaine général des sciences et, également, à l'intérieur du domaine en quelque sorte vertical que constitue une société, une culture, une civilisation à un moment donné ». Finalement, estimant que ce concept aboutit à une impasse, Foucault décide de l’abandonner. Ainsi, sans débats, dialogues, ou confrontations fondées dans l’épistémologie, est-il possible de légitimer une approche ou une conception a fortiori au sein des SHS et très souvent en SIC ?

 

Par ailleurs, cette pluralité de théories épistémologiques, d’approches conceptuelles et méthodologiques au sein d’un même champ de recherche n’est pas uniquement le résultant de la nature complexe des objets d’étude en SHS. Il est également la conséquence de la nature même des théories épistémologiques qui n’existent pas dans des formes pures (Hjørland 2003). En effet, les frontières entre théories épistémologiques sont floues, certaines étant historiquement héritées ou dérivées des autres. A ce titre, certaines théories épistémologiques conservent les empreintes et les présupposés des théories dont elles héritent (Ibekwe-SanJuan 2012). De nombreuses publications et débats ont été consacrés aux origines des SIC (Boure 2002), à leurs objets et projets scientifiques (Jeanneret et Ollivier, 2004) ainsi qu’au processus de leur institutionnalisation sociale et cognitive mettant en évidence l’inéluctable pluralité d’approches conceptuelles, théoriques, épistémologiques et méthodologiques mobilisées par ses chercheurs (voir par exemple les actes du Congrès de la SFSIC 20081). Au sujet de ce que les techniques font à la société ou de ce que la société fait des techniques, les débats autour du diffusionnisme, des « boites noires » de Bruno Latour, de la médiologie, l’approche sociotechnique réfutant toute forme de déterminisme, la nécessité d’une approche critique que certains voudraient radicales, sont autant de jalons qui rappellent à quel point la discussion n’est jamais close. Ils se fondent alors sur des visions décriées par instances comme positivistes, post critiques, déterminées, qui se séparent ou se rejoignent notamment sur la question de l’ampleur d’une transformation et de ruptures décrites comme radicales ou s’inscrivant dans des continuités.

 

 

Thème du numéro spécial

 

Ce numéro spécial des Cahiers du Numérique est l’occasion pour refaire le point sur les approches conceptuelles, épistémologiques et méthodologiques mobilisées dans des champs de recherche en Sciences de l’information et de la communication (SIC) afin d’éprouver la thèse du pluralisme épistémologique et méthodologique. Nous sollicitons des contributions originales, non publiées ou en cours de soumission à une autre revue ou conférence qui explicitent les présupposés épistémologiques sous-jacents aux approches conceptuelles et méthodologiques mobilisées dans des recherches en SIC ou dans d’autres disciplines des SHS. Il peut s’agir des recherches en cours ou une analyse rétrospective ou comparative des courants de recherche en SIC.

 

Les propositions d’articles peuvent porter sur les approches philosophiques, épistémologiques et méthodologiques mobilisées dans des recherches sur (liste non exhaustive) :

- les dispositifs

- les usagers et usages des TICs,

- la recherche d’information,

- la bibliométrie,

- l’information, le document et les bibliothèques numériques,

- la communication politique,

- la communication des organisations,

- les industries culturelles

- les médias,

- le journalisme,

- l’histoire des sciences et des techniques.

 

La place des empiries n’est pas à exclure. En effet, la façon dont la démarche empirique peut appuyer ou refonder une approche épistémologique ou réarticuler la relation entre approche critique et recherche action ou recherche appliquée ou impliquée est un angle précieux. Dans la même idée, la façon dont des concepts fondateurs, ou dits comme tels, sont rediscutés, repensés voire critiqués ou redéfinis sera aussi une voie fertile pour nourrir le contenu de ce numéro.

Dans la mesure où les recherches en SIC mobilisent des apports théoriques et méthodologiques d’autres disciplines des SHS, nous sommes également attentifs aux contributions des disciplines telles que l’anthropologie, la sociologie, la psychologie, l’ethnologie, la linguistique, la philosophie, la gestion, l’économie, la littérature, les sciences de l’éducation, etc.).

 

Comité de lecture du numéro spécial (en cours de constitution)

Roger Bautier (Labsic – Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité)

Nicole D'Almeida (CESLA, Paris - Sorbonne)

Anne Mayère (CERTOP, Université de Toulouse 3)

Cécile Méadal (Institut Français de la Presse, Université Paris II Panthéon-Assas) Pierre Moeglin (LabSic, Université de Paris 13)

Sylvie Leleu Merviel (De Visu, Université de Valenciennes)

Gino Grammacia (MICA, Université de Bordeaux)

Daniel Raichvarg (Université de Bourgogne)

Luc Massou (CREM, Université de Lorraine)

 

Format de la soumission

La procédure de soumission se déroulera en deux étapes. Dans un premier temps, les auteurs prospectifs signalent leur intention en envoyant un résumé long de 1500 mots maximum le 15 avril 2017. L’évaluation se fera en double aveugle, ainsi le résumé doit être anonymé et être constitué de deux fichiers au format word (.doc) ou openoffice (odt) : un premier fichier comportera le titre de la proposition, l’identité de(s) auteur(s) avec leurs affiliations, emails ; le deuxième fichier contiendra uniquement le titre, le résumé long accompagné d’une liste de cinq mots-clés.

