Parution - Design et projet

Communication & organisation, 46, 2014

« Design & projet »


Dossier coordonné par Anne Beyaert-Geslin (Mica, Bordeaux Montaigne), Stéphanie Cardoso (Mica, Bordeaux Montaigne), Anne Piponnier (Crem, Université de Lorraine)

en ligne http://communicationorganisation.revues.org/

 

Projet et design, nouveaux mots d’ordre, nouveaux slogans de l’action et des pratiques sociales ? Des médias aux discours professionnels, des propos d’artistes aux stratégies de communication publique, des designers aux ingénieurs et managers, l’usage de ces termes est aujourd’hui largement convoqué voire revendiqué dans de multiples champs de l’activité professionnelle où il ouvre de nouveaux questionnements quant aux processus de conception et de production et à leur signification sociale. Que nous dit du point de vue communicationnel ce rapprochement entre projet et design dans les discours sur la pratique ? Quels en sont les fondements et les arguments en particulier dans les domaines professionnels de la conception et de la création ? Dans quelle mesure la fortune et la circulation de ces deux termes traduisent-elles une nouvelle forme de rapport des acteurs et des organisations à la pratique, notamment dans l’environnement numérique qui contribue à en remodeler les gestes et les temporalités ? Ce dossier se propose d’observer les jeux de miroirs entre projet et design, d’éclairer leurs identités respectives, leurs filiations et leurs articulations à travers les réflexions que nous livrent des acteurs professionnels des métiers du design et de la conception et des chercheurs en communication. La diversité des approches et des terrains qui nous sont proposés ici nous permet de mettre en perspective de manière inédite les paradigmes de projet et de design en interrogeant au plan empirique et épistémologique l’usage des concepts : les glissements sémantiques que l’on peut observer dans les discours sur la pratique remettent en jeu les oppositions classiques entre geste singulier et geste collectif, choix personnel et décision partagée, enjeux individuels et bien commun. En contribuant à gommer et à déplacer des frontières cognitives et réflexives, ne sont-ils pas le signe d’un travail de reconfiguration sur les conditions de la pratique ?