Publications

Parution - Tic&société - Les religions au temps du numérique

Parution - tic&société – vol. 9 (n° 1-2), 2015

Les religions au temps du numérique

La « grande conversion numérique » n’a pas seulement touché les loisirs, le commerce ou l’administration : le religieux aussi s’en trouve atteint et transformé qui voit prières en ligne et retransmissions vidéos de célébrations apparaître sur l’internet, via ordinateurs, smartphones et tablettes ! Après avoir eu recours à la parole, à l’icône, au signe rituel, au livre, à la musique, aux médias, les religions mobilisent désormais les dispositifs numériques de communication pour faire apparaître et connaître leur proposition de sens.

Ce dossier de tic&société, le premier d’une revue scientifique francophone à aborder cette question, rassemble dix travaux issus de recherches récentes en sciences sociales portant sur les christianismes et l’islam, mais aussi sur le syncrétisme religieux. Ils interrogent les passages au numérique mis en œuvre : diffusion du chapelet prié à la grotte de Lourdes, retransmission d’une campagne d’évangélisation adventiste, circulation de powerpoints de prière en Amérique latine, célébrations de mariages dans un univers virtuel en 3D, témoignage personnel, accès à des textes spirituels chrétiens au Cameroun… Si l’internet permet ainsi de diffuser une prédication ou un office à distance, il offre aussi à des communautés de se reconstituer à partir d’une foi pensée comme commune, partagée sur certains sites, en situation de diaspora, comme pour les catholiques vietnamiens ; il favorise également la diffusion de témoignages personnels d’une vie dans la piété, comme ceux que des Youtubeuses et Youtubeurs musulmans postent sous forme vidéo, non sans pudeur, vertu donnée comme profondément musulmane, pour montrer leur façon de vivre l’islam dans la modernité occidentale.

Si la religion s’intrique ainsi à la culture, indémêlable, elle porte aussi le politique, quand des catholiques traditionalistes français, proches de l’extrême-droite, entrent dans une campagne de « réinformation » en lutte contre le supposé mensonge médiatique généralisé et s’engagent dans un combat pour « la famille » et contre l’avortement. Ou quand des blogueurs deviennent des autorités dans le cadre des manifestations contre le mariage pour les couples homosexuels, en France. Le web se fait alors outil de propagande ou de contre-propagande. Parfois, le religieux fait irruption dans la politique par le web, quand une vidéo d’exorcisme d’une personnalité politique étatsunienne, candidate à la vice-présidence, Sarah Palin, apparaît dans les médias : qu’en dire, et comment la comprendre ? Le numérique favorise manifestement une nouvelle exposition du religieux, sur la scène publique internationale, comme auprès des pratiquants, en lien avec des enjeux sociaux, culturels et politiques, que ce numéro de tic & société se propose d’investiguer.


https://ticetsociete.revues.org/1820

--------------------------
12 articles. 12 auteurs. 660 000 signes. 324 pages.

 

Un numéro coordonné par David Douyère
professeur à l’université François-Rabelais de Tours (équipe Prim).

Auteurs : Paul BERNADOU, Charlotte BLANC, David DOUYERE, Gustavo GOMEZ-MEJIA, Philippe GONZALEZ, Sylvaine GUINLE-LORINET, Anh-Ngoc HOANG, Lucie LE GUEN-FORMENTI, Gildas MOUTHE, Olivier SERVAIS, Mihaela A. TUDOR, Josselin TRICOU.

 

Sommaire du numéro :

David DOUYERE : Présentation.

David DOUYERE : De la mobilisation de la communication numérique par les religions.

Olivier SERVAIS : Cérémonies de mariage dans World of Warcraft : Transfert rituel ou institution collective ?

Lucie LE GUEN-FORMENTI : De la mise en scène pudique comme expression d’une morale musulmane sur Youtube.

Philippe GONZALEZ : Montrer « l’exorcisme » de Sarah Palin sur le web. Enquête(s) sur la portée politique d’images religieuses.

