Appel à contribution

L'actualité culturelle, entre défiance et révérence

Dossier thématique dirigé par Jason Luckerhoff, Virginie Soulier et Olivier Champagne-Poirier

Si la critique littéraire et cinématographique a déjà fait l'objet de travaux substantiels, le traitement au quotidien du reste de l'actualité culturelle demeure relativement peu étudié. Sous la direction de Jason Luckerhoff (Université du Québec à Trois-Rivières), de Virginie Soulier (Université Perpignan) et Olivier Champagne-Poirier (Université du Québec à Trois-Rivières), la section thématique du numéro 2(2) desCahiers du journalisme sera consacrée au traitement journalistique des institutions culturelles telles que les musées, bibliothèques ou festivals, et plus généralement à la couverture médiatique des secteurs artistiques, éditoriaux et patrimoniaux et à celle des initiatives publiques et privées dans ces domaines.
Le présent appel à contribution ne porte pas directement sur la critique journalistique des ¦uvres littéraires et cinématographiques, pour laquelle un dossier ultérieur est envisagé, ni sur les sections non thématiques des Cahiers du journalisme (pour lesquelles on pourra se reporter à l'AAC permanent :http://cahiersdujournalisme.org/revue).

Problématique

Bien que les journalistes qui publient des articles dans les sections arts, spectacles ou culture ne considèrent pas tous que leurs sujets diffèrent des autres thèmes de l'actualité, beaucoup d'entre eux revendiquent une identité particulière de journalistes culturels ou chroniqueurs culturels. Ceux-ci estiment que leur rôle est de communiquer aux publics les diverses transformations inhérentes au milieu culturel (Harries et Wahl-Jorgensen, 2007), mais aussi que leur travail est « directement lié à l'amélioration de l'appréciation des arts chez les différents publics » (Luckerhoff, 2012, p. 194). Ils se sentent donc investis d'une mission, celle d'éduquer les citoyens à la culture légitime afin qu'ils puissent l'apprécier.
Toutefois, le milieu journalistique connaît depuis les années 1970 des mutations profondes liées notamment aux logiques marchandes et à l'environnement numérique. En effet, « l'internationalisation et l'industrialisation du monde de la communication ont amplifié la concentration des entreprises, le rachat de certains journaux par quelques grands groupes ainsi que l'accélération des flux de communication » (Rieffel, 2006, p. 61). De nouveaux impératifs commerciaux et promotionnels en résultent, avec pour effet d'accroître en amont l'emprise de l'audience et de la rentabilité sur le travail des journalistes. Avec un impact direct, en aval, sur la sélection et la nature des sujets mis à l'ordre du jour.
Cette mutation accompagnerait ce qui a été interprété par certaines recherches comme  un glissement des caractéristiques idéalisées du journalisme d'information vers celles d'un journalisme de communication (Brin, Charron et al., 2004). Ainsi, la mutation des idéaux repositionnerait-elle les normes du journalisme culturel au sein de la pratique journalistique contemporaine.
Le journalisme culturel se situe à la jonction de deux systèmes communicationnels en mutation. Si le journalisme culturel est une pratique devant être positionnée au sein du champ journalistique, elle implique également une prise en compte de son objet de discours, soit le milieu culturel. Celui-ci évolue aussi selon une dynamique industrielle dans ses dimensions communicationnelles, politiques et économiques (Benghozi, 2006 ; Martin, De La Durantaye et al., 2012).
Dans le cadre du présent dossier, notre objectif général est de mieux comprendre les défis, les contraintes et les limites du journaliste en regard de la culture. Dans quel contexte travaille-t-il ? Comment couvre-t-il les évènements culturels ? Quel discours produit-il à propos de l'offre culturelle ? Quelles sont ses relations avec les acteurs culturels ? En bref, comment l'actualité culturelle est-elle construite ?
Pour nourrir et développer cette réflexion, les coordonnateurs du dossier sont intéressés à recevoir des propositions portant sur le journalisme à propos de la culture, incluant notamment des réflexions sur le contexte organisationnel et les pratiques du journalisme culturel (axe 1), les discours du journalisme à propos de l'offre culturelle (axe 2) et les relations des journalistes avec les acteurs du milieu culturel (axe 3). Ces trois axes, proposés à titre indicatif, ne sont pas limitatifs.
- axe 1 : le contexte organisationnel et les pratiques du journalisme culturel
Le contexte organisationnel peut influencer les pratiques du journalisme (Charron et De Bonville, 2002). Existe-t-il des spécificités aux systèmes de relations propres au champ culturel ? Les règles du système médiatique sont-elles différentes dans le sous-système du journalisme culturel ? De Ceglie (2007) propose d'étudier le geste professionnel d'écriture du journaliste comme un phénomène social et culturel et la presse « comme le produit d'une activité humaine socialement organisée qui déclenche une activité intellectuelle élaborant des processus nécessaires à la création d'un produit : le journal » (p. 198). C'est dans cette perspective que nous sommes intéressés à recevoir des propositions portant sur le contexte organisationnel des journalistes qui écrivent à propos de la culture.
- axe 2 : les discours des journalistes à propos de l'offre culturelle
D'après les études de Harries et Wahl-Jorgensen (2007), les journalistes affectés à la culture estiment qu'ils ont la responsabilité de communiquer la transformation inhérente à la nature des arts. Les journalistes qui écrivent à propos de la culture se sentiraient ainsi investis d'une mission. Y a-t-il des formes de culture qui sont privilégiées par les journalistes ? Comment en parlent-ils ? Le discours des journalistes à propos de l'offre culturelle est-il différent de celui à propos de la politique, de l'économie ou des autres sections ?
- axe 3 : les relations des journalistes avec les acteurs du milieu culturel
Il semble que les journalistes culturels, tout comme les reporters politiques du lobby de Westminster ou de la Maison-Blanche, font partie d'une culture de l'intérieur où leur succès professionnel repose non seulement sur le fait de satisfaire leurs gestionnaires et leurs pairs, mais aussi sur le fait de maintenir de bonnes relations avec leurs sources. Les artistes et interprètes auraient tendance à privilégier les journalistes qui donnent une couverture positive. Selon Broustau et Côté (2014), le milieu est « empreint d'une forte préoccupation assumée pour le maintien et le développement social de la sphère des arts et de la culture » et « est traversé de coopérations plus ou moins tacites qui modèlent la répartition des rôles entre les groupes professionnels en jeu, notamment sur le plan de la communication publique » (p. 72). Nous sommes intéressés à mieux comprendre les relations entre les journalistes et les acteurs du milieu culturel.

