Publications

Parution - Les relations publiques

« Les relations publiques », A. Catellani et C. Sauvajol-Rialland, collection Topos, 2015.

En un nombre limité de pages, l’ouvrage présente ce domaine important de la communication contemporaine, en essayant d'en mettre en évidence plusieurs points: le problème de la définition des RP; leur histoire; les approches scientifiques actuelles, des plus classiques aux plus critiques; leur éthique; les aspects de planification et les influences des nouveaux médias.

Le volume inclut une introduction de Thierry Libaert et un préface de Jean-Luc Letouzé, président de l’association Communication & Entreprise.

Vous pouvez avoir plus d’informations à la page http://www.dunod.com/entreprise-economie/entreprise-et-management/marketing-communication/licence/les-relations-publiques


Parution - Les cultures de sciences en Europe

Les cultures des sciences en Europe (2).
Dispositifs, publics, acteurs, institutions

sous la direction de Philippe Chavot et Anne Masseran

questions de communication • série actes 25 • 2015
questionsdecommunication.revues.org

PUN - Éditions Universitaires de Lorraine

Commander
http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100659490

Poursuivant la réflexion conduite dans le premier volume – Dispositifs en pratiques –, cet ouvrage propose de recentrer le débat sur les publics des dispositifs de médiation des sciences: quelles sont les dimensions institutionnelles et les logiques d'acteurs qui colorent les actions de culture scientifique et technique (CST) ? Comment les publics se conçoivent-ils comme acteurs ? Et, car telle est la question qui traverse l’ensemble des contributions, comment et dans quel objectif ce public est-il « mis en culture » ? Que devrait-il apprendre, savoir, comprendre, faire ?

Les textes rassemblés ici approfondissent l’un ou l’autre aspect des reconfigurations des politiques de CST en Europe, plus particulièrement en France. Ils sont organisés selon trois lignes directrices. D’abord, il s’agit d’interroger, d’un point de vue théorique autant que pratique, ce que démocratiser les sciences signifie et qui sont les acteurs et institutions revendiquant cette démocratisation. Ensuite, sont examinés les supports de la « publicisation » des sciences: comment les médias conforment-ils les narrations de la vulgarisation ? Quels sont les effets attendus par les producteurs de ces histoires et images ? Symétriquement, la troisième partie s’intéresse aux devoirs – nouveaux et plus traditionnels – assignés aux publics. Leur demande-t-on d’interagir, de participer, de s’engager ? Quels sont les dispositifs élaborés pour ce faire ? L’ouvrage ne saurait se refermer sans interroger les « paradigmes politiques » qui sous-tendent ces efforts de mise en culture des sciences: s’agit-il de faire accepter les innovations ou de prendre réellement en compte les différentes perceptions de la science et des techniques ? Si plusieurs auteurs montrent qu’il est possible de dépasser la notion de public pour concevoir le citoyen comme un partenaire, force est de constater que ces tentatives de « cultiver les publics en science » s’imposent parfois contre la volonté des publics concernés.

Philippe Chavot est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université de Strasbourg. Il est membre de l'équipe Technologies et communication du laboratoire interuniversitaire  des sciences de l'éducation et de la communication. Il a mené des recherches sur sciences et médias, sur les dispositifs de médiation et sur l'appropriation sociale des sciences et des technologies. Ses travaux portent maintenant sur la question des (non-)publics des sciences.

Anne Masseran est maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université de Strasbourg et membre du Centre de recherche sur les médiations. Elle est engagée dans une étude critique des mécanismes de négociation, d'appropriation ou de rejet des développements technoscientifiques dans l'espace public, l'évolution de la culture scientifique et technique ainsi que la formation et l'imposition de « grands récits de science ». Elle a participé à plusieurs projets européens et française dans ce domaine.

 

Philippe Chavot, Anne Masseran – Mettre en culture les publics des sciences ?