Mihaela TUDOR : Multimédiatisation et événement religieux : le cas de la campagne d’évangélisation l’ « Horizon de l’espérance » de Hope Channel Romania (Speranta TV).

Gustavo GOMEZ-MEJIA : Des Powerpoints en chaînes. Formes et circulation de diaporamas chrétiens en Amérique latine.

Gildas MOUTHE : Catholicisme et usages religieux de l’internet au Cameroun.

Paul BERNADOU & Sylvaine GUINLE-LORINET : Une webcam à la grotte : le sanctuaire marial de Lourdes et l’introduction des TNIC.

Josselin TRICOU : La ‘‘cathosphère’’, montée en puissance de nouvelles autorités religieuses ?

Charlotte BLANC : Réseaux traditionalistes catholiques et « réinformation » sur le web : mobilisations contre le « Mariage pour tous » et « pro-vie ».

Anh-Ngoc HOANG : La foi catholique et les dispositifs numériques : le cas de la diaspora catholique vietnamienne.

 


Parution - Questions de communication :Plasticité des dispositifs numériques

 

PRÉSENTATION

 



Après l'invention et le développement du web et du web 2.0, on a constaté que si la plasticité est présente dans l’essence même des dispositifs numériques d’information et de communication, elle s’inscrit également dans l’expérience interactive de l’usager et imprègne les supports, les textes mais aussi les aspects relationnels. Elle se développe à la faveur de choix auctoriaux dans des limites que l’usage ne cesse de tester et de contester. Ce Dossier s’empare de cette question située au point de rencontre de plusieurs secteurs professionnels (documentation, e-marketing, jeux numériques en ligne, web social, etc.) et interroge la plasticité entre modélisation et construction de sens et les potentialités d’action et d’interprétation selon trois niveaux de réflexion épistémologique: les situations observables, le cadre analytique et la production par l’usage.

Dans les Échanges, Brigitte Simonnot répond aux chercheurs qui ont discuté sa contribution sur le plagiat universitaire (2014) en revenant sur les mutations de l’enseignement supérieur et la recherche, les reconfigurations de l’édition scientifique et la responsabilité de ses acteurs, ainsi que la place de l’auteur dans un nouvel « ordre documentaire ». Fabien Granjon ouvre une discussion sur ce que pourrait être un programme de recherche critique en communication.

Dans les Notes de recherches, Julie Boéri s’intéresse au réseau international de traducteurs et interprètes volontaires Babels pour rendre compte du rôle de la traduction dans l’engagement citoyen au sein des mouvements sociaux transnationaux. Olivier Koch établit un état de l’art critique sur les fonctions et participation des médias dans les États opérant une transition démocratique et pose les jalons d’un découpage analytique et d’une méthodologie adaptés à l’étude de ces médias. Laurent Mell analyse de manière diachronique le phénomène de mise en visibilité de soi sur les réseaux socionumériques. Delphine Saurier et Sarah Ghlamallah interrogent le principe de médiation culturelle grand public dans les musées à partir des résultats d’une recherche empirique sur le dispositif de la visite découverte au musée du Louvre.

Les Notes de lecture rendent compte de 50 publications récentes dans le domaine de l’information-communication.

 
SOMMAIRE



Dossier : Plasticité des dispositifs numériques
coordonné et présenté par Pierre Morelli et Mirela Lazar

Pierre Morelli et Mirela Lazar - Plasticité des dispositifs d'information et de communication
Diane Dufort, Federico Tajariol, Ioan Roxin - Jeux pervasifs culturels : conception d'un outil descriptif et taxonomique
Orélie Desfriches Doria - Théories de l’activité en sciences de l’information et de la communication et conception de dispositifs orientés utilisateurs
Florence Thiault - Le produsage des hashstags sur Twitter, une pratique affiliative
Cristina Badulescu - La communication numérique en terrain sensible. Le cas des vins Cotnari et Murfatlar
Hélène Bourdeloie - Usages des dispositifs socionumériques et communication avec les morts. D’une reconfiguration des rites funéraires
Julien Péquignot - Objet hybride et hybridations sémiotiques. Charles S. Peirce, Roger Odin et la web-série Noob