Bibliographie
Benghozi, J.-P. (2006). Mutations et articulations contemporaines des industries culturelles. Dans X. Greffe (dir.), Création et diversité au miroir des industries culturelles (p.129-152). Paris, France :  La Documentation Française.
Brin, C., Charron, J., et J. De Bonville (2004). Nature et transformation du journalisme : théorie et recherches empiriques. Québec, Canada : Les Presses de l'Université Laval.
Broustau, N. et L. Côté (2014). Reconfiguration des interactions professionnelles entre relationnistes et journalistes : une analyse du milieu culturel québécois, Les Cahiers du Journalisme, 26, 72-93.
Charron, J. et De Bonville, J. (2002). Le journalisme dans le système médiatique : concepts fondamentaux pour l'Analyse d'une pratique discursive. Québec : Université Laval. (Études de communication publique, 16).
De Ceglie, A. (2007). La communication organisationnelle au sein d'une entreprise de presse écrite,Communication et organisation, 31, 196-213.
Harries, G., et K. Wahl-Jorgensen (2007). The culture of arts journalists. Elitists, saviors or manic depressives?.Journalism, 8, 6, 619-639.
Luckerhoff, J. (2012). Le discours de la presse écrite et la médiation à l'extérieur du musée : La conquête du large public. Dans C. Martin, M. de la Durantaye, J. Lemieux et J. Luckerhoff (Éds.),  Enjeux des industries culturelles au Québec : Identité, mondialisation, convergence (p.193-237). Québec, Canada : Presses de l'Université du Québec.
Martin, C., de la Durantaye, M., Lemieux, J. et Luckerhoff, J. (2012). Enjeux des industries culturelles au Québec : Identité, mondialisation, convergence. Québec, Canada : Presses de l'Université du Québec.
Rieffel, R. (2006). L'évolution du positionnement intellectuel de la critique culturelle, Quaderni, 60, 1, 55-64.

Mots clés
Journalisme, presse, culture et arts, culture populaire, critique culturelle, médias culturels, médiation, musées, cinéma, littérature, théâtre, musique

Calendrier
31 mars 2018 : date limite de soumission des articles complets
31 mai 2018 : retours d'évaluation
30 juin 2018 : date limite d'envoi des versions modifiées (s'il y a lieu).

Les auteurs doivent faire parvenir avant la date indiquée un texte comptant entre 25 000 et 60 000 signes, précédé de résumés en français et en anglais (1 000 signes maximum, soit environ 150 mots). Voir à cet effet la Charte éditoriale et typographique, consultable à :
http://cahiersdujournalisme.org/revue


Contacts
Pour toute question relative à ce dossier et pour l'envoi des textes le concernant*, veuillez écrire aux trois adresses suivantes :
Jason Luckerhoff : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Virginie Soulier : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Olivier Champagne-Poirier : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
*Les propositions et questions concernant les sections non thématiques de la revue (débats, articles autonomes et notes de recherche, recensionsŠ) doivent être adressées à :editeurs.cahiers(a)pressetech.org