Parution - Questions de communication 24

Questions de communication 24

Éditions universitaires de Lorraine, 2013, 352 p.

(20 euros)

disponible à la vente :
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100495730

En savoir plus :
http://questionsdecommunication.revues.org/


Fondée sur le pluralisme, Questions de communication suscite des débats sur les concepts ou les méthodes de la recherche dans les domaines de l'information et de la communication. À raison d'un thème par numéro semestriel, la revue favorise l'approfondissement et le renouvellement des approches par le croisement de contributions faisant référence à différentes traditions. Enfin, par l'attention à une dimension internationale, elle vise un accroissement heuristique de la circulation des connaissances et de la dynamique comparative, notamment par les recensions d'ouvrages français et étrangers.

Dès parution, l'introduction du dossier thématique, les notes de lecture, la composition du comité de lecture et la liste des livres reçus sont librement accessibles en texte intégral.

SOMMAIRE


Dossier : Renouvellement des mises en scène télévisuelles de la politique

Pierre Leroux, Philippe Riutort – Quel renouvellement des mises en scène télévisuelles de la politique ?
Pierre Leroux, Philippe Riutort – Intégrer les politiques aux divertissements. Résistances, coopération et concessions de l’univers politique
Benoit Lafon – Investir (sur) le marché politique. Enjeux autour de la présence d’Olivier Besancenot dans Vivement dimanche
Patrick Amey – Du traitement journalistique des acteurs politiques dans Le Grand Journal
Frédérick Bastien, David Dumouchel – « La question qui tue » : l’interrogation politique et l’infodivertissement
Jeffrey P. Jones –Parole d’experts, public profane : les mutations du discours politique à la télévision

Échanges

Arnaud Mercier – Classer, marchandiser et manager : quel idéal de l’Université opposer aux dérives en cours ?
Éric Maigret – Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires. Paradigmes disciplinaires, savoirs situés et prolifération des studies

Notes de recherche

Robert Boure, Muriel Lefebvre – Circulation, altération et appropriation d’une information scientifique. Quand les silures attaquent les pigeon
Jean-Baptiste Legavre – Des effets paradoxaux de stratégies de communication : quelques réceptions inattendues d’un magazine territorial

Notes de lecture

Communication, langue, discours

Culture, esthétique
Histoire, sociétés
Médias, journalisme
Technologies

PRÉSENTATION

Dossier. Jusqu’à la fin des années 90, la représentation des personnalités politiques s’est surtout organisée sous l’égide d’un petit nombre de professionnels reconnus. Les uns et les autres partagent une idée de la représentation médiatique de la politique se référant, globalement, à un idéal d’échange centré sur la présentation d’arguments face à des contradicteurs et des questionneurs. Mais cette domination du logos est progressivement délaissée et apparaissent les premières émissions « conversationnelles ». Affirmant dès l’origine leur volonté de désacraliser la politique, ces émissions entendent intégrer ces personnels à des programmes visant les publics a priori les moins intéressés. La frontière entre divertissements et émissions politiques classiques s’en est donc trouvée atténuée. Le dossier couvre un spectre suffisamment large pour tirer des conclusions sur le traitement de la politique dans le divertissement.

Dans la rubrique Échanges, Arnaud Mercier répond aux discutants de son texte, « Dérives des universités, périls des universitaires », publié dans la 22e livraison de Questions de communication. Il revient sur les objections formulées par les contributeurs, ce qui lui permet de mieux souligner les perversités à l’œuvre dans les usages du fameux « classement de Shanghai » et les dérives financières causées par une tendance au désengagement des États avant de proposer une réflexion sur le type de réponse collective que les universitaires pourraient fournir. Pour sa part, Éric Maigret s’intéresse aux cultural studies. Selon lui, elles sont le révélateur de phénomènes culturels nouveaux, difficilement analysables par les sciences humaines. En se formant dans les zones entre les disciplines, qui constituent un véritable no man’s land, les cultural studies participent d’un affaiblissement des barrières entre les sciences de l’homme, donnant enfin un véritable contenu à l’injonction d’interdisciplinarité. Cet article est la base des futurs "échanges" dans la 25e livraison.

Deux Notes de recherche sont proposées. Robert Boure et Muriel Lefebvre analysent comment, pourquoi et avec quelles conséquences, une publication de chercheurs français mise en ligne par la revue scientifique électronique Plos One est l’objet d’un « buzz » sur l’internet, tandis que Jean-Baptiste Legavre analyse les réceptions des magazines territoriaux via une enquête qualitative auprès de lecteurs d’un magazine d’une communauté d’agglomération de la banlieue parisienne.


Enfin, comme dans chaque livraison, les Notes de lecture rendent compte de près de 50 publications récentes dans le domaine de l’information-communication.