Échanges

Brigitte Simonnot - Interroger les « cadres normatifs » en mutation dans l’enseignement supérieur et la recherche à travers les phénomènes de plagiat universitaire
Fabien Granjon - Du matérialisme comme principium d’un agenda de la recherche critique en communication

Notes de recherche

Julie Boéri - Les langues au cœur des dispositifs des mouvements sociaux transnationaux : processus d’innovation au sein du réseau Babels
Olivier Koch - Les médias dans les « transitions démocratiques » : état des lieux et prospective
Laurent Mell - Hors de l’ombre. Analyse diachronique du phénomène de mise en visibilité numérique de soi
Delphine Saurier, Sarah Ghlamallah - Souplesse et permanence de la médiation culturelle. Le cas de la visite découverte du musée du Louvre

Notes de lecture

Parution - Métavers : dispositifs, usages et représentations

 

 

Cet ouvrage propose d’offrir une approche pluridisciplinaire des métavers, parfois appelés mondes virtuels numériques, ou mondes numériques persistants. Objets souvent encore peu connus du grand public, cantonnés aux jeux vidéo, à des pratiques juvéniles et marginales, les métavers constituent pourtant un nœud communicationnel, culturel et social contemporain de premier plan. Qui n’a jamais eu d’avatar ? Qui échappe à l’immersion proposée par les technologies numériques et Internet, en particulier dans sa version 2.0 ?
À travers l’étude des dispositifs, des usages et des pratiques des métavers, de nombreuses questions sont soulevées, de multiples disciplines concernées et de nombreux champs explorés. L’ouvrage permet de naviguer des techniques de réalité virtuelle à l’expérience de la mort en ligne, des web-séries au cinéma, de l’histoire de l’informatique aux pratiques les plus actuelles, qu’elles concernent des communautés « geeks » ou les utilisateurs des réseaux sociaux numériques.

 

 

Claude MEYER est professeur à l’université d’Évry-val-d’Essonne, directeur de recherches au Centre de recherche sur la formation (CNAM Paris), et directeur de recherches au laboratoire ETE à l’université d’Évry-val-d’Essonne.
Philippe BONFILS est maître de conférences à l’université du Sud Toulon-Var, et membre du laboratoire I3M.
Fanny GEORGES est maître de conférences à l’université Paris-3 et membre de l’équipe de recherche « Médias, cultures et pratiques numériques », CIM EA 1484.
François-Gabriel ROUSSEL est maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil, et chercheur au Centre d’étude sur les images et les sons médiatiques (CEISME) de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-3.
Julien PÉQUIGNOT est postdoctorant au Labex ICCA (Industries créatives et création artistique), et chercheur au CEISME de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-3.
David PEYRON est docteur en science de l’information et de la communication, ATER et chercheur au laboratoire TACTIC de l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense.

L'Harmattan
ISBN : 978-2-343-07063-6 18 €

Parution - Actes du 4e workshop international Essachess

Avis de parution

"Médias, spiritualité et laïcité. Regards croisés franco-roumains"/

Actes du 4e workshop international ESSACHESS



Cette manifestation scientifique, co-organisée avec le Centre Régional Francophone de Recherches Avancées en Sciences Sociales (CEREFREA) de l’Université de Bucarest et en partenariat avec L’Agence Universitaire de la Francophonie, L’Institut Français et l’Ambassade de France en Roumanie, a réuni différentes instances, institutions et organisations académiques, politiques et médiatiques à la Villa Noël afin de dresser un bilan sur les questionnements sensibles liés à la liberté religieuse et de conscience, à la spiritualité et à la laïcité.