Les auteurs dont les résumés sont retenus à l’issue de cette première étape seront invités à soumettre l’article complet pour le 30 septembre 2017. L’article complet sera à nouveau soumis à une procédure d’évaluation en double aveugle par deux relecteurs du comité de lecture du numéro spécial. L’article complet fera entre 20-25 pages et doit se conformer à la feuille de style de la revue accessible à http://lcn.revuesonline.com/appel.jsp.

Afin de garantir l’anonymat de l’évaluation, l’article complet devra également être anonymé selon la même procédure que pour le résumé long (2 fichiers séparés dont un contient le titre et l’identité des auteurs, le deuxième contient uniquement le titre et texte de la proposition).

Toute auto-citation dans le texte de la soumission (résumé ou article complet) devra également être anonymée en employant des symboles à la fois dans le corps du texte que dans la référence bibliographique. Par exemple, une auto-citation dans le texte de l’auteur SMITH (2008) devra être rédigée ainsi : « XXXX (2008) a observé que... »

Dans la section bibliographique, cette référence devra apparaître dans cette même forme XXXX (2008). Merci de ne pas indiquer le titre de publication et les autres éléments bibliographiques qui permettent d’en identifier le(s) auteur(s).

Les résumés longs et articles complets sont à envoyer simultanément à fidelia.ibekwe- sanjuan{at}univ-amu.fr et à michel.durampart{at}univ-tln.fr.

 

Calendrier de soumission

 

15 avril 2017 : Réception des résumés longs (1500 mots maximum) 30 mai 2017 : Sélection des résumés et réponse aux auteurs

30 septembre 2017 : Réception des articles complets

30 novembre 2017 : Réponse aux auteurs

20 décembre 2017 : réception des versions définitives Début 2018 : parution du numéro spécial

Pour toute question concernant le thème ou les modalités de soumission, Contactez

     fidelia.ibekwe-sanjuan{at}univ-amu.fr et IRSIC EA 4262

Ecole de Journalisme et de Communication

Aix-Marseille Université http://irsic.univ-amu.fr/Fidelia-IBEKWE-SANJUAN?lang=fr

michel.durampart{at}univ-tln.fr

Laboratoire I3M Toulon

Département Ingémédia

Université de Toulon http://i3m.univ-tln.fr/DURAMPART-Michel.html

 

  Bibliographie indicative

Bougnoux D. (2001), Introduction aux sciences de la communication, La Découverte, Coll. Repères. Boure R. (sous dir.) (2002), « Quelle histoire pour les sciences de l’information et de la communication ? », in Boure (éd.), Les origines des & Technology, Sciences de l’information et de la communication, Regards croisés. Lille : Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, p. 17-44, 2002.

Buisson-Lopez L. (2008), L’histoire globale des SIC et l’histoire singulière du doctorant en SIC : le jeu du double miroir, Actes du 16ème congrès de la Société Française des Sciences de l’information et de la communication (SFSIC 2008). Accessible à http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php ?article141.

Dousa T., Ibekwe-SanJuan F. (2014), Epistemological and Methodological Eclecticism in the Construction of Knowledge Organization Systems (KOSs). The Case of Analytico-synthetic KOSs, In: Knowledge organization in the 21st century.13th International Conference (ISKO 2014) in Krakow, Poland, May 19th-22nd 2014: 152-159.

Durampart M. (2009), Sociétés de la Connaissance, fractures et évolutions, Les essentiels d’Hermés, collection Les essentiels d’Hermès, CNRS Editions.

Hjørland B. (2010), Epistemological paradigms in knowledge organization, 11th International Conference of the International Society for Knowledge Organization (ISKO), Rome, 23-26 février, 2010.

Hjørland B. (2009), Concept theory, Journal of the American Society for Information Science and Technology, 60(8), 2009: 1519-1536.

Hjørland B. (2003), Fundamentals of knowledge organization. Knowledge Organization, 30(2), 2003, 87-111.

Hjørland B. (1998), Theory and metatheory of information science: a new interpretation, Journal of Documentation, 54 (5), 1998: 606-621.

Ibekwe-SanJuan F., La science de l’information. Origines, théories et paradigmes. Hermès-Lavoisier, 2012, 261 pages.

Jeanneret Y., Ollivier B., « Introduction. Une discipline et l’université française », Hermès, n° 38, p. 13- 24, 2004.

Laulan A.M. et Perriault J. (2007) (coord.) Racines Oubliées des sciences de la communication, Hermès 48, 2007, Paris, CNRS Editions.

Miège B. (2004), L’information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, De Boeck.

Noyer J.M. (1998), Les Sciences De L'information : Bibliometrie, Infometrie, Scientometrie, PURRennes.

Tennis J. T. (2008), Epistemology, theory, and methodology in knowledge organization, Knowledge Organization, 35 (2/3), 2008: 102-112.

Wilson T.D. (2008), The epistemological dimension of Information Science and its implication on Library and Archival Education, Brazilian Journal of Information Science, 2(1), 3-15, jan./jun. 2008.