Démocratiser les sciences : quels savoirs, quelles expertises ?

Melissa Lieutenant-Gosselin – Pratiques de démocratisation des sciences : mise à l'épreuve d'un cadre d'analyse conceptuel par l’étude de dispositifs étatiques français et britanniques
Irina Moglan, Agnès Alessandrin, Anne-Marie Houdebine – De l’éthique participative en sciences humaines et sociales : consommateurs, professionnels, chercheurs et commanditaires
Agnès D’Arripe, Cédric Routier – Les chercheurs aux prises avec les règles communicationnelles des professionnels : enjeux de la collaboration au sein d’un service d’accompagnement pour adultes handicapés
Florence Rudolf – Démocratiser les œuvres architecturales et urbaines
Sylvie Bresson Gillet – La citoyenneté scientifique sous tutelle de la Commission nationale du débat public ?


Cultiver les sciences via les médias

Philippe Chavot, Anne Masseran – Lorsque la technomédecine change la vie : la greffe de mains et de visage à la télévision
Pascal Robert – Les revues de micro-informatique sont-elles porteuses d’une « culture technique » de l’informatique ? Une approche socio-sémiotique
Élisabeth Bacon – Les benzodiazépines : outil thérapeutique et/ou « monstre » médiatique ?
Florence Riou – Le cinéma, au cœur de la diffusion scientifique dans les années 30
Guillaume Carnino – La science pour tous. La vulgarisation scientifique, une nouvelle ontologie : 1850-1900


Les nouveaux devoirs des publics : interagir, participer, s’engager ?

Marc Bassoni – Journalisme scientifique et public-expert contributeur. Une « nouvelle donne » dans les pratiques du journalisme spécialisé ?
Aurélie Tavernier – Demain, tous experts ? Dispositifs et figures des savoirs légitimes sur une scène d’information participative ;
Boris Urbas – La place de l’œuvre d’art dans une exposition sur la radioprotection. Étude du dispositif expographique et de sa réception par les visiteurs
Daniel Schmitt – Ce que « comprendre » signifie pour les jeunes visiteurs dans un centre de culture scientifique
Marie Cambone – L’évaluation de la participation de jeunes citoyens à une exposition sur les pratiques numériques


Notes

Anthony Tchekemian – Gouvernance, innovation territoriale et aménagement durable : living lab et outils open source pour les acteurs des territoires de demain
Blanka Jergovic – La culture des sciences en Croatie


Abstracts

Parution - Design et projet

Communication & organisation, 46, 2014

« Design & projet »


Dossier coordonné par Anne Beyaert-Geslin (Mica, Bordeaux Montaigne), Stéphanie Cardoso (Mica, Bordeaux Montaigne), Anne Piponnier (Crem, Université de Lorraine)

en ligne http://communicationorganisation.revues.org/

 

Projet et design, nouveaux mots d’ordre, nouveaux slogans de l’action et des pratiques sociales ? Des médias aux discours professionnels, des propos d’artistes aux stratégies de communication publique, des designers aux ingénieurs et managers, l’usage de ces termes est aujourd’hui largement convoqué voire revendiqué dans de multiples champs de l’activité professionnelle où il ouvre de nouveaux questionnements quant aux processus de conception et de production et à leur signification sociale. Que nous dit du point de vue communicationnel ce rapprochement entre projet et design dans les discours sur la pratique ? Quels en sont les fondements et les arguments en particulier dans les domaines professionnels de la conception et de la création ? Dans quelle mesure la fortune et la circulation de ces deux termes traduisent-elles une nouvelle forme de rapport des acteurs et des organisations à la pratique, notamment dans l’environnement numérique qui contribue à en remodeler les gestes et les temporalités ? Ce dossier se propose d’observer les jeux de miroirs entre projet et design, d’éclairer leurs identités respectives, leurs filiations et leurs articulations à travers les réflexions que nous livrent des acteurs professionnels des métiers du design et de la conception et des chercheurs en communication. La diversité des approches et des terrains qui nous sont proposés ici nous permet de mettre en perspective de manière inédite les paradigmes de projet et de design en interrogeant au plan empirique et épistémologique l’usage des concepts : les glissements sémantiques que l’on peut observer dans les discours sur la pratique remettent en jeu les oppositions classiques entre geste singulier et geste collectif, choix personnel et décision partagée, enjeux individuels et bien commun. En contribuant à gommer et à déplacer des frontières cognitives et réflexives, ne sont-ils pas le signe d’un travail de reconfiguration sur les conditions de la pratique ?

Parution - La difficile transformation des médias

"La difficile transformation des médias"
Larbi Chouikha

Couverture de l'ouvrage: Couverture - La difficile transformation des médias

Parution - Premier numéro I2D

Parution du numéro 1/2015 de "I2D- Information, données & documents".

Au cœur de ce nouveau numéro, vous trouverez un dossier intitulé « LITTERATURE GRISE : DE L’OMBRE A LA LUMIERE », réalisé sous la direction de Joachim SCHÖPFEL (Université Lille 3).

Gisement d'information sans pareil et omniprésent, la littérature grise reste mal connue et source d'interrogation : est-elle fiable ? Où la trouver ? Comment la traiter ? Parfois considérée comme littérature de moindres qualité et intérêt, elle est en même temps une alternative intéressante à la documentation commerciale, un espace de liberté et de partage, à l'instar du mouvement du libre accès et des biens communs sur Internet. Le dossier fait le point.

Outre les rubriques habituelles, vous pourrez y lire également une étude de Laurence MAROYE (Université libre de Bruxelles) intitulée «  ISO 25964 : de la distinction formelle concept/terme préconisée par la norme pour la création et la gestion des thésaurus ».

Vous trouverez le sommaire de ce numéro et toutes autres informations sur le site de l'ADBS à l'adresse http://www.adbs.fr, rubrique Accéder à la doc professionnelle>>La revue I2D
Nous vous rappelons que nos abonnés ont accès à la version feuilletable de la revue sur le site de l'Adbs. La revue est également accessible aux membres des institutions abonnées au portail Cairn.info.

Pour les non-abonnés, plusieurs solutions sont proposées : achat au numéro sur le site de l'Adbs ( www.adbs.fr/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-acquerir-un-numero-44024.htm ) ou sur Cairn.info ( www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information.htm) ; acquisition des articles en pay per view sur Cairn.info (au format pdf ou html).

Parution - La gratuité, à quel prix?

La gratuité, à quel prix ?
Circulation et échange de biens culturels sur internet
Joelle Farchy, Cécile Méadel et Guillaume Sire
Presses des Mines

 La gratuité, à quel prix ?

Le prix Nobel d’économie Milton Friedman l’a dit clairement : « un repas gratuit, ça n’existe pas ». Pourtant, le web semble remettre en cause cet axiome puisqu’il permet aux internautes d’accéder, sans dépense apparente, à une multitude de biens culturels. Que vaut cette gratuité numérique ? Faut-il dans la continuité du rapport Lescure proposer une légalisation des échanges non marchands ? L’ouvrage explore ces notions et analyse trois secteurs qui constituent les principaux produits d’appel du marché de l’internet : l’audiovisuel, la musique et le livre.

L’analyse des revenus que Spotify ou DpStream, iTunes ou Usenet, LastFM ou Popcorn, VLC ou Shazam, et bien d’autres encore, tirent de la circulation des biens culturels permet de comprendre leur place dans l’économie numérique.

Derrière une même apparence de gratuité pour l’internaute, les modèles proposés ont des conséquences bien différentes. L’internaute devra lui aussi en payer le prix, sous forme directe ou indirecte, aujourd’hui ou demain, tandis que les modalités de partage de valeur entre les acteurs économiques sont amenées à évoluer.