 

Parution - Patrimoine, création, culture - À l’intersection des dispositifs et des publics

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, université de Lorraine/université de Haute-Alsace)
 


Patrimoine, création, culture
À l’intersection des dispositifs et des publics 


Sous la direction de Cristina Bogdan, Béatrice Fleury, Jacques Walter
 
Paris, L'Harmattan, 2015, 215 p.



 
Réunissant des chercheurs français et roumains, Patrimoine, création, culture. À l’intersection des dispositifs et des publics étudie des projets articulant une offre patrimoniale, créative et/ou culturelle avec une dimension technique. Toutefois, loin de penser celle-ci comme une révolution des usages, les contributeurs en décrivent les ressorts sociaux tout en imaginant des assemblages théoriques adaptés.
 
Structuré en deux parties, l’ouvrage examine le rapport que les contemporains entretiennent avec le patrimoine culturel pour décrire plusieurs manifestations de la modernité. Les intersections dont il est question sont donc autant culturelles que scientifique, la connaissance et les collectifs de chercheurs s’ajustant forcément aux évolutions du monde environnant et aux attentes des publics.

 


Cristina Bogdan est enseignante au département de sciences de la communication, à la Faculté des Lettres de l’Université de Bucarest. Directrice de ce département, elle est docteure ès Lettres et s’est spécialisée dans l’histoire des mentalités, l’anthropologie culturelle et les Gender Studies.
Béatrice Fleury est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine (Nancy, France), directrice-adjointe du Centre de recherche sur les médiations. Elle est co-directrice de la revue Questions de communication. Ses travaux portent sur les représentations et médiations mémorielles de conflits du XXe siècle.
Jacques Walter est professeur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine (Metz, France), directeur du Centre de recherche sur les médiations. Il est co-directeur de la revue Questions de communication. Ses travaux portent sur le témoignage et les médiations mémorielles, notamment en lien avec la Déportation et la Résistance.

 

 

Parution - La communication, point aveugle du métier de chercheur

La communication,
point aveugle du métier de chercheur


Mémoires et leçons d’un séminaire pluridisciplinaire 2009-2014, Clermont-Ferrand
Sous la direction d’Elise Aspord et Eric Dacheux

 


Séductrice, simplificatrice, inutile et surfaite, la communication est parée de tous les vices. Le chercheur n’y voit souvent qu’une contrainte institutionnelle, une obligation. Et pourtant, elle réside au coeur même de la science.
Du thésard, échangeant avec son directeur, au prix Nobel, interviewé par les grands médias, en passant par les colloques internationaux, elle est le trait professionnel commun à tous les chercheurs. Et, si l’on s’intéresse à la dimension cognitive de la communication scientifique (le travail interdisciplinaire), à sa dimension culturelle (la vulgarisation scientifique) ou à sa dimension politique (les controverses dans l’espace public), on pense rarement la « communication » comme pratique professionnelle.


Depuis 2009, un séminaire expérimental, soutenu par l’ISCC et installé en Auvergne, conduit une recherche d’épistémologie comparée sur cette pratique professionnelle peu étudiée. Cet ouvrage collectif en tire les principaux enseignements et réunit les réflexions d’une communauté « ouverte » de chercheurs, issus aussi bien des mathématiques, de l’histoire de l’art que de la biologie, de la linguistique ou des sciences de la communication. Objet de mémoire et de découverte, cet ouvrage donne à voir les chemins empruntés pour construire le savoir et dévoile un point aveugle, sinon impensé, du métier de chercheur.


Élise Aspord est docteure en histoire de l’art, Éric Dacheux est professeur en sciences de l’information et de la communication. Ils sont tous les deux membres du Laboratoire « Communication et solidarité » de l’Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand).

      Tract La communication, point aveugle du métier de chercheur


15 x 23 cm – 238 pages
ISBN : 978-2-271-08240-4
Prix de vente public : 27 €


Cet ouvrage est disponible en librairie, sur amazon.fr et sur cnrseditions.